En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 4 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Amical
  3. // Brésil-Argentine (0-1)

L'Argentine, sans péril et sans gloire

Dans une enceinte du Melbourne Cricket Ground pleine à craquer, Brésiliens et Argentins auront essayé de masquer l’ennui inhérent aux matchs amicaux. Avec réussite à quelques occasions et difficulté la plupart du temps. Mais avec toutefois un vainqueur : l’Argentine.

Modififié

Brésil 0-1 Argentine

But : Mercado (44e) pour l'Argentine

Entre le retour de Thiago Silva en tant que titulaire et capitaine, la première de Jorge Sampaoli sur le banc de l’Argentine, l’association de Dybala et Messi, et les 95 000 supporters présents à Melbourne, ce match amical entre le Brésil et l’Argentine avait de quoi séduire. Et il l’a fait, à quelques reprises. Mais les quelques actions de grande classe n’auront pas pu empêcher de voir cette rencontre sombrer régulièrement dans le soporifique. Prévisible, mais dommage. Sampaoli, au moins, peut se targuer d’avoir réussi ses débuts avec l’Albiceleste. Ça en fait au moins un d’heureux.

La loi du Mercado


S’il est compliqué - voire presque impossible - de s’enthousiasmer sur des matchs amicaux fixés au terme d’une saison harassante, difficile tout de même de ne pas saliver face à l’idée de voir les deux plus grandes nations du football s’affronter. Même en amical, même à midi, et même en Australie. D’autant que pour sa première à la tête de l’Albiceleste, Sampaoli décide de sortir du lourd avec Messi, Higuaín, Dybala et Di María alignés dès le début de rencontre. Pourtant, face à un Brésil largement remanié, les Argentins peinent à imposer leur jeu. Sans possession, les Auriverdes se contentent de placer des contre-attaques foudroyantes notamment grâce au jeu en une touche de balle entre Gabriel Jesus et Coutinho. Mais l’Argentine tient. Et se met même à utiliser sa possession de manière plus efficace. Le quatuor offensif se trouve plus facilement et les situations chaudes commencent à s’enchaîner. Avant de se concrétiser, juste avant la mi-temps, par l’intermédiaire de Mercado qui reprend à bout portant une tête d’Otamendi repoussée par le poteau de Weverton. Pas forcément très mérité, certes, mais loin d’être volé aussi.

Double montant


Match amical ou pas, inenvisageable pour le Brésil de voir son année d’invincibilité gâchée par son plus vieil ennemi. Alors les hommes de Tite décident de faire le jeu, plutôt que de le subir. Les rôles s’inversent donc et le Brésil donnent le rythme que les Argentins tentent de briser à grands coups de contre-attaques éclair. Sans succès. À l’inverse, les quintuples champions du monde sont tout proches de réussir leur coup, à deux poteaux prés. Bien lancé en profondeur, Gabriel Jesus élimine Romero et voit sa frappe repoussée par le poteau droit du portier espagnol, Willian a bien suivi et envoie une praline qui vient elle cabosser le montant gauche. Les minutes de jeu défilent et l’esprit du match amical reprend ses droits : multiples changements, baisse du rythme, absence de frisson. Frustrant, certes, mais inévitable. Sampaoli réussit donc sa première, alors que le Brésil voit sa belle série sans défaite prendre fin. Le tout sans conséquence pour tout le monde. Un match amical, quoi.

Par Gaspard Manet
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


il y a 5 heures Le derby de Bahia se termine avec dix expulsés 9 il y a 7 heures Un supporter met le feu tout seul en D8 anglaise 8
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Hier à 16:01 Tony Chapron est en arrêt maladie 45 Hier à 13:27 Des supporters uruguayens créent un chant sur l'air de Bella Ciao 24 Hier à 12:18 Un entraîneur espagnol s'énerve en conférence de presse 9 samedi 17 février Les maillots du PSG floqués en mandarin 27
À lire ensuite
Kluivert, l'heure du bilan