Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Atlético Madrid/Real Madrid (2-0)

L'Atlético se joue du Real

Dans un style que le Real n'aurait pas renié il y a quelques saisons, l'Atlético s'impose 2-0 malgré une possession de balle famélique en huitième aller de Copa del Rey.

Modififié

Atlético - R. Madrid
(2-0)

Raúl García (59'), J. Giménez (75') pour Atlético Madrid


Après avoir enchaîné de nombreuses victoires, souvent spectaculaires, le Real Madrid est devenu la référence du beau jeu. Comme pouvait l'être le Barça il y a quelques saisons : de très bons manieurs de ballons, une grosse possession, un latéral ultra offensif qui participe au jeu et une star dont on scrute les moindres faits et gestes. Du coup, l'Atlético a rejoué la partition du... Real Madrid, celui qui a réussi à briser l'hégémonie. Soit une équipe bien organisée en contre, prête à saisir le moindre prétexte pour rendre le match électrique. Le plan s'est déroulé sans accroc pour Diego Simeone, qui gagne 2-0 sur deux coups de pied arrêtés. Pas question de parler de tournant ou de passage de témoins, ce n'était qu'un huitième de finale aller de Copa del Rey. Mais sérieux avertissement tout de même pour Ancelotti.

Torres pousse, mais est inoffensif balle au pied


Conscients que la saison est encore longue, les deux coachs ne mettent pas leur meilleur onze, histoire d'avoir une excuse en cas de contre-performance. Moyá, Juanfran, Tiago, Turan, Koke et Mandžukić prennent place sur le banc de l'Atlético pour voir leurs coéquipiers se déployer dans le 4-4-2 compact de Simeone. À quelques mètres d'eux, un homme est également assis, et cela démontre que le Real non plus n'est pas à fond puisqu'il s'agit de Cristiano Ronaldo. Pour autant, le match n'a pas besoin d'un quart d'heure pour prendre feu. Gareth Bale marque, mais se voit logiquement rappelé à l'ordre par l'arbitre de touche pour hors-jeu. Dans la foulée, Griezmann oblige Navas à sa plus belle parade avec une frappe vicieuse qui faisait poteau rentrant avec un autre gardien. Derrière, le soufflé retombe sérieusement. Si le Real a la possession à plus de 70% avec Khedira, Isco et James, il n'arrive pas à se montrer dangereux. Côté Colchoneros, Torres en pointe est volontaire, mais son talent n'est toujours pas revenu, cela se voit et fait un peu de peine.

Raúl García prend Sergio Ramos au jeu du vice


Le Real accentue sa supériorité technique en début de seconde période avec notamment un Marcelo toujours aussi clinquant en électron libre. Mais ce sont les Matelassiers qui vont trouver la brèche grâce à Raúl García. L'international espagnol s'accroche à Sergio Ramos dans la surface et regarde l'arbitre au moment où le numéro 4 lui donne le change. C'est gagné, et il se fait justice lui-même face à un Navas qui était parti du bon côté. Ancelotti dégaine dans la foulée son CR7. Le Ballon d'or fait la différence directement dans le couloir droit, mais le jeune Français Hernandez a vite appris le vice de sa formation et obtient un coup franc dans un stade ravi de jouer un sale coup au Portugais. Le Real n'y est pas trop, à l'image d'un Benzema qui tombe comme s'il était ivre. Les champions d'Espagne font alors ce qu'ils savent faire de mieux : ils endorment l'adversaire, mettent des coups pour intimider, Simeone change son duo d'attaque en faisant entrer Turan et Mandžukić, et hop, Giménez double la mise sur corner de la tête. Vexé, Arbeloa réagit avec une très vilaine semelle sur Gabi. Ancelotti le sort après en avoir pris connaissance. Possession ou pas, il y a certaines choses qui ne changent jamais.

Par Romain Canuti
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Podcast Football Recall Épisode 48: Mbappé, merci ; Lloris, oups ; Deschamps, président : émission exceptionnelle de Football Recall il y a 4 heures La danse de la deuxième étoile !! (via Facebook SO FOOT) il y a 13 heures La drôle de liste d'invités de la finale 32 Hier à 20:20 Modrić meilleur joueur du tournoi, Mbappé meilleur jeune 64
Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom Podcast Football Recall Tsugi
Podcast Football Recall Épisode 47 : Mbappé va rouler sur les Croates, des enfants racontent le Mondial et la revanche belge Hier à 09:07 Rooney inspire DC United 3