1. //
  2. // CAN 2015
  3. // Finale
  4. // Australie/Corée du Sud (2-1, ap)

L'Australie, championne d'Asie 2015 !

Au terme d'un match au scénario incroyable, l'Australie remporte, après prolongation, sa première Coupe d'Asie des nations de l'histoire, contre la Corée du Sud (2-1). À domicile, les Socceroos ont réussi leur pari et finissent en beauté une compétition qui a offert du grand spectacle.

Modififié
6 7

Australie - Corée du Sud
(2-1)

M. Luongo (45'), J. Troisi (106') pour Australie , H. Son (91') pour Corée du Sud.


Quelques instants supplémentaires accordés par l'homme en noir : une réalité de chaque match de football qui est le plus souvent rangée au rang des détails. Pas pour l'Australie et la Corée du Sud qui ont profité tour à tour de ces minutes, voire même secondes de rab pour se rendre coup pour coup. Juste avant la pause d'abord avec un contrôle orienté suivi d'un missile de la part de Luongo pour l'ouverture du score australienne. Puis sur une combinaison coréenne gagnante, conclue par Son pour envoyer tout le monde en prolongation à quelques secondes du coup de sifflet final. Et enfin sur un but décisif de Troisi, juste avant l'intervalle de ces deux périodes supplémentaires. Tim Cahill peut partir en paix, avec enfin une ligne glorieuse sur son palmarès, la relève est assurée pour un bon moment. Le football australien a de beaux et longs jours devant lui.

Le bon moment de Luongo


Une finale ne se joue pas, elle se gagne. L'adage est connu et illustre souvent des rencontres fermées et peu spectaculaires. Le début du dernier acte de cette Coupe d'Asie des nations 2015 n'y échappe pas malgré un rythme enjoué et une ambiance au rendez-vous au Stadium Australia de Sydney. Seuls quelques centres dangereux devant la cage de Mathew Ryan et un coup franc juste au-dessus de Jedinak (8e) font passer quelques frissons dans les travées. Il faut sinon faire avec beaucoup d'erreurs techniques et des tacles ravageurs des deux côtés. De quoi justifier sereinement l'acronyme CAN. Toutefois, telle la Guinée équatoriale à des milliers de kilomètres, l'Australie a ce grain de folie du pays organisateur qui fait toute la différence. Secoués par une tête de Kwak Tae-hwi juste à côté (24e), les Socceroos enclenchent enfin la marche avant. Tim Cahill est évidemment à l'origine du bond du kangourou, mais l'ancien attaquant d'Everton ne trouve que les gants de Kim Jin-hyeon après un superbe enchaînement (25e). Son Heung-min veut faire passer un matin clair aux siens, mais l'attaquant de Leverkusen manque d'abord de réussite sur une formidable volée qui ne trouve pas le cadre (36e), avant d'être contré au dernier moment, quelques instants plus tard (38e). Massimo Luongo attend lui le bon moment pour sortir de sa poche. Sous les yeux d'Alessandro Del Piero, l'Italo-Australien réalise un superbe enchaînement pour ouvrir le score juste avant la pause (46e). Le coup parfait.

Les secondes de Son et Troisi


Au retour des vestiaires, l'Allemand Stielike encourage sa Corée à faire monter le rythme de la partie. Les Coréens se ruent à l'attaque, mais la manœuvre est trop désorganisée. Les hommes d'Ange Postecoglou gèrent tranquillement leur avance avec une solide défense et un Mathew Ryan qui se permet même quelques folies à la relance ou pour éviter un corner. Mathew Leckie est même proche de doubler la mise, mais Kim Jin-hyeon s'interpose cette fois (58e). Après l'heure de jeu, Tim Cahill est remplacé par Tomi Juric, tandis que les pépins physiques viennent aussi déranger les locaux. Kruse et Franjić sont ainsi contraints de laisser leurs places à Troisi et McKay. La Corée du Sud en profite et se montre enfin dangereuse, notamment par Cha Du Ri qui multiplie comme à son habitude les rushs sur son flanc droit. Les Socceroos jouent toutefois intelligemment le jeu en attendant de voir défiler les minutes jusqu'au coup de sifflet final. Il ne reste ainsi que quelques instants, quand Son Heung-min obtient un bon ballon dans la surface australienne. Des instants largement suffisants à l'attaquant de Leverkusen pour égaliser et envoyer tout le monde en prolongation (91e). Incroyable.

