1. //
  2. // 38e journée
  3. // FC Barcelone/Atlético Madrid (1-1)

L'Atlético Madrid sur le toit de l'Espagne !

Ils l'ont fait! Menés par le FC Barcelone suite à un missile fou d'Alexis Sánchez, les joueurs de l'Atlético Madrid sont allés chercher la dixième Liga de leur histoire grâce à un coup de boule de Diego Godín. Auteurs d'une belle deuxième mi-temps, les hommes de Simeone auront une balle de doublé, samedi prochain, en finale de la Ligue des champions.

Modififié
13 81

Barça - Atlético
(1-1)
A. Sánchez (32') pour FC Barcelone , D. Godín (49') pour Atlético Madrid.


Un envol pour l'éternité. Un marquage en zone pour regretter. Deux grilles de lecture, mais un seul champion d'Espagne : l'Atlético Madrid ! Parfaitement servi par un magnifique corner de Gabi, Diego Godín, étrangement seul au départ du ballon, prend son élan, saute plus haut que tout le monde et catapulte l'offrande au fond des filets d'un Pinto toujours aussi étrange. On dispute la 49e minute d'une drôle de finale de la Liga entre le Barça et l'Atlético quand le défenseur central uruguayen répond à Alexis Sánchez et égalise à 1-1. Les amoureux des Colchoneros n'avaient plus pris autant de plaisir aérien depuis la sortie de Space Jam en 1996. 1996, l'année de leur neuvième et dernier titre de champion d'Espagne. Auteurs d'une deuxième période convaincante et à l'image de leur saison, tout en caractère et en talent, les hommes de Diego Simeone s'offrent une dixième Liga amplement méritée. Le tout, une semaine avant d'aller se mettre en travers de la route du Real Madrid et de sa Décima.

L'Atlético maudit

Le Camp Nou peut chanter l'hymne du Barça aussi fort qu'il le veut, la première sensation footballistique de la rencontre est une phase folle de conservation à une touche de balle de l'Atlético Madrid. S'ils ont déjà prouvé, notamment en Ligue des champions, qu'ils étaient capables de faire vivre l'enfer aux Catalans, même en jouant dans leur registre, celui du pressing et de la possession, les hommes de Diego Simeone vont vite être stoppés en pleine course. En délicatesse avec sa cuisse avant la rencontre, Diego Costa entame un sprint pour suivre Koke en contre-attaque au quart d'heure de jeu. Une course qu'il ne terminera pas. Foudroyé, le goleador de l'Atléti est remplacé par Adrian. Maudits, les Madrilènes perdent Arda Turan sept minutes plus tard suite à un contact avec Fàbregas. Le Turc est remplacé par Raúl García. Le mal est fait. Car si Piqué ne dégage pas vraiment une sérénité à toute épreuve derrière, les coéquipiers de Courtois, privés de leur point de fixation offensif, peinent à se procurer des occasions. En face, Dani Alves multiplie les centres, mais ni Alexis ni Pedro ne parviennent à transformer les offrandes du Brésilien. Totalement absent de cette première période, Messi réalise un festival de passes loupées jusqu'à la demi-heure de jeu. Le moment choisi par l'Argentin pour dégainer une déviation de la poitrine vers Alexis Sánchez qui, dans un angle impossible, ose une demi-volée folle. La tentative est pure, guidée par la haine et la grinta du revanchard et le résultat sans appel : même le mètre 96 de Thibaut Courtois, détendu de tout son long, ne peut rien face à ce missile sol-air. Une ouverture du score à laquelle peinent à répondre les joueurs de l'Atlético.

Une mi-temps de folie

Les couilles, c'est un peu l'ADN de cet Atlético Madrid. Timides et perturbés par les blessures lors du premier acte, les Colchoneros entament cette deuxième période comme des hommes, avec le pied au plancher. Pressing, prises de balles en mouvement et duels physiques, tout y passe. Parfaitement lancé en profondeur, David Villa, invisible lors des 45 premières minutes, dégaine un super contrôle et envoie une volée sur le poteau de Pinto. Une occasion en guise d'avertissement, cinq petites minutes avant le corner victorieux de Gabi pour Godín. Piqués au vif par l'égalisation, les Catalans jettent leurs dernières forces dans la bataille. Messi renaît, ses coups de reins font à nouveau mal, mais la réussite le fuit à nouveau quand il pense inscrire le but du titre, avant d'être signalé en position de hors-jeu. Son coup franc à l'entrée de la surface ne donne rien. La tension est à son comble, Diego Simeone n'en finit plus de mimer, de gesticuler et de transpirer comme s'il était sur la pelouse. Un pré où brille Thibaut Courtois, impeccable sur une tentative lointaine de Dani Alves. Le portier belge n'a pas besoin de s'employer sur un ultime centre dangereux d'Adriano, à destination de Piqué, qui termine la partie en pointe. L'Atlético a souffert, mais il paraît qu'à vaincre sans péril, on triomphe sans gloire. Qu'ils sont glorieux, ces Colchoneros...

