1. // Éliminatoires
  2. // Mondial 2014
  3. // AmSud
  4. // Argentine/Paraguay (3-1)

L'Argentine prend le pouvoir

Avec un grand Di María, et un Messi intenable, l'Argentine a logiquement dominé le Paraguay (3-1). Une victoire qui la hisse en tête des éliminatoires. On attend pourtant encore mieux d'une telle sélection.

Modififié
3 4
Argentine - Paraguay : 3 - 1
Buts : Di María (2e), Higuaín (30e) et Messi (65e) pour l'Argentine. Fabbro (18e) pour le Paraguay.

Plus reculé des éléments offensifs argentins, Ángel Di María a porté l'Albiceleste vers sa première victoire à domicile face au Paraguay en match officiel depuis 1973. Aligné à gauche dans un milieu à trois, où il cohabitait avec Rodrigo Braña et Fernando Gago, le joueur du Real Madrid ne s'est pas contenté de percuter, mais a aussi apporté son écot à la récupération. Il a surtout malmené les défenseurs paraguayens, gênés par sa vivacité. Dès la troisième minute, Di María ouvre la marque, opportunément placé à l'entrée de la surface. Un pied paraguayen avait involontairement glissé le ballon vers le Merengue en tentant d'interrompre un une-deux entre Lavezzi et Messi. La frappe enroulée de Di María, déviée par le dos du néo-Parisien, ne laissait aucune chance à Justo Villar.

Le petit ami de Larissa Riquelme

Buteur, Di María se transforme en passeur à la 31e minute. Là encore, un pied paraguayen concourt à sa réussite. Sa passe en profondeur légèrement déviée termine dans les pieds d'Higuaín qui, en renard, trompe le portier paraguayen d'une frappe croisée idoine. Malgré l'absence de Carlos Tévez, non retenu par Alejandro Sabella, et du Kun Agüero, suspendu, l'Argentine présente un arsenal offensif toujours aussi impressionnant. État d'alerte maximum à chaque fois que l'Albiceleste franchit la ligne médiane. Si brillante aux avant-postes, l'Argentine continue toutefois de laisser une impression mitigée.

L'équipe reste coupée en deux, et l'absence de Javier Mascherano, suspendu, n'a fait qu'accentuer cette faiblesse récurrente. Sauf quand Messi, Lavezzi et consorts ont le ballon dans les pieds, l'Albiceleste ne paraît pas vraiment maîtriser son sujet. Des poussés paraguayennes courageuses, mais loin d'être limpides suffisent ainsi à lézarder l'édifice argentin. À la 17e minute, les Guaranis, qui semblaient destinés à subir après le début canon des locaux, vont ainsi égaliser. Symbole du manque de consistance argentine, Rodrigo Braña, doublure de Mascherano, va exhiber un timing si déficient que son intervention, qu'il voulait réaliser de la tête, s'achève par une main en pleine surface. L'Argentin de naissance et petit ami de Larissa Riquelme, Jonathan Fabbro, transforme le pénalty pour sa première cape officielle avec l'Albirroja.

Le Paraguay dit au revoir au Brésil 2014

Contrariée, l'Argentine ne vacille toutefois pas et, en deuxième période, Lionel Messi va définitivement fermer le cercueil du Paraguay, qui vient sans doute de dire adieu à la Coupe du monde 2014, deux ans après avoir réalisé le meilleur Mondial de son histoire. Avec quatre petits points au compteur au bout de sept journées, la sélection reprise en main par l'Uruguayen Gerardo Pelusso manque cruellement de talent créatif pour envisager une rapide rédemption. Ce talent qui déborde des pieds de Messi. En manque de réussite dans un premier temps - il trouve deux fois les poteaux - le Blaugrana va faire s'extasier le stade Mario Kempes de Córdoba d'un sublime coup franc frappé des 25 mètres (3-1, 63e). Rodrigo Palacio profite de cette avance confortable pour entrer à la place d'Ezequiel Lavezzi. Plus rien ne sera marqué.

Ce succès logique, obtenu grâce aux fulgurances de ses étoiles offensives, permet à l'Argentine de prendre les commandes des éliminatoires, un point devant le Chili. Une prise de pouvoir qui n'écarte pas tous les doutes qui escortent encore cette sélection. Mais ce succès offre un peu plus de tranquillité à Alejandro Sabella pour que l'Albiceleste, corps coupé en deux, retrouve son unité.

Par Thomas Goubin
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Voilà ma foi, indépendamment de son contenu, un article très bien écrit. Cela fait vraiment plaisir.
Le Kun était certainement suspendu mais il est avant tout blessé :)
Bonne victoire de l'Albiceleste contre un adversaire historiquement dur pour l'Argentine.

Malgré tout, on sent que l'argentine peut malheureusement basculé à n'importe quel moment.
Elle a notamment eu de la chance de tomber sur un adversaire relativement attentiste..
Je sais que cette défense panique et a beaucoup de mal contre les adversaires qui font pressing.
En parlant de défense, on note un léger mieux au fil du tout, mais ca reste encore le gros point faible de l'Argentine. A vrai dire, depuis Ayala, l'Argentine n'a plus eu de grand défenseur (sauf peut être mascherano, et encore, l'entraineur se refuse de lui donner le poste qu'il a au Barça).

Et effectivement il y a cette impression d'avoir une équipe coupée en deux.
A de nombreuses occasions, et pendant de longue minutes, les defenseurs faisant tourner le balon dans leur propre défense. Que se serait-il passé avec un adversaire plus pressant? Je pense que la défense argentine aurait craqué (s'ils avaient le niveau technique du barça, ca se saurait..).

Enfin, j'ai beaucoup de mal à comprendre les choix de l'entraineur. Ca me gave de voir que Tevez n'est même pas appelé, alors que des gars comme Palacio ont foulé la pelouse. Même Lavezzi n'a pas sa place si Tevez était appelé.
Et des bras cassés comme Braña...Par pitié, faut arrêter ce massacre.
Note : -1
CR7 a fait lui aussi 2 poteaux , et 1 but (mais pas sur cf ..)
Messi et CR7 sont vraiment liés en fait^^

L'Argentine est très bonne quand.. les 4 de devants ont le ballon !
Sinon elle est mm coupée en 3 (qd il n'y a pas Marsherano au milieu)
L'attaque, la défense et au milieu personne !

S'ils perdent Messi en attaque, je ne vois mm pas comment avec les 3 autres, ils pourraient gagner des matches, mm si tous les Argentins sous estiment Messi en sélection !

C'est trop brouillon, ils ne jouent pas tellement en équipe, ils ont encore 2ans pour s'améliorer collectivement et dominer au milieu !
La France , c'est la mm chose ! sauf qu'ils n'ont pas Messi ^^
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
3 4