1. //
  2. // 16e de finale retour
  3. // Atlético Madrid/Rubin Kazan

L'Atlético Madrid et son impossible Europa League

Pour rêver d'un deuxième sacre consécutif en C3, les Colchoneros sont contraints à l'exploit sur la pelouse du Rubin Kazan. Avec un écart de deux buts en leur défaveur, ils doivent endosser le costume de super-héros, quelque part entre Ethan Hunt et Superman.

Modififié
0 11
En l'espace de 84 minutes, l'Atlético Madrid s'est tiré une balle dans chaque pied. Cet épisode cauchemardesque s'est écrit en deux temps avec, dans le rôle du grand méchant loup, le Rubin Kazan. Premier acte dès la sixième minute : sur un ballon en forme de patate trop chaude pour Sergio Asenjo, le vétéran turc Gökdeniz Karadeniz marque ce si important « but à l'extérieur  » . En supériorité numérique une mi-temps durant, incapable de se créer une situation chaude, les Colchoneros sont punis à l'entrée du temps additionnel. Parti à l'abordage, le même Sergio Asenjo ne peut rattraper Pablo Orbaiz, l'un des Espagnols de Kazan, qui double l'addition dans des cages vides. Avec un retard de deux buts et en déplacement en terre hostile dans la capitale du Tatarstan, l'Atlético de Madrid est contraint à l'impossible. Pis, sur ses terres, le nouveau club de Yann M'Vila est intraitable (trois victoires en autant de rencontres européennes, dont un cinglant 3-0 sur l'Inter Milan). Deux raisons qui poussent malgré tout à croire aux chances des Matelassiers. Explication.

Simeone : « Une équipe d'hommes »

« Je peux seulement dire que je suis très fier de mon équipe. C'est une équipe d'hommes, de joueurs qui interprètent ce que l'équipe doit faire. » À la suite de la victoire de dimanche dernier sur la pelouse de Valladolid, Diego Simeone a l'orgueil bien placé. Il faut dire que ses poulains viennent d'en passer trois dans l'enceinte des Pucelanos, là même où Barcelonais (3-1) comme Madrilènes (3-2) avaient galéré. Cette victoire fait également un joli contre-pied aux détracteurs des Matelassiers. Pour nombre d'entre eux, les défaites successives face au Rayo Vallecano (2-1) et, donc, au Rubin Kazan (2-0) validaient la thèse selon laquelle l'Atlético n'avait pas la carrure et surfait tout bonnement sur l'euphorie d'un début de saison réussi et d'un Falcao démoniaque. Mouais. Il en faut plus pour faire gober qu'une équipe deuxième de Liga, vainqueur de la dernière Europa League et de la Supercoupe d'Europe, n'en a pas plus dans le sachet. Cet Atlético version Simeone en a certes dans le ventre, il n'en reste pas moins une équipe équilibrée, patiente, et blindée de talents.

Ce jeudi, à 18 heures, l'Atlético s'apprête à jouer une partie de sa saison. Si ce n'est sa saison. Les affaires domestiques sont déjà pliées. Valence, cinquième en Liga et premier non-qualifié pour la Ligue des champions, pointe déjà à treize longueurs. Et encore, en raison de la suspension de toute compétition européenne pour la prochaine saison de Málaga, actuel quatrième, l'écart monte à seize unités. Bref, en tenant compte de son retard sur le Barça, le seul enjeu de cette fin de saison est de se retrouver devant l'ennemi local du Real Madrid. Comme pression, le Vicente Calderón a connu pire. Reste la Copa del Rey et cette demi-finale retour au Sanchez Pizjuán : avec son maigre avantage acquis à l'aller (deux pénaltys à un), l'Atlético devra se sortir les doigts. Si finale il y a, elle se jouera face au Barça – en position de force – ou face au Real – pas incapable d'aller taper les Blaugrana dans leur antre. Bref, une finale des plus compliquées. En caricaturant, le match retour face au Rubin Kazan apparaît comme une promenade de santé. Une promenade qui devra tout de même se jouer par une température frisant les -10 degrés au stade Luzhniki de Moscou.

