Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Celta Vigo-Atlético (0-2)

L’Atlético garde la tête à Vigo

Au terme d’une rencontre bien maîtrisée malgré un adversaire dangereux, l’Atlético Madrid s’impose face au Celta Vigo (2-0). Les Matelassiers restent seuls en tête de la Liga, tandis que le Celta voit la qualification en C1 s’éloigner…

Modififié

Celta Vigo 0-2 Atlético Madrid

Buts : Griezmann (49e) et Yannick Ferreira Carrasco (80e) pour l'Atléti

On joue la 49e minute de jeu. Deux philosophies s’opposent entre le Celta Vigo et l’Atlético Madrid : d’un côté, le jeu léché et esthétique des Galiciens, de l’autre, la hargne et la présence physique des Colchoneros. Les débats sont intenses, le spectacle est au cœur du jeu. On se regarde dans le blanc des yeux, à la façon d’un bon vieux western spaghetti signé Sergio Leone. Le shérif de l’Atlético Madrid se lance à la poursuite du vagabond celte, dans son propre fief. Et comme souvent dans ces cas-là, celui qui fera mouche en premier gardera l’équilibre. Depuis l’extérieur de la surface, Antoine Griezmann dévie un ballon pour Luciano Vietto sur le côté gauche. De sang-froid après une vive accélération, La Joya centre au second poteau. Griezmann met le turbo pour pousser le cuir au fond des filets. L’Atlético prend la main, la Brute vient de plomber le Bon.


Dos à dos


Dès le départ, le match indique que la bataille du milieu de terrain sera féroce. Malin comme pas deux, Diego Simeone invite son ancien poulain de River, Augusto Fernández, à faire ses preuves devant son ancien public du Balaídos. Histoire de s’assurer que sa nouvelle recrue fait vraiment partie de la famille madrilène. Le néo-Matelassier démarre ainsi par des contacts durs sur l’homme, mais toujours prêt à relever ses anciens camarades, restés à terre. Du combat certes, mais sans oublier le respect. En face, le Celta Vigo reste fidèle aux principes de Toto Berrizo, à savoir prodiguer du beau jeu. Après une succession de plusieurs séquences offensives, le premier danger surgit par le biais de Iago Aspas, et sa tête piquée passe de peu à côté. En bon leader de Liga, l’Atlético sait répondre à cette menace : Antoine Griezmann envoie une lourde frappe juste au-dessus du but après un relais avec Koke. Un coup chacun, ce premier duel acharné s’achève donc sur un statu quo. Pour ce passage au saloon afin de soigner son conduit buccal, Berizzo et Simeone rêvent secrètement de faire mordre la poussière à l’autre pour le second duel.

Griezmann dégaine, YFC achève


Pour la reprise, pas de quartier. L’Atlético Madrid poursuit son entreprise de destruction, et Griezmann donne un avantage comptable aux siens. Une fois mené, le Celta ne perd pas son style de jeu pour autant, mais peine à créer du danger. Petit à petit, les profils s’inversent après le but : Simeone fait sortir Augusto Fernández sous un tonnerre de sifflets, Yannick Ferreira Carrasco le remplace. Habituels donneurs de taquets, Godín et Gabi se font découper par des tacles en retard des locaux. Le Celta Vigo sent la mort le guetter, une troisième défaite en cinq rencontres de championnat réduirait un peu plus ses chances de jouer un tour préliminaire de Ligue des champions. Le jeu leur appartient toujours, mais l’efficacité n’est toujours pas au rendez-vous. Jackson Martínez peut porter le coup de grâce après son entrée sur la pelouse. Hélas pour lui, sa lenteur fait défaut. Plus tueur, YFC boucle le suspense avec une course incisive suivie d’une frappe tendue du gauche (80e). Désormais, la Liga se divise en deux catégories : l’Atlético Madrid garde son pistolet chargé, quand Vigo creuse.


Par Antoine Donnarieix
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


il y a 3 heures L'avocat de Mogi Bayat ne comprend pas pourquoi son client est toujours en prison 28 il y a 6 heures Le magnifique coup franc de Rooney avec DC United 9
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi Podcast Football Recall MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible