1. // Tactique
  2. // Poste

L’arrière latéral est-il vraiment le moins bon joueur de l’équipe ?

Pour jouer au foot, il faut être onze. C’est un fait. Mais sur ces onze personnes, toutes n’ont pas les mêmes aptitudes physiques et techniques. C’est un autre fait. Une légende urbaine veut que parmi ces onze, celui qui en a le moins, des aptitudes, on le mettrait latéral. Car qu’il soit à droite ou à gauche, l’arrière latéral est souvent considéré comme le moins bon joueur de son équipe. Jallet et Morel ne serviront pas d'exception qui confirme la règle. D’ailleurs, Booba n’a jamais chanté « Que des numéros 3 dans ma team » , hein !

Modififié
46 126
Le virus du foot est quelque chose qui s’attrape jeune. Très jeune, même. À l’âge où l’on est encore empli d’insouciance et de joie de vivre. À l’âge où, bien sûr, on rêve de devenir footballeur professionnel. Enfin, on rêve d’être Ronaldo, Messi ou Ibrahimović, plus exactement. Mais bizarrement, on ne fantasme pas sur la possibilité de devenir Évra, Alves ou Marcelo. Non, effectivement, on ne rêve pas de devenir arrière latéral. D’ailleurs, à l’heure des premières licences, des premiers entraînements, rares sont les minots à demander instinctivement d’occuper ce poste. La plupart rêvant d’être numéro dix ou avant-centre. Alors, souvent, la répartition se fait sur les qualités intrinsèques des gamins. Le plus technique sera meneur, le plus costaud sera défenseur central, le plus casse-cou sera gardien, ainsi de suite, jusqu’au moment fatidique du choix des arrières latéraux. Et bien souvent, c’est le petit Kevin, peu gâté par dame nature au niveau des qualités footballistiques, qui va jouer ce rôle. Alors, l’arrière latéral peu doué, mythe ou réalité ?

Si la théorie est peut-être encore valable chez les plus jeunes, elle ne s’avère pas très crédible dans le monde du foot professionnel. À une époque où les latéraux ont pris une dimension offensive importante, il est impensable d’imaginer que ce sont des joueurs limités techniquement. D’ailleurs, l’apport offensif de ces derniers est souvent un élément déterminant pour la victoire d’une équipe. Comme le confirme Grégory Tafforeau, ancien arrière gauche à Lille : « Moi, je pense que maintenant, les matchs se gagnent avec les latéraux. » Le latéral serait donc devenu un joueur déterminant pour le jeu de son équipe ? Incontestablement, selon l’ancien Lillois : « C’est souvent ce genre de joueurs qui débloque les matchs. Contre des équipes super regroupées, ton seul moyen de gagner, c’est en passant par les côtés et ce sont les latéraux qui vont te permettre de contourner les blocs compacts. » Il est vrai qu’à l’heure actuelle, les latéraux fournissent un travail offensif comparable à celui d’un ailier. Dans un football porté vers l’avant, ces derniers se doivent de dédoubler en permanence et d’être capables de balancer régulièrement de bons centres pour créer des actions de but. Ces joueurs de couloir sont désormais autant jugés sur leur apport offensif que sur leur travail défensif, comme le souligne Tafforeau : « Aujourd’hui, si un latéral fait un bon match défensivement, mais qu’il n’apporte rien sur le plan offensif, on va lui dire que son match n’est pas abouti. » Cela reflète bien l’énorme évolution qu’a connue ce poste. De nos jours, le latéral, qui participe activement au jeu, ne peut plus se permettre d’être limité techniquement.

« Aucun autre poste n'allie à ce point-là tâches offensives et défensives »

Claude Barret, lui-même ancien latéral dans les années 1980, va également dans ce sens, car pour lui « les latéraux sont même les défenseurs les plus techniques » . Selon l’actuel entraîneur adjoint de l’AJ Auxerre, « c’est plus facile de jouer stoppeur que de jouer latéral, par exemple. Stoppeur, on est dans l’axe, on a juste à bien défendre et bien relancer, alors que latéral, il faut monter, il y a des une-deux, il faut dédoubler avec l’ailier, ça demande beaucoup plus de travail. » Finalement, cette idée préconçue d’un latéral moins doué que ses coéquipiers n’a pas vraiment lieu d’être. Du moins, aujourd’hui. Car, comme le reconnaît Barret : « Nous, à l’époque, c’était marquage individuel, donc c’était surtout l’aspect défensif de la chose. Maintenant, dans les grands clubs, les latéraux doivent apporter un plus offensivement, donc forcément, ils doivent être bons techniquement. Aujourd’hui, si t’as un latéral qui ne te met pas de bons centres, c’est compliqué. » Le latéral aurait donc progressé en parallèle de l’évolution du poste et des tâches inhérentes à celui-ci. Philippe Jeannol, qui a joué ce rôle quelques fois dans sa carrière, au cours des années 1970-1980, admet qu’à « l’époque, c’est vrai, on mettait peut-être le joueur le moins technique » . Toutefois, pour l’ancien Nancéien, l’importance des latéraux est cruciale : « Ce sont eux qui peuvent créer le déséquilibre. Ils ont presque un rôle essentiel dans l’animation offensive. »

