En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 7 Résultats Classements Options
  1. // Copa América 2015
  2. // Gr. B
  3. // 3e journée
  4. // Argentine/Jamaïque (1-0)

L'Argentine bat tranquillement la Jamaïque

Déjà qualifiée, l'Argentine s'est promenée face à la Jamaïque. Messi a fêté sa centième sélection, Pastore son anniversaire, et Higuaín sa titularisation. Les hommes de Tata Martino attendent désormais leur adversaire pour le quart de finale de la Copa América.

Modififié

Argentine 1-0 Jamaïque

Buts : Higuaín (11e) pour l'Argentine

17 août 2005, en Hongrie. À la soixante-troisième minute, le jeune Lionel Messi remplace Lisandro López. Il n'est pas encore la Pulga, ni Leo, mais il se murmure du côté de Barcelone que ce petit homme pourrait changer la face du football. En quelques secondes, Messi voit rouge. Sa première sélection albiceleste est un fiasco. Quatre-vingt-dix-neuf rencontres plus tard, les murmures se sont transformés en tumultes d'adulation, chaque fois que le gaucher emmène sa balle pour se défaire des impétueux qui osent se mettre sur son chemin. Désormais orné du brassard de capitaine de sa patrie, Leo Messi a rejoint le cénacle très fermé des centenaires, au côté de Mascherano, Zanetti ou encore Ayala. Bob Marley citait l'Apocalypse, affirmant que « l'herbe est la guérison des nations » . C'est sur la pelouse du stade de Viña del Mar que Messi doit continuer l'entreprise de rémission d'une nation, encore sous le choc du cataclysme provoqué par Mario Götze en juillet dernier. Mais c'est Higuaín et Di María qui s'occuperont de rendre attractif un match au scénario déjà écrit.

Di María se démène, Miller aussi


Devant 25 000 personnes venues à l'Estadio Sausalito, non pour sentir les effluves de l'herbe jamaïcaine, mais plutôt pour témoigner de l'énième avènement du meilleur joueur du monde, ce dernier commence son récital par une ouverture sur Higuaín, qui rate sa frappe. L'autre vedette de cette fin d'après-midi chilienne se nomme Javier Pastore. 26 ans aujourd'hui, et la responsabilité d'être le témoin entre une Argentine passive et une sélection qui se veut désormais portée sur l'esthétique. Mais c'est bien Di María qui se charge rapidement de casser