1. // Les restes du monde

L'autre Europe

Cette semaine on refait le point un peu partout sur ce qui se passe en Europe dans les championnats mineurs. Tour d'horizon de la Mer du Nord à la Méditerranée, via l'Atlantique et le Portugal.

Modififié
0 5
Ecosse – Premier League

Deuxièmes derrière leurs ennemis de toujours, les Rangers s'accrochent, avec 5 petits points de retard. Malgré la perte du buteur Kenny Miller. Malgré l'énergie pompée en Europa League (qualification face au Sporting, double affrontement contre le PSV en 8e). Malgré surtout la volée prise lors d'un énième Old Firm le 20 février (victoire du Celtic 3-0). Les partenaires de Madjid Bougherra entretiennent le suspense en Ecosse, d'autant que le Celtic a chuté le weekend dernier. Une surprenante défaite 0-2 sur la pelouse de Motherwell, avec deux buts inscrits par John Sutton, frangin de Chris, qui faisait le bonheur du public du Celtic Park au début des années 2000. A noter que le Celtic a remporté la Coupe d'Ecosse mercredi soir en battant 1-0... les Rangers. Bah oui, qui d'autre ?

Belgique – Jupiler Pro League

Anderlecht et Genk sont au coude à coude en tête du championnat : 60 points chacun et une différence de buts presque identique. Les deux équipes se rencontrent vendredi soir pour ce qui pourrait être la finale de la saison régulière, avant que ne débutent les play-offs pour les six premiers. Des play-offs qui sont loin de faire l'unanimité et qui ont néanmoins été maintenus pour les saisons à venir. Encore plus forts, les Belges ont mis en place un illisible système de relégation, déterminé sur la base des résultats des trois dernières saisons. Pas sûr que de telles réformes contribuent à redonner du crédit à un championnat qui en manque déjà cruellement.

Pays-Bas – Eredivisie

Le PSV a pris un peu plus les devants sur son premier poursuivant, le champion en titre Twente. Ce malgré le nul concédé sur sa pelouse lors du choc disputé dimanche face à l'Ajax, troisième en embuscade. Il faut dire que dans le même temps, Twente a perdu en déplacement à Alkmaar face à l'AZ, un match marqué par le pétage de plomb du défenseur Douglas, qui a agressé arbitre et joueur adverse après son expulsion. A noter que le trio de tête de l'Eredivisie est encore en course en Europa League. En lutte dans le bas de tableau, ça va beaucoup mieux pour Feyenoord, avec deux nuls et deux victoires en février. La dernière, très convaincante, a été signée ce weekend contre un haut du classement, Groningue, avec un score fleuve de 5-1 et un quadruplé du jeune Georginio Wijnaldum, milieu international espoir très prometteur.

Suisse – Axpo Super League

Après une longue pause hivernale, la reprise a été difficile pour l'ancien leader, Lucerne, désormais troisième et qui n'a pris que 3 points sur les 12 possibles. Le FC Bâle (avec un Alex Frei toujours aussi prolifique) et le FC Zürich en profitent pour prendre les devants. Les Young Boys de Berne et le FC Sion (avec Laurent Roussey nouvel entraîneur) suivent. Dans le bas de tableau, on retrouve le Neuchâtel Xamax de Didier Ollé-Nicolle et le Grasshopper Zürich, à la lutte pour ne pas descendre.


Autriche – Österreichische Bundesliga

Même redémarrage façon diesel pour l'ancien leader surprise, le SV Ried, qui chute de deux places au profit de l'Austria Vienne et de Sturm Graz (qui se sont neutralisés mercredi soir). Ce n'est guère mieux pour le champion sortant, le RB Salzbourg, 4e et qui a enfin signé une première victoire cette semaine après un mois de février très poussif.

[page]
Portugal – Liga ZON Sagres

Voilà un championnat où les choses semblent claires en tête. Porto devance assez largement Benfica, alors que les autres équipes derrière sont toutes larguées, Sporting compris. Tout roule pour Porto, qui enchaîne victoire sur victoire, y compris en Europa League (qualification de haute lutte face au FC Séville), grâce notamment au retour payant de Falcao. C'est aussi la banane pour Benfica, qui a maitrisé sa qualification en C3 contre Stuttgart et qui en est à 17 victoires d'affilée toutes compétitions confondues. Le PSG peut légitimement flipper.

Turquie – Süper Lig

Trabzonspor vient de se faire ravir sa première place par Fenerbahce au nombre de buts marqués (nombre de points et différence de buts identiques). Le club stambouliote peut notamment compter sur Mamadou Niang en attaque, un Alex de feu au milieu (large meilleur buteur du championnat avec 17 buts) et l'international brésilien André Santos en défense. Troisième, Bursaspor possède un nouveau goléador en la personne de l'Ecossais Kenny Miller, transfuge des Rangers et déjà pas mal efficace (6 matchs, 3 buts). Loin derrière, Besiktas et Galatasaray continuent de perdre du terrain.

Grèce – Super league

L'Olympiakos continue son parcours presque parfait. Presque, car le petit nul concédé sur la pelouse du Panionios d'Athènes lors de la dernière journée met fin à une série de 11 victoires. Pas d'inquiétude néanmoins, leur avance reste confortable (10 points) sur le Panathinaikos, battu d'ailleurs par l'actuel leader le 19 février. A noter que Sidney Govou a inscrit son premier but de la saison en championnat samedi dernier. Champagne.

Israël – Ligat Ha'Al

Le choc dimanche entre l'Hapoël Tel Aviv et le Maccabi Haïfa a tourné largement à l'avantage des premiers (4-1). L'Hapoël reprend du même coup la première place au classement à ses adversaires d'un soir. Le mano à mano entre les deux équipes ne semble pas près de se terminer.

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Georginio Wijnaldum, encore un jeune très prometteur détecté il y a presque 4 ans par Championship Manager. Sont forts quand même les mecs.
Le parcours de l'olympiakos n'a rien de parfait. Il gagnent leur match de maniere tres étranger au bout de 8 min de temps additionnel face au pana. Le Pana est régulierement victime d'erreur d'arbitrage ( 8 min de temps aditionnel contre AEK, match perdu dans les derniers instants).
Ce n'est pas seulement l'Olympiakos mais l'ensemble des clubs historiques qui sont incroyablement irréguliers.

Hormis l'OFI, en 2ème division, l'Olympiakos, le PAO, l'AEK, le PAOK et l'Aris, sont en pleine recomposition, avec des jeunes bien meilleurs qu'il y a dix ans et un recrutement étranger qui s'affine lentement.

Le championnat se densifie, Kavala ou Ergotelis suivent, et il se stabilisera dans 2-3 ans, aves 5 clubs très compétitifs.

Reste à régler le "problème" de la gouvernance et de Kokkalis...

Mais si ce n'est pas lui, les "pétroliers" de PAO prendront sa plance...

Ou d'autres...
Le parcours de l'olympiakos n'a rien de parfait? quasiment tous les week ends ils sont sur mes tickets de paris sportifs et je peux te dire que j'ai rarement été déçu
si on occulte la théorie du complot, l'olympiakos c'est 20 victoires sur 24 avec 3 défaites et un nul à l'extérieur, a la maison c'est 12 matchs 12 victoires, et surtout ce qui m'impressionne c'est leur défense c'est 12 buts encaissés sur 24 matchs, hallucinant, ils ont bouclé 15 matchs sans concédé de but.

Pour le pana, les 8 minutes c'était en coupe donc zéro incidence sur le classement

après je maîtrise pas assez le championnat grec pour débattre de corruption ou pas , et d'équipes favorisés ou pas, cependant je peux juste rajouter que le président de l'olympiakos est également le président de la ligue grecque

Par contre sur la scène européenne cette année: pas terrible l'olympiakos et le pana
Le parcours de l'Olympiakos est très bon et le club sera champion largement.

Mais le niveau de jeu est très variable et loin d'être satisfaisant et les résultats européens sont la conséquence de la recomposition des effectifs qui s'opère actuellement.

Le problème du foot grec, ou le foot grec, ce n'est pas que de la corruption... Bien davantage. Et Kokkalis n'est pas pire qu'un autre, il est simplement plus le fort depuis 15 ans.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Juve est ou Juve est pas ?
0 5