Si les latéraux ont bien eu cette image de joueurs peu doués techniquement, les attentes d’aujourd’hui sont telles à ce poste-là, que le latéral est loin d’être le peintre de son équipe. Pour Greg Tafforeau, cette idée est à jeter : « C’est un poste où la qualité technique a évolué, on ne voit plus de latéraux bûcherons comme à l’époque. On voit des latéraux aussi bons techniquement que les milieux de terrain. » Et force est de constater que l’ancien capitaine du LOSC a raison. Aucune grande équipe ne peut se permettre d’avoir des latéraux moyens. Par leurs dédoublements, leurs centres, leur faculté à apporter le surnombre, ils sont devenus incontournables dans l’efficacité d’une équipe. Le poste de latéral apparaît même comme l’un des plus difficiles, car aucun autre poste n'llie à ce point-là tâches offensives et défensives. Il est donc essentiel de savoir bien gérer son effort, ne pas trop se perdre aux avant-postes, ne pas se prendre pour un ailier, quoi. Comme le dit Claude Barret : « Les jeunes latéraux d’aujourd’hui, leur priorité c’est d’apporter un plus offensivement. Mais il faut leur rappeler que leur boulot, à la base, c’est quand même de défendre. » Bref, ce n’est pas de tout repos, d’être défenseur latéral.

Par Gaspard Manet
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Clairement ça s'applique plus au niveau amateur que professionnel. Après si quelques exemples subsistent, Morel-Jallet... Les grandes équipes ont toujours eu des latéraux de qualité : Thuram-Liza; Cafu-Roberto Carlos, Abidal-Daniel Alves pour le grand Barça des dernières années; ou encore à l'heure actuelle allez dire à Munich que leur point faible c'est Lahm et Alaba...
Article intéressant mais peut être pas assez développé !
Note : 21
En amateur, les plus mauvais on les met devant sur les ailes. Là au moins, quand ils ratent, il y au moins un mec pour réparer leur connerie. Si tu mets une chèvre en latéral, t'as plus que le gardien pour te sauver.

Et moi quand j'étais petit, je voulais devenir Roberto Carlos, donc bon...
Pascal Pierre Niveau : Loisir
si l'histoire de l'OM devait se résumer à ses arrière gauches, elle serait intitulée "de Di Meco à Morel, en passant par Nakata, Taiwo et le fantôme de Liza". Bref, rien de bien bandant.


Evidemment que ce poste a évolué, que le Brésil a également ouvert la voie avec des mecs comme Cafu dans l'apport offensif devait peser autant que les consignes défensives.

c'est pour moi aujourd'hui un des postes les plus complexes, car la manière d'y jouer change radicalement selon le dispositif de l'équipe mais également selon le dispositif adverse. Les temps d'adaptation à sa nouvelle équipe est parfois long et y'a pas mal de latéraux prometteurs qui n'ont pas eu l'intelligence nécessaire à ce poste pour devenir les monstres qu'on attendait.

En France, nous avons eu 2 modèles magnifiques de révolution de ce poste : Lizarazu (avant sa période fantôme marseillais) et Sagnol.
Ces mecs là m'ont toujours épaté, tant au niveau de ce qu'ils pouvaient faire avec le ballon qu'au niveau de la science de leurs placements.
Certes le poste à évoluer, avec un apport beaucoup plus offensif. Mais quoi qu'il en soit, tu m'enlèveras pas de la tête que le mec en face qui porte le numéro deux, j'ai envie de lui envoyer un petit pont !!!!
Meme en amateur sa se fait pas. À part les bas fond du foot amateur. Au contraire de nos jours un arriere lateral se doit de bien défendre, etre bon physiquement pour etre capable de prende son couloirs, etre bon techniquement pour amener de bon centre. Perso j'ai jamais entendu que le lateral etait considéré comme moins bon de son equipe.
George Haggis Niveau : CFA2
Putain enfin un bon article, yen avait pas legion ces derniers temps.
C'est le poste le plus exigeant du foot de ces dix dernières années. Par contre Thuram est un contre exemple, en 98 il est le meilleur central de serie A, jouer à droite en EDF c'était un sacrifice. J'aurais plutot cité la paire Abidal-Sagnol 2006!!
J'appele Cafu, Maldini, Facchetti, Brheme, Zambrotta, Lahm, Alaba, Roberto Carlos, Thuram, Lizarazu, Zanetti, van Bronckhorst, Samuel Eto'o...
Dikinass exactement sa. Mettre un mauvais joueurs arriere lateral c'est trop dangereux pour l'équipe.
George Haggis Niveau : CFA2
Message posté par Machiavel
J'appele Cafu, Maldini, Facchetti, Brheme, Zambrotta, Lahm, Alaba, Roberto Carlos, Thuram, Lizarazu, Zanetti, van Bronckhorst, Samuel Eto'o...


