Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 12e journée
  3. // Milan AC/Atalanta (0-0)

L'Atalanta gracie le Milan

C'est bien l'Atalanta qui a eu les meilleures opportunités dans ce derby lombard, un point, ce n'est pas cher payé au vu de la physionomie de la rencontre. La prestation des Bergamasques a mis à nu tous les défauts d'un Milan pas encore guéri.

Modififié

Milan AC 0-0 Atalanta Bergame


15 tirs à 8. 55% de possession, mais pour l'Atalanta qui peut avoir d'énormes regrets après avoir criblé de tirs le jeune Donnarumma pendant toute la seconde période. Le Milan était attendu pour une passe de quatre pouvant le propulser à deux unités de la tête l'espace d'un soir, il ressort redimensionné de cet affrontement et sonné après avoir frôlé la correctionnelle. La Dea, elle, confirme qu'elle peut viser plus qu'un maintien tranquille.

Niang réussit son retour


Trois victoires en dix jours et voici un Milan revigoré et projeté vers le haut du classement. La Curva Sud a d'ailleurs répondu présente, elle qui déroulait des banderoles de contestations il n'y a pas si longtemps. 4-3-3 de chaque côté et retour de M'Baye Niang dès la 1re minute de jeu après sa blessure au pied. L'ancien Caennais a la dalle et compte démontrer que son prêt de six mois du côté du Genoa lui a fait passer un cap (5 buts en 14 matchs). À première vue, c'est le cas. Plusieurs envolées balle au pied, de l'assurance dans ses transmissions, on est loin du joueur un peu paumé qui avait temporairement quitté le club l'hiver dernier.

Le retour du Français met un peu de piment dans une première mi-temps bien triste où celui qui a tiré le plus de fois au but est l'arrière gauche nerazzurro Giampaolo Bellini, pourtant entré en jeu à la 20e minute à la place de Bouka Dramé. Une percée de Bacca suivi d'un tir contré par la défense, un slalom d'Antonelli qui finit en sortie de but et quelques interventions maladroites de De Sciglio toujours plus proche de De Ceglie. Le Milan peine quand il s'agit de prendre le jeu à son compte et l'absence de Bonaventura, suspendu, se fait ressentir. En face, l'Atalanta ne panique pas.

Milan-Atalanta ou Atalanta-Milan ?


Le match reprend comme il s'était terminé, c'est-à-dire avec les blasphèmes des journalistes bergamasques à en faire ressusciter Giovanni XXIII. De Sciglio a fini son show et laisse place à Calabria, tandis que Niang continue le sien et prend un taquet par l'Amara Simba chilien. À l'heure de jeu, Paletta pique trop sa tête et San Siro pousse un ouf de soulagement. C'est le début d'une véritable séance de tirs pour les Atalantini. Une autre caboche à bout portant de Cigarini suivi d'un loupé, une frappe de Maxi Moralez, puis une tentative de Grassi. Donnarumma enchaîne les parades sans broncher, histoire de confirmer son talent, mais aussi les difficultés de ses défenseurs malmenés pendant toute la seconde période. D'ailleurs, une simulation de Papu Gómez aurait bien pu finir en penalty.

Inquiet, Mihajlović fait entrer Luiz Adriano et passe dans un 4-2-4 couillu au vu de la physionomie de la rencontre. Effectivement, le Milan continue de subir les offensives d'un trio Gómez-Pinilla-Moralez imprenable ce soir et ne réagit que par une tête de l'attaquant brésilien sur corner et sauvée sur la ligne par Cigarini. Les Rossoneri passent même tout proches du hold-up parfait avec une ultime contre-attaque 3 contre 2, mais la frappe de Cerci finit dans le petit filet. C'eut été injuste. On en restera à 0-0. Après le probant succès contre la Lazio, Sinisa avait de suite déclaré qu'une victoire contre l'Atalanta serait encore plus significative. Ses hommes l'ont trahi.

Par Valentin Pauluzzi, à San Siro
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible Podcast Football Recall Olive & Tom
mardi 17 juillet Usain Bolt pourrait jouer en Australie 17