1. //
  2. // 33e journée
  3. // Atlético Madrid/Real Madrid

L'autoflagellation selon l'Atlético

Pourtant troisième armoire à trophées d'Espagne, l'Atlético de Madrid souffre d'un important syndrome d'infériorité face à son voisin du Real. À tel point que le club colchonero s'est fait une spécialité de l'auto-dérision.

Modififié
11 11
« Le Real part toujours avec neuf points d'avance sur le Barça : les trois points que l'on prendra face au Barça à la maison, plus les six que prendra le Real sur nos deux confrontations. » Enrique Cerezo est un rigolo. Et un fataliste. Lorsque le président de l'Atlético de Madrid lâche cette boutade en 2010, il ne fait que participer à la résignation - limite soumission - du peuple colchonero. Face à son omnipotent voisin blanc, le club du sud de Madrid a toujours cultivé un fort sentiment d'infériorité. Sportivement, ses deux Europa League et neuf titres de champion ne font pas le poids face aux neuf Ligues des champions et 32 couronnes nationales du Real Madrid. Histoire de se démarquer, l'Atlético de Madrid a donc décidé de rire de lui-même. Car, comme le résume Michael Robinson, commentateur vedette de Canal Plus Espagne, « les fans de l'Atlético revendiquent la défaite. Le fait de ne jamais gagner prouve qu'ils sont de meilleurs supporters. C'est presque du masochisme, comme s'ils aimaient s'autoflageller dans une procession religieuse.  » Du côté de Vicente Calderón, pas de martinet ni de cravache, mais une communication bien huilée. Et drôle.

« L'Atlético, c'est comme une passion romantique, c'est Humphrey Bogart, c'est Cary Grant »

La rivalité madrilène remonte aux balbutiements du football espagnol. Créés à un an d'intervalle (1902 pour le Real, 1903 pour l'Atlético), les deux entités de la capitale sont illico placées à des niveaux différents. Ainsi, le Real Madrid s'offre son « gros » derby de Madrid face au voisin de Moncloa. L'Atlético – alors Athletic – de Madrid est, lui, directement relégué au second rang. Un rang qu'il ne quittera jamais vraiment. Alors que le Real collectionne les titres et le prestige local, l'Atlético est catalogué comme un club ouvrier, toujours à la peine, à contre courant du voisin merengue. Paradoxalement, c'est ce sentiment d'infériorité qui conduira le peuple « colchonero » à se forger son identité. Dans les défaites, un mythe de poissard se construit. Car même lorsque victoire il y a – quatre titres entre 1940 et 1951 – le Real Madrid répond par sa palanquée de trophées européens dans les fifties. « L'Atlético, c'est comme une passion romantique, c'est Humphrey Bogart, c'est Cary Grant : l'histoire d'amour est impossible » , définit Juanma Trueba, journaliste chez As.

Cette poisse prend tout son sens à l'aube du nouveau millénaire. Après avoir perdu la C1 1974 face au Bayern – suite à une frappe anodine de 40 mètres lors d'une finale à rejouer… – le club frise le ridicule lors de la saison 1999-2000. Avec un effectif mêlant Valerón, Solari, Hasselbaink ou encore Baraja, l'Atlético trouve le moyen de descendre : le summum de la lose. « Il y a vraiment un avant et un après 2000. Le complexe d'infériorité était vraiment à son paroxysme : entre les polémique de l'ère Gil et la descente, se dire de l'Atlético était très "courageux" à Madrid » , analyse Dani Hidalgo, spécialiste des Colchoneros pour As. Conscient du ridicule, le service communication rojiblanco lâche alors une campagne de réabonnement courageuse. Au fond de la voiture, un fils demande à son père : « Papa, pourquoi sommes-nous de l'Atléti ? » Après un silence pesant, une phrase sur fond noir apparaît : « Ce n'est pas facile de l'expliquer. Mais c'est quelque chose de très, très grand. » Ils seront plus de 40 000 à répondre à l'appel. Du second degré, de l'humour… C'est peut-être ça être colchonero.

Simeone peut tout changer

« Par la suite, le club a continué avec des clips comme ça, poursuit Dani Hidalgo. Par exemple, tu peux voir une famille équatorienne qui dit qu'elle est bien traitée, heureuse, qu'elle mange bien… Au final, elle vit dans une armoire et supporte l'Atlético… » Remonté en Liga, vainqueur à deux reprises de l'Europa League, l'Atlético de Madrid ne fait désormais plus rire que ses propres supporters. Et ceux du Real Madrid. Depuis leur come-back en Liga, les Colchoneros ne se sont jamais imposés face aux Merengues. Pis, ils surfent sur une triste série de 24 matchs sans victoire… « Mais tout cela peut changer rapidement, prévient Dani. Depuis que Diego Simeone est arrivé sur le banc de touche de l'Atlético, la mentalité a changé. Les supporters croient en leur chance, ils se prennent plus au sérieux. » Avec ce derby de Liga, mais surtout la finale de la Copa del Rey en prévision, Vicente Calderón bout. « Si l'Atlético gagne la coupe dans le stade du Real Madrid, et se qualifie pour la Ligue des champions, le rapport de force ne va pas changer, mais sera beaucoup moins grand entre les deux clubs » , conclut le journaliste de As. Pour les 110 ans du club, l'Atlético a fait dans le sobre avec son spot : « L'Atlético te rend plus fort. » La fin du masochisme ?

Youtube


Par Robin Delorme, à Madrid
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Hasta_Siempre Niveau : DHR
Le titre m'a fait penser à une influence française. Et puis les 2 C3 remportées par ce club m'ont ramenées à la raison.
ConnardLeBarbant Niveau : Ligue 1
Si de mon vivant je pouvais voir l'Atleti donner une correction au Real ahah.
Il y a toujours eu un gouffre économique entre el Atleti et le Real !
mais a Madrid niveau ambiance c'est au Vicente-Calderon que ça se passe ainsi que a Vallecas !
Deux clubs d'origine ouvrier a mentalité ultra , bon après les prix du Bernabeu font aussi sans doute que dans ce stade on trouve plus de spectateurs que de supporters .

J'espère pour eux qu'une fois bien installé dans le nouveau stade de la Peineta ils trouveront un nouvel élan économique afin de pouvoir lutter en Liga sur le voisin Real et le Barça !
L'attractivité de la Liga serait un peu plus intéressante pour le titre qui sans surprise continuera a se jouer entre les deux ogres économiques !
Hélas pour Valencia on ne peut pas etre trop optimiste .
C'est ce soir ou jamais ! Le Real va aligner une équipe bis (Ramos, Ronaldo non convoqués) ce soir, avec encore un espoir (faut il y croire !) d'une remuntada en LDC.

Simeone a apporté sa grinta aux colchoneros, une victoire ce soir serait également un plus psychologique avant la finale de la coupe
Un des problème est aussi qu'ils ont souvent eu des attaques de feu mais des défenses en carton.
el peruano loco Niveau : Ligue 2
Mouais chaque fois l'on se dit que Los Colcheneros vont faire quelque chose qui plus est cette saison où ils ont tenu la dragée haute comme jamais depuis 10 ans aux 2 grands et chaque fois ce club finit par écarter les fesses à l'aller comme au retour et souvent même à l'insu de son plein gré. Donc bon je suis sceptique sur leur capacité à gagner et à mettre au fond du trou une équipe bis du Real qui a la tête à mardi prochain....
KillerCroc Niveau : CFA
Message posté par natureza
Un des problème est aussi qu'ils ont souvent eu des attaques de feu mais des défenses en carton.


Justement! L'arrivée du Cholo a coincidé avec une certaine amélioration du système défensif de l'Atleti, surtout grace à l'esprit de combativité insufflé par Simeone. L'Atletico c'est un putain* de mélange entre les contres attaques façon Real et le pressing hyper agressif du Barça. Encore plus agressif même que le Mès. Tu devrais voir, la façon dont ils harcèlent l'équipe adverse, c'est des morts de faim!

Et puis derrière, c'est costaud, Courtois est bien le deuxième meilleur gardien de Liga, derrière Valdès, la charnière Miranda-Godin est assez costaude, et sur les côtés Juanfran et Filipe Luis sont des sacrés fusées, qui dédoublent fréquemment.

A tout ça tu rajoutes un défenseur central de calibre mondial et un milieu défensif du même acabit, et ça peut commencer à devenir archi intéressant.
Dance Crasher Niveau : CFA
Qu'il y ait des blessés, c'est une chose. Que le RM brade une seconde place en championnat au prix d'une fantasmagorique remuntada en CL, c'est ce qui m'interloque!
el peruano loco Niveau : Ligue 2
Boff la 3 eme place pour le Real en cas que qualif en finale est encore savoureuse car la perspective d'une finale pour aller décroche la Decima qui est l'objectif de campagne qui assurera quasiment la réelection de Perez est sans commune mesure avec le fait d'être 2ème à égalité avec l'Atletico ou 3ème en fin de saison.

le slogan à Madrid me semble etre tout pour la decima et 3-0 ce n'est rien quand on se rappelle de leur début de match contre le Bayern l'an dernier à Bernabeu. Mais bon Dortmund joue tellement sans complexe qu'ils sont libérés et donc dangereux.
Dance Crasher Niveau : CFA
Ok, je comprends ça... Mais pour moi, c'est joué : je vois pas le RM remonter. Ils n'ont que très rarement pas encaissé de buts cette saison -ils encaissent toujours les premiers) et en ont au moins 3 à marquer, et là c'est pas le 16e de la Liga en face. Y'a qu'à voir en poules, il se disait que ce serait différent au retour, mais malgré tout, ils n'ont pas passé le nul. Alors j'aimerais beaucoup qu'ils passent, mais je pense que Barcelone a plus de chance même avec 4 buts de retard. Et second, c'est toujours mieux que 3e (et là aussi, l'idée ne me quittera pas qu'ils ont abandonné cette Liga bien trop tôt).
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
11 11