En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 19 Résultats Classements Options
  1. // CM 2018
  2. // Qualifs
  3. //

L’Argentine se relance, Alexis Sánchez porte le Chili

Grâce à un Messi stratosphérique, l’Argentine a battu la Colombie (3-0). Auteur d’un doublé, Alexis a offert la victoire au Chili face à l’Uruguay (3-1). Le Brésil est toujours leader, après un succès au Pérou.

Modififié

Les résultats et le classement :




L’équipe de la journée : l’Équateur


Sans faire de bruit, l’équipe entraînée par Gustavo Quinteros est en train de s’imposer comme une valeur sûre de la zone CONMEBOL. Troisième du classement, après l’écrasante victoire 3-0 face au Venezuela (avec des buts de Mina, Bolaños et Valencia), la Tri pourrait bien voir la Russie. Après la rencontre, Quinteros a félicité son collectif bien rodé en conférence de presse : « L’équipe joue bien, on a une certaine rigueur tactique et un jeu qui nous permet d’aller chercher des victoires. J’espère qu’en mars nous allons récupréer tous les joueurs en forme pour continuer à progresser et tenter de se qualifier pour la Coupe du monde » .

Vidéo


Le joueur de la journée : Alexis Sánchez


Arsène Wenger n’a certainement pas du apprécier de voir son attaquant titulaire face à l’Uruguay. « Leur staff essaye de le remettre sur pieds, j'espère qu'ils ne prendront pas la décision suicidaire de le faire jouer car il pourrait ensuite être absent trois mois » , balançait le manager des Gunners sur beIN Sports. Apparemment, le staff chilien a réussi sa mission. Face à l’Uruguay, Sánchez s’est offert un doublé (devenant au passage le deuxième meilleur buteur de l’histoire de la Roja derrière Salas, avec 36 buts). Le tout avec un mollet en mousse. Ça vaut bien un petit tweet de son club.



Le golazo de la journée : Messi et son coup franc exceptionnel.



Nada mas.


Les déclas de la journée :


- « La Bolivie méritait cela, le pays entier le méritait. À chaque coin du pays, les supporters sont là pour soutenir cette sélection, ces gladiateurs » . Ángel Guillermo Hoyos, le selectionneur argentin de la Bolivie, après la victoire arrachée face au Paraguay.

- « Je veux continuer à ce poste. Je ne crois pas que changer une nouvelle fois d’entraîneur soit la solution. Mais je ne vais pas me couper les veines si cela arrive » . Fransico Arce entraîne le Paraguay depuis le début du mois d’août et pourrait déjà être remercié.

- « L’équipe a fait ce que j’avais prévu » . Rafael Dudamel, sélectionneur du Venezuela, et ce malgré la défaite 3-0 face à l’Équateur.

- « J’espère que l’on va continuer ainsi jusqu’à la fin pour donner du bonheur au peuple équatorien » . Gustavo Quinteros croit vraiment à la qualification au Mondial 2018.

- « J'en ai parlé avec les joueurs et ils ont pris la décision. On a vécu deux semaines d'agressions qui n'avaient rien à voir avec le football. Quand cela dépasse le sportif, il faut réagir. Moi aussi on m'a découpé en morceaux mais je suis habitué » . Edgardo Bauza, après la victoire face à la Colombie et la décision des joueurs argentins de ne plus parler à la presse.



L’analyse autour du maté : L’Argentine est-elle guérie ?


La réponse est simple. Non, l’Argentine n’est pas guérie, ni même sortie de sa crise. Contre la Colombie, c’est Leo Messi qui a porté sa sélection sur ses épaules, cachant souvent un néant collectif inquiétant. Contrairement aux Brésiliens, les Cafeteros n’ont absolument pas pressé Mascherano et Biglia, ce qui a permis aux deux milieux de terrain argentins de tranquillement distiller le jeu. Pour la créativité, on repassera. Alors que son équipe menait 2-0, Bauza n’a rien trouvé d’autre que de faire sortir Banega, unique joueur du milieu de terrain qui semble intouchable dans cette Albiceleste. Résultat, l’Argentine a laissé le ballon et doit le troisième but au génie de Leo Messi. Désormais en position de barragiste, l’Argentine a la chance d’avoir son destin entre ses mains. Mais a décidé de s'inventer une nouvelle petite crise. En conférence de presse, Messi a pris la parole au nom du groupe, annonçant que les joueurs ne parleraient plus aux journalistes. En cause, les accusations faites à Lavezzi. Un journaliste avait affirmé qu'il était écarté du groupe contre le Brésil après avoir fumé un joint.



La stat : 5/7


Edinson Cavani est le meilleur buteur de ces éliminatoires. Et il peut remercier Luis Suárez. Sur cinq de ses sept buts, l’attaquant du PSG a reçu une passe décisive du Pistolero. La doublette parfaite.


Et sinon ?


  • C'est presque certain, le Brésil va voir la Russie. Grâce à des buts de Gabriel Jésus et Renato Augusto, les hommes de Tite repartent du Pérou avec trois points.


  • Et certains veulent s’en passer...


  • « Alors Gonzalo, heureux après ce but de Pratto ? »


  • Contre le Chili, le Maestro Tábarez a égalé le record de matchs sur un même banc en selection nationale (167), qui appartenait à Sepp Herberger

  • Un coup de coude de Falcao et la réponse poétique de Mascherano : « Ferme ton cul » .



  • Sombrero de Messi = High-kick de Arias



  • Discussion philosophique entre Mercado et James. Au menu, des mamans péripatéticiennes.



  • Martins en pleurs après son but qui offre la victoire à la Bolivie face au Paraguay.



  • Arturo Vidal sera suspendu lors de la prochaine journée, contre l’Argentine. Tout comme Luis Suárez, qui ratera le match face au Brésil.

  • Smedberg s’est retrouvé quasiment à poil, offrant ses vêtements à des supporters boliviens. Normal.


  • Alexis Sánchez jouait le match contre l’Uruguay avec une légère blessure. Qui ne lui a pas posé dé gros soucis.


  • Lavezzi va porter plainte contre un journaliste, qui a tout simplement affirmé que le Pocho avait fumé un joint à l’hôtel.


  • Contre le Chili, la sélection argentine devrait jouer devant la public de la Bombonera. La dernière fois que l'Albiceleste a disputé un match d'éliminatoires pour un Mondial dans le stade de Boca c'était en 1997. Ça va faire du bruit.

  • Ceci est un doigt d'honneur de Suárez vers le public chilien. Une mauvaise idée puisque Vargas a été sanctionné de deux matchs de suspension pour le même geste à Montevideo.



    Par Ruben Curiel
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié


    Dans cet article


    Hier à 09:00 Coentrão casse le banc des remplaçants 9 vendredi 19 janvier L2 : Les résultats de la 22e journée 4
    Partenaires
    Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
    vendredi 19 janvier Un club espagnol offre un maillot à tous les bébés nés en 2018 3