1. //
  2. // 1/4 de finale
  3. // Atlético/FC Barcelone (1-0)

L'Atlético se paie le Barça et une demie !

Sublime d'intensité, ce quart de finale retour a livré un vainqueur mérité : l'Atlético Madrid. Rapidement devant grâce à leur Canterano Koke, les Colchoneros ont poussé le Barça dans le précipice.

Modififié
0 153

Atlético - Barça
(1-0)
Koke (6') pour Atlético Madrid


Un but, trois barres transversales. Le bouillon. Durant les 20 premières minutes, le Barça version Xaviniesta a sans doute pris le plus gros bouillon de son histoire. Totalement étranglés par le pressing asphyxiant de l'Atlético, les Blaugrana ont totalement déjoué, au point de ne même pas franchir la ligne médiane. Recroquevillés dans leurs 30 derniers mètres et obligés de s'en remettre au jeu long approximatif de Pinto, ils peuvent remercier le ciel de sortir vivants de ce long quart d'heure en enfer. A contrario, c'est bien mort qu'ils quittent le Vicente-Calderón. Dans une atmosphère plus électrique que des lignes à haute-tension, l'Atlético Madrid a été cherché avec son cœur, sa rigueur et son talent, une demi-finale de Ligue des champions. Le petit Poucet de ces quarts de finale marche à pas de géant vers Lisbonne.

Le Barça passe un quart d'heure en enfer…

Si les abords du Santiago Bernabéu ressemble à une immense tour de Babel du football, ceux de Vicente-Calderón sentent très fort l'Espagne populaire. Dès le début de l'après-midi, les coupes mulet se succèdent, un verre de Mahou à la main, tatouage bien en évidence sur le biceps et maillot rayé blanc et rouge sur les épaules. L'antre des Colchoneros se pare de ses habits de grand soir pour aller décrocher une demi-finale de Ligue des champions. Après une démonstration de décibels, les milliers d'aficionados rojiblancos laissent place à leurs joueurs. À leurs gladiateurs plutôt, car les hommes du Cholo effectuent un pressing tout terrain sitôt le coup d'envoi. Sans laisser le moindre espace aux Barcelonais, ils récupèrent si haut qu'une seule passe suffit à Adrian ou Villa pour se retrouver devant Pinto. Par trois fois, leurs frappes s'écrasent sur les montants de Pinto. La première, du remplaçant numérique du Pitbull Costa, retombera dans les pieds des Matelassiers. Un centre de Villa, une remise du même Adrian, et Koke se fait un plaisir d'envoyer au septième ciel ce bon vieux Calderón. Passé ce rush incroyable, l'Atlético redescend d'un cran et laisse au Barça le ballon, de quoi stériliser le toque catalan. Invisible, Messi s'agace face au quadrillage madrilène. Seul Neymar, par ses percées et grigris, provoque un semblant de sueurs froides.

… et le Calderón s'en va au paradis

Plus haut, plus agressif, le Barça est plus convaincant. Tranchant même. Xavi, avec un champ d'action élargi, trouve Neymar dans l'espace. Sa dernière touche, de trop, permet à Thibaut Courtois de sortir comme une bombe dans ses pieds. Cette piqûre de rappel ne change pas la physionomie du match. Les Blaugrana tentent toujours, en large et en travers, de trouver une faille dans la muraille, tandis que les Matelassiers restent dangereux en contre. Tout d'abord, Diego, dans un angle fermé, pousse Pinto à la parade. Plus dangereux encore, ce une-deux dingo entre Villa et Gabi au bout duquel le capitaine des locaux adresse une frappe, un peu molle, sortie une nouvelle fois par l'homme à la queue de cheval. Alors que tout Calderón se lève pour réclamer un penalty sur Villa pour une poussette de Mascherano, Tata Martino se résout à l'impensable : faire sortir le génie Iniesta pour faire entrer Alexis, une nouvelle flèche offensive. C'est d'ailleurs sur un centre du Chilien que Neymar vient placer un coup de boule plongeant au ras du poteau. L'ambiance est irrespirable, les tympans vibrent sous les sifflets d'un stade au bord de la crise de nerfs. Les hommes de Diego Simeone, eux, restent maîtres de leur sujet. Et offrent une qualification plus que méritée au peuple des bords du Manzanares.

Par Pablo Garcia-Fons et Robin Delorme, au Vicente-Calderón
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Quelle deception.. C'est en tout cas mérité.

Merité pour l'Atletico qui a vraiment tout donné, ce pressing en était effrayant, voir Busquets et Iniesta, les savons de catalogne, ne pas pouvoir faire une passe, ca en dit suffisament long.. Simeone avait dit qu'il joueraient de façon à gagner, il a bien compris la leçon de l'Inter et de Chelsea, en plus d'avoir une defense bien faible en face: Bartra pas encore experimenté, Mascherano en lag, et Pinto ..

La ligne de Lionel Messi doit être eteinte, ou en dehors de la zone de couverture, vueillez reessayer ulterieurement, merci .

Ce que je retiens de ces deux match, c'est que le public peut decider d'un match, on l'a vu suite on but de Neymar à l'aller, et sur tout ce match .

Franchement je felicite l'Atletico, mais vu ce qu'ils donnent sur le terrain, physiquement, c'est l'année ou jamais .
TrollingMachine Niveau : Loisir
Barcelone en position latérale de sécurité.
cerveau-gauche Niveau : Loisir
Aucun carton jaune pour l'Atlético !!! Guiness book...
Vicente Calderon, c'est un peu comme la dernière double-page d'un album de Où est Charlie
tristiano Niveau : CFA2
C'est quand même bof Taopaipai dans les buts!
Sur ce, bonne soirée!
L'Atletico ou comment élever la défense au rang d'art!
Le PSG et ensuite le Barça ! Dur dur d'être un footix ahahah.
Note : 5
C'est cool de voir des nouvelles équipes, comme le Borussia l'année dernière. Peut-être les Colchoneros iront eux aussi en finale...
RadamelFalcao Niveau : Loisir
130M de budget. Suffisant pour former une équipe redoutable. 5e fois de suite que l'Atletico ne perd pas face au Barca. Aujourd'hui, ce n'est plus une surprise que de les voir ce niveau.

Une intensité incroyable du début à la fin, mais le pire c'est qu'ils sont comme ça depuis le début de saison. Toutes les semaines on se dit qu'ils vont finir par craquer physiquement mais non, Simeone a créé un vrai monstre.

Des joueurs qui se transforment, Villa le rejeté du Barca, Diego devenu fantôme en Bundesliga, Tiago, Tiago bordel, et le tout sans Arda et Costa, deux des meilleurs joueurs de cette équipe.

Et puis ce public formidable... un public qui prefère encourager son équipe plutot que d'insulter l'adversaire... à méditer pour énorméments d'autres publics.


Une équipe au sang sud américain et la technique espagnole, le vice et la grinta en +.

Un grand coach, un grand public, des joueurs prêt à laisser leur vie sur le terrain pour leur club et leur entraineur, voilà, pas besoin de recruter star sur star pour former une grande équipe.


Et pour les donneurs de leçons du beau jeu qui veulent nous faire avaler que si on joue pas comme le Barca de Guardiola on sait pas jouer au foot, ce soir l'Atletico a surclassé le Barca en terme d'intensité, d'occasions, de tactique, en tout, en faisant + de 3 fois moins de passes que le Barca. Pas besoin d'avoir + de 60% de possession pour qu'une équipe soit grande, l'Atletico en est la preuve.

Messi, invisible, Tata Martino, sans solutions, Busquets à la rue.


L'Atletico est une formidable raison d'aimer le football
Heureusement il y' avait Webb simulacres et acrobaties sont tombés
Note : 2
C'est Polo de RMC qui disait hier soir après le match de Dortmund que le football allemand sortait grandi, putain mais que dire du football espagnol après ce genre de match... L'Atleti fait une saison monstrueuse.
Koke !! <3

Quelle fraîcheur cette équipe! La technique, le physique, le mental.. oO' Et en plus ils suivent à merveille en championnat.

C'est comme Dortmund hier, quand tu as de l'âme sur le terrain, du charisme sur le banc et du spectacle en tribune, c'est magnifique!

Le petit Lionel est attendu par ses parents à l'entrée du Vicente Calderon!
"Pedro quand il rentre, il diabolise le jeu"
O. Da Fonseca .
Jouissif ce match y'a pas d'autres mots

Le pire c'est qu'il y aurai pu avoir 3 ou 4 1 pour l'atletico...
Olé Olé Olé Olé Cholo Simeone !!!!

Chui pas supporter de cette équipe mais ce soir elle m'a fait bander , à vrai dire elle me fait bander depuis pas mal de temps :)
Note : 1
Ça fait plaisir de voir des équipes burnés comme ça putain. Chelsea et l'Atletico c'est quelque chose en terme de collectif et d'intensité.

Une équipe à l'image du Cholo, brutale et intelligente.
Rien à dire,
Les Colchoneros méritent leur victoire
La grinta c'est eux qui l'ont eut...
Coaching en bois de Tata, un Messi invisible
Seul Neymar et iniesta étaient au rendez vous...
Pinto nous fait plus que mal, el gato negro !!!
Mais c'est comme ça, une belle rencontre et un beau vainqueur.
Visca Barça même dans la défaite !
Realsymphony Niveau : CFA
no penalty , no party
Gilles de la Kolo Tourette Niveau : CFA
L'Atletico est regulier depuis des années. Une gradation, en somme. Bref, archi mérité.

Qu'est il arrivé à Messi et Iniesta??
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Robben Hur et Évragelion
0 153