L'Europa Falcao League avec sept canteranos

Un climat hostile que devront apprivoiser les Colchoneros. Pour ce, Diego Simeone et son staff ont décidé d'emmener la bagatelle de 700 kilos de matériel. Au milieu des duvets, bouillottes et autres caléfactions, El Cholo en a profité pour emporter sept canteranos – et laisser sept titulaires habituels à la maison. Un signe de renoncement ? Difficile de trancher : Arda, Godín, Koke et Gabi sont restés à Madrid, alors que Adrian, Mario Suárez et « Cebolla » Rodriguez font partie du voyage. Un ex du PSG pour qui « ce match est une finale » : « Nous sommes le champion et nous devons le montrer ici en donnant le maximum. Nous savons que le terrain n'est pas adapté à notre jeu (la pelouse y est synthétique, ndlr). Mais nous allons faire l'impossible pour gagner. » Une mission impossible à laquelle Radamel Falcao prendra part. De nouveau buteur après un léger passage à vide dû à une blessure, El Tigre sera bien à la pointe de l'artillerie rojiblanca. Double tenant du titre (avec Porto et l'Atlético), le Colombien espère bien planter plusieurs cachous ce jeudi. Histoire de rappeler à l'Europe que cet Atlético en est l'heureux propriétaire. Et lui, son porte-drapeau.

Par Robin Delorme, à Madrid
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

benbecker
il danse "gnagnannm" style ou quoi, l'ami Falcao???
ConnardLeBarbant Niveau : Ligue 1
Note : 1
On sous estime énormément Kazan. Si l'autre quiche d'Asenjo n'avait pas fait un match si degueulasse à l'aller, la donne aurait été différente.
@Robin Delorme: Pas réussi à se créer une situation chaude au match aller? Y'en a quand même eu un paquet, même si Koke, Tiago, Adrian n'ont pas eu suffisamment d'adresse pour les mettre au fond, il y en a eu. Genre la frappe de Falcao sur la barre ce n'est pas non plus une occasion chaude? Un poil plus sérieusement, ce match aller il est partagé entre l'erreur de Simeone de titulariser Asenjo et les bourdes de ce dernier. Le premier but il est entièrement pour lui: pourquoi tu relâches la balle bonhomme, tu peux la garder. Mais alors le pompon c'est encore cette montée sur le dernier corner du match à 0-1 genre sauveur de la dernière chance. Ah bon, il y a un match retour la semaine prochaine? Ce gardien m'exaspère profondément entre son talent gâché, ses sautes d'humeur, ses blessures et ses cagades à répétition.
Ce retour s'annonce plus que délicat à gérer, mais l'Atlético est bien capable d'aller tosser Kazan même sur son terrain pourri, même si je n'y crois pas trop dans le fond. Une élimination serait un mal pour un bien pour une équipe encore engagée en Copa et 2ème de Liga, poursuivi par le Real à quatre longueurs, et qui n'a pas peut-être pas la profondeur de banc de la Casa Blanca ou de la Team Masia.
Robin Delorme Niveau : District
Certes la frappe sur la barre de Falcao, certes les actions ratées de Koke et Arda... Mais dans l'ensemble, ce match est aller est de loin (avec la première mi-temps contre le Rayo), la rencontre la plus pourrie de cet Atlético cette saison - et peut-être même depuis l'intronisation de Simeone.
Concernant Sergio Asenjo, le mec s'est mis une pression monumentale pour ce match. On sentait qu'il voulait bien faire mais il s'est craqué dans les grandes largeurs et sa dernière montée l'atteste. Mais comme toi, je pense que les Colchoneros sont capables d'aller chercher la qualif à Moscou.
Oui, après je ne les défend pas sur ce match, qui est cependant clairement au dessus de matchs peu glorieux du passé comme l'élimination contre Bolton en Europa au Vicente Calderon il y a quelques années. Et on en revient un peu au point de départ pour Asenjo, c'est-à-dire que c'est un peu de la faute de Simeone aussi, qui, s'il avait bien voulu titulariser Thibaut Courtois, n'aurait certainement pas eu de défaillance de la part de son gardien. Parce qu'autant le premier que le second pion de Kazan ne sont excusables pour un portier de ce niveau là.
Je sais qu'ils jouent beaucoup tout ça tout ça, mais sais-tu pourquoi Simeone a fait ce choix de se priver d'éléments assez consistants comme Gabi, Koke ou Arda. C'est surtout le choix concernant le Turc que je ne pige pas des masses, tant son rendement, sa technique et sa vitesse peuvent être des armes de destruction massive pour les adversaires.
franchement, comment peut on qualifier la montée de Asenjo sur le dernier corner alors que son équipe perd 0-1 et qu'il y a un match retour ???

