En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 12 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // 1/4 de finale
  4. // Boulogne/ASSE (1-1, 3 tab 4)

L'ASSE se qualifie au bout du suspense

Dans un match terne et peu distrayant, il aura fallu aller jusqu'aux tirs au but pour départager Boulogne et Saint-Étienne (1-1 ; 3 tab 4). Un exercice dont sont sortis victorieux les Verts, qui se qualifient ainsi pour les demi-finales de la Coupe de France

Modififié

Boulogne-sur-Mer - ASSE
(1-1)

A. Soubervie (80') pour Boulogne-sur-Mer , B. Corgnet (86') pour Saint-Étienne.


78e minute de jeu. Lancé en profondeur, Bègue s'en va défier Stéphane Ruffier en face à face. Peu inspiré, l'attaquant boulonnais rate totalement sa frappe, mais coup de chance, l'arbitre estime qu'il y a penalty. Une décision aussi surprenante que sévère, tant le contact entre les deux hommes paraît anodin. Soubervie, lui, ne se pose pas de question et transforme ce penalty en claquant un plat du pied appuyé sur sa droite. 1-0 à dix minutes de la fin, Boulogne peut commencer à fêter sa qualification. Pourtant, quarante minutes plus tard, c'est bien l'ASSE qui fête la sienne après la séance des tirs au but. La magie du football, en somme.

Un nul logique


Il y a cinq ans, ce match était une affiche de Ligue 1. Aujourd'hui, c'est une équipe de l'élite qui rend visite à une troisième division. Et qui dit deux divisions d'écart, dit logiquement écart de niveau. D'ailleurs, il ne faut pas plus de cinq minutes aux Stéphanois pour se montrer les plus dangereux dans ce début de partie. Servi dos au but, Mollo parvient à se retourner avant de déclencher une frappe qui, déviée, revient dans les pieds d'Hamouma, et il faut une belle intervention de Viviani pour empêcher les visiteurs d'ouvrir le score de façon précoce. Après une entame timide, les locaux se décident finalement à jouer avec leurs armes. Solides défensivement, les hommes de Stéphane Le Mignan parviennent à contenir les attaques stéphanoises tout en se projetant régulièrement vers l'avant, sans pour autant se créer d'occasions franches. Peu importe, les Boulonnais n'ont pas à rougir de leur prestation face à des Verts peu inspirés sur le plan offensif. Au final, c'est sur un score nul et vierge plutôt logique que les deux équipes rentrent s'hydrater aux vestiaires.

La loterie des tirs au but


Revigorés après ces quinze minutes de pause, les Boulonnais reviennent sur la pelouse avec l'intention de jouer les bourreaux plus que les victimes. Déterminés, les locaux s'installent dans le camp stéphanois et mettent la défense du Forez sous pression, même si les occasions ne sont pas forcément au rendez-vous. Après un quart de jeu dans ce second acte, il faut se rendre à l'évidence : l'ASSE souffre terriblement. Si les débats se rééquilibrent peu à peu, les actions sont très rares, voire inexistantes. Finalement, c'est Boulogne qui finit par se créer l'occasion la plus franche lorsqu'à la 75e, Mercier, parfaitement servi en profondeur, se présente face à Ruffier, mais foire totalement son intérieur du droit, dommage Rolland était absolument seul dans l'axe…

Trois minutes plus tard, c'est au tour de Bègue d'aller défier le gardien stéphanois, se manquer, mais profiter d'un M. Fautrel tatillon. Pénalty. Une décision sévère. Très sévère, même. Ça, Soubervie s'en moque et ouvre le score d'un puissant plat du pied (80e). 1-0, Boulogne se prend à rêver. Réveillés par ce but, les Verts se mettent à aller de l'avant et sur un coup franc botté par Mollo, Corgnet surgit pour égaliser de la tête (84e). 1-1, tout est à refaire. Après un match très ennuyeux dans l'ensemble, les deux équipes s'offrent donc trente minutes de rab. Trente minutes inutiles, il faut donc s'en remettre au cruel exercice des tirs au but. À ce petit jeu-là, Ruffier se montre impeccable et qualifie les siens en stoppant le cinquième penalty boulonnais. Pour Boulogne, la belle histoire s'arrête ici, tandis que les Stéphanois, eux, commencent à rêver d'une septième Coupe de France.


Par Gaspard Manet
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 18:30 La Fondation Lionel Messi pas très utile selon les Football Leaks 34
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
dimanche 14 janvier Le low-kick fou de Tony Chapron 165