Par Swann Borsellino
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Bien joué l'article express !
Belle saison de l'Atletico, avec en point d'orgue cette "finale" pleine de vice de la part des Colchoneros... un peu dégueulasse les fautes systématiques à 40m mais bon, c'est le jeu il parait.
Belle saison de l'Atletico, avec en point d'orgue cette "finale" pleine de vice de la part des Colchoneros... un peu dégueulasse les fautes systématiques à 40m mais bon, c'est le jeu il parait.
Real Madrid : 87 Points et finir 3ème, abusé... Content pour l'Atletico, un peu de fraîcheur fait pas de mal
JestroGoal008 Niveau : DHR
J'ai kiffé putain!
C'est magnifique pour eux, mais perdre Costa et Turan à une semaine d'une finale de CL c'est quand même la poisse...
Anfield_Road Niveau : Ligue 1
Et dire qu'en 6 matchs ils ont pas perdu une seule fois contre le Barça, ils sont impressionnant ces cons, ils le méritent vraiment, bravo à eux.
Message posté par moustafa
Belle saison de l'Atletico, avec en point d'orgue cette "finale" pleine de vice de la part des Colchoneros... un peu dégueulasse les fautes systématiques à 40m mais bon, c'est le jeu il parait.

Sérieusement ? Parler de vice contre le Barca ? Putain mais tant mieux si les catalans ont tâté de leur propre médecine, ça leur apprendra.
Franchement ils le méritent .. Rien que sur ce match les mecs ont prouvé qu'ils avaient les couilles Pour aller chercher le titre !
Sans Xabi Alonso la finale me fait peur pour le Real

Ps:Le discours du Cholo devait être épique , les mecs sont revenus d'entre les morts pour gagner ce trophée
Syr_Odanus Niveau : CFA
1966: Atletico champion, le Betis descend, le Deportivo monte, le Real gagne la C1 et l'Angleterre est championne du monde.

2014: Atletico champion, le Betis descend, le Deportivo monte...Manque plus que la victoire du Real en C1 et j'en connais qui vont se sentir pousser des ailes outre-manche !
Cette Liga aura vraiment été bizarre surtout lors des dernières journées, comme si personne en voulait. Bravo à l'Atlético sur qui je pense personne n'aurait misé en début de saison
J'espère sincèrement pour l'Atletico que Simeone restera, déjà que Costa fait ses valises, ça serait bête que ça finisse comme ça. Pour ce qui est de Barcelone, une saison blanche peut être mais une saison pas dégueulasse du tout au vu de tout ce que l'équipe a traversé, nul doute qu'ils reviendront plus forts la saison prochaine !
Note : 9
Superbe saison de l'Atleti bravo a eux et a Simeone qui prouve encore une fois qu'il fait parti de la cour des grands, on oubliera jamais cette saison de Liga.

Belle réaction du public catalan a la fin du match.

Vivement la saison prochaine.
Message posté par starfash

Sérieusement ? Parler de vice contre le Barca ? Putain mais tant mieux si les catalans ont tâté de leur propre médecine, ça leur apprendra.


L'arroseur arrosé!
cantona-forever Niveau : Loisir
Belle saison de l'Atlético, mais leur jeu a force c'est assez pénible. Très frustrant pur l'adversaire. Et puis toutes ces petites fautes de p*te... bref bravo tout de même a eux.
Soyons bons joueurs, dans l'ensemble ce n'est pas volé. Bravo à l'Atletico.
Le Barça a tenté jusqu'au bout, dommage. Malgré le retour de beaux mouvements collectifs, ils vont devoir se réinventer pour retrouver l'efficacité. Le match de Faudel est révélateur avec sa mine en 1MT et sa remise foireuse en talonnade dans les dernières minutes.
Après, ils peuvent regretter, mais l'Atletico a été costaud et méritait les applaudissements du Camp Nou, bravo à eux.
C'est bon de se rappeler que l'outsider gagne de temps en temps. C'est quand même meilleur quand il y a du suspense !!!
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
13 81