c'est d'une stupidité sans nom, je serais surpris qu'un coach vraiment compétent comme Simeone ait cautionné ça.

à 0-1, c'était encore jouable même à Kazan, 0-2... il va falloir plus qu'un Falcao des grands soirs.
C'est clair que c'est de la bêtise à l'état pur, mais ce n'est pas la première toile de Sergio le beau...En même temps, si tu regardes bien l'action où il monte, il ne se prend la tête avec personne, et pas un pour lui remonter les bretelles et lui dire de faire marche arrière et de retourner ses roustons dans les bois locaux. Du grand n'importe quoi, il a réussi à tirer deux fois, deux balles dans chaque pied de l'Atleti. Gracias Sergio!
Pepèrearnaud Niveau : CFA2
Message posté par Robin Delorme
Certes la frappe sur la barre de Falcao, certes les actions ratées de Koke et Arda... Mais dans l'ensemble, ce match est aller est de loin (avec la première mi-temps contre le Rayo), la rencontre la plus pourrie de cet Atlético cette saison - et peut-être même depuis l'intronisation de Simeone.
Concernant Sergio Asenjo, le mec s'est mis une pression monumentale pour ce match. On sentait qu'il voulait bien faire mais il s'est craqué dans les grandes largeurs et sa dernière montée l'atteste. Mais comme toi, je pense que les Colchoneros sont capables d'aller chercher la qualif à Moscou.


T'es sûr qu'Asenjo soit monté à sa propre volonté en fin de match? Quitte à contredire el Cholo...
Le Barça en galère au Zorrilla? Si tu tiens à une réduction chanceuse du score et à un mini frisson soldé par le but de Tello, bon...
En fait cette saison, les clubs d'espagnols ont la poisse ou ils sont nuls? Ou ils ont tous foiré leur match aller de coupe d'Europe seulement pour faire une remontée fantastique au retour?

Pcq Valence peut gagner 1-0 au Parc, le Real faire 2-2 à Old Trafford, le Barca en mettre 3 contre le Milan et l'A. Madrid en mettre 2 et gagner au t.a.b =)

et là, tous les journaux retourneront leur veste !
Allez rêvons un peu..
Note : 1
@ pikatchou ; sauf qu'à 1-0 au Parc Valence ne passe pas...
Message posté par A-Pitchou
En fait cette saison, les clubs d'espagnols ont la poisse ou ils sont nuls? Ou ils ont tous foiré leur match aller de coupe d'Europe seulement pour faire une remontée fantastique au retour?

Pcq Valence peut gagner 1-0 au Parc, le Real faire 2-2 à Old Trafford, le Barca en mettre 3 contre le Milan et l'A. Madrid en mettre 2 et gagner au t.a.b =)

et là, tous les journaux retourneront leur veste !
Allez rêvons un peu..


Le football européen vie de cicle et cette année on peut voir que le football allemand prend le dessus. Est-ce-que ça va durer? Peut-être bien! Le football anglais dominer l'Europe dans les années 2007 jusqu'aux années 2010 et viens le changement pour la domination espagnol. Moi, perso, je n'y crois pas trop aux matchs retour des équipes espagnol!!
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
0 11