Eto'o ?

Tu vois ya tellemet de lateraux de qualite que t'es oblige d'aller piocher dans les meubles.
RobineVanPerfect75 Niveau : Loisir
Message posté par Leck
Clairement ça s'applique plus au niveau amateur que professionnel. Après si quelques exemples subsistent, Morel-Jallet... Les grandes équipes ont toujours eu des latéraux de qualité : Thuram-Liza; Cafu-Roberto Carlos, Abidal-Daniel Alves pour le grand Barça des dernières années; ou encore à l'heure actuelle allez dire à Munich que leur point faible c'est Lahm et Alaba...
Article intéressant mais peut être pas assez développé !


Pourquoi tu suces un rappeur de merde ??? T'as pas honte d'avoir la vielle bite de L.E.C.K au fond du gosier ? Pédale
D'ailleurs notre défense en 2006 putain....
De gauche à droite :
Champion de France
Champion d'Angleterre
Champion d'Italie
Champion d'Allemagne

Circulez, y a pas de buts à marquer.
George Haggis Niveau : CFA2
Message posté par RobineVanPerfect75


Pourquoi tu suces un rappeur de merde ??? T'as pas honte d'avoir la vielle bite de L.E.C.K au fond du gosier ? Pédale


Yes le retour du triso du forum !! Tu m'avais manque mon gars, Radamel est moins marrant quand meme.
Message posté par George Haggis


Eto'o ?

Tu vois ya tellemet de lateraux de qualite que t'es oblige d'aller piocher dans les meubles.


Rappelle toi un certain match où Fils a joué à ce poste... Sous l'initiative de qui ??
ToxikCheese Niveau : Loisir
Cette article est intéressant mais il est en retard de 10 ans.

Aujourd'hui, tu peux prendre toutes les meilleurs équipes du monde (Club ou sélection), elles ont toute des arrières latéraux super talentueux ! Des mecs qui avalent les km à des vitesses folles sans jamais se fatiguer...

Avant oui, t'avais que quelques exceptions dont les plus connues se nommaient Roberto Carlos, Cafu ou Javier Zanetti.

de tête tu peux citer : Lahm, Alves, Maicon, Ashley Cole, Jordi Alba, Coentrao, Lichtsteiner, Debuchy... Un mec comme G. Bale était encore arrière latéral il n'y a pas si longtemps !

Dans mon OL d'aujourd'hui, un mec comme Bedimo est surement le plus tehnique avec le trio Gourcuff Grenier Lacazette.


Le foot moderne passe de plus en plus par les ailes, du coup les joueurs de couloir offensif comme défensif tendent à devenir des marathoniens ultra technique, et ce n'est que le début !
RobineVanPerfect75 Niveau : Loisir
Et l'autre abruti de Pascal Pierre qui suce Albert Camus. Le mec est là tous les jours comme un gland a poster des commentaires de merde sur commentaires de merde; a se croire genre trop opportun. Comment peut on kiffer Camus????? le pire des glands. je comprends pas ça depasse l'entendement. Enfant de chienne va.
Message posté par Leck
Clairement ça s'applique plus au niveau amateur que professionnel. Après si quelques exemples subsistent, Morel-Jallet... Les grandes équipes ont toujours eu des latéraux de qualité : Thuram-Liza; Cafu-Roberto Carlos, Abidal-Daniel Alves pour le grand Barça des dernières années; ou encore à l'heure actuelle allez dire à Munich que leur point faible c'est Lahm et Alaba...
Article intéressant mais peut être pas assez développé !


Cafu et Roberto Carlos c'est l'exception qui confirme la règle, leurs couloirs ont toujours été des boulevards parce qu'ils passaient leur temps dans la moitié de terrain adverse.
Toxikcheese d'accord avec toi, par contre bedimo je le trouve pas exceptionel techniquement. Ses qualités sont la puissance la vitesse et bon centreur en gros tout ce qu'on demande à un mec de son poste. Par exemple un dani alves est fin techniquement pour un lateral.
Note : 3
Le latéral en football est l'équivalent du troisième ligne au rugby. Ce sont des joueurs qui peuvent se planquer sur le terrain si ils font le job minimum.
En revanche, si ils surnagent, ils font la différence à eux seuls.

Ce sont, à mon sens, des postes représentatifs du sport moderne. Ils doivent tout savoir faire.

Sinon au Brésil, être latéral c'est un rêve pour un paquet de gamin parait-il.
On m'a claque arriere lateral en pupille. Ca sentait bien le poste pour le mauvais....faut dire je venais d'arreter ma carriere de gardien en poussins !
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
46 126