Pourquoi s'efforcer de changer de tactique quand celle-ci a déjà fait ses preuves par deux fois ? L'Australie et la Corée du Sud se procurent bien des occasions, mais il faut à nouveau attendre ce bon moment pour voir les filets trembler. James Troisi surgit ainsi à la 105e minute pour pousser au fond un ballon repoussé par Kim Jin-hyeon. Rebelote lors de la deuxième période de prolongation pour la Corée du Sud ? Non, pas cette fois. Les Australiens vont certes subir et passer à deux doigts de la correctionnelle, mais ils vont bien tenir le coup jusqu'au bout avec le soutien de tout un peuple. Le pari s'annonçait bien compliqué en début de compétition, mais l'Australie l'a rempli, avec brio.


Par Eric Marinelli
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

L1Triangle Niveau : DHR
Vraiment cool pour pour les Socceroo, et connaissant l'engouement australien pour le sport en général et le développement du foot, ça sent bon en effet pour nos collègue d'Oz.
Postecoglou semble quand meme avoir bien redréssé la barre a la tete des socceroos , avant la cdm sous l'ancien selectionneur ils se faisaient demonter regulierement lors des amicaux (france australie notamment) , et finalement avec ce nouveau selectionneur ils ont montré un visage tout autre en tenant tete au chili et aux pays bas pendant la cdm. et la , belle victoire chez eux , qui envoie Tim Cahill a la retraite avec un trophée bien mérité.
Très déçu du coaching de la Corée du Sud, basé sur un jeu long direct à destination d'un joueur peu physique coincé entre deux défenseurs expérimentés et rudes. Peu de jeu au sol alors que ça a toujours été une dominante du jeu sud-coréen. Les milieux défensifs étaient déconnectés des joueurs offensifs, aussi ils étaient inutiles en phase de possession. En phase de récupération, ils étaient nuls, par ailleurs. Au final, cette stratégie semblait faite pour faire briller les Australiens plutôt que d'exploiter les atouts sud-coréens. C'était tellement invraisemblable que je me suis demandé si le coach n'avait pas été payé pour saborder son équipe. D'ailleurs, il semble que vers la fin du match, Son Heung Min ait eu une engueulade avec lui.

SoFoot, votre article est vide d'analyse. Est-ce que l'auteur s'intéresse au foot? Ça ne sert à rien de dire que machin part avec de bonnes intentions, retrouve un second souffle, que l'équipe gagne grâce au soutien de tout un peuple, que Stielike a engueulé ses joueurs à la mi-temps ou que sais-je... c'est l'équivalent journalistique de "l'important c'était les trois points et de gagner à la maison, surtout à domicile pour les supporters".
Kit Fisteur Niveau : Loisir
j'ai une pensée immédiate pour deux êtres : Cahill qui a enfin mieux qu'une position de champion de D3 anglaise sur son CV, et mon ticket de pari... En même temps avec Japon et Iran, soit les deux pays les plus forts, éliminés dès les quarts et l'Australie jouant à la maison je me mouillais pas beaucoup j'avoue...
Jack Fils de Nicole Niveau : District
Côté australien techniquement c'était affligeant (et comme par hasard la seule action où un australien a un peu tricoté ça a amené le deuxième but). Ils n'auraient jamais gagné si c'était pas à domicile, parce que c'est bien beau de jouer avec le coeur mais aligner 3 passes ou contrôler le ballon devant un défenseur c'est pas mal non plus.

Et les sud-coréens jouaient pas trop mal mais passaient leur temps à envoyer des ballons hauts qui n'arrivaient jamais à destination. Quand ton équipe a la capacité de garder la balle contre une équipe de bourrins je vois pas à quoi cette technique pouvait leur servir.
Paolo Varane Niveau : DHR
Moi je l'ai vu ce match (de merde)
Message posté par Jack Fils de Nicole
Côté australien techniquement c'était affligeant (et comme par hasard la seule action où un australien a un peu tricoté ça a amené le deuxième but). Ils n'auraient jamais gagné si c'était pas à domicile, parce que c'est bien beau de jouer avec le coeur mais aligner 3 passes ou contrôler le ballon devant un défenseur c'est pas mal non plus.

Et les sud-coréens jouaient pas trop mal mais passaient leur temps à envoyer des ballons hauts qui n'arrivaient jamais à destination. Quand ton équipe a la capacité de garder la balle contre une équipe de bourrins je vois pas à quoi cette technique pouvait leur servir.


Je partage entièrement ton opinion. Tactique incompréhensible. A part ça je ne serais pas aussi sévère que toi sur les Australiens, notamment je trouvais que Juric était très précieux. Il se battait pour avoir et conserver le ballon. Une qualité de cette équipe, c'est de ne pas se prendre pour autre chose que ce qu'elle est. Personne ne tente des trucs débiles, et ils jouent d'une façon assez solidaire dans leurs mouvements. La tactique ne me fait pas jouir en général, mais j'ai trouvé l'Australie très pertinente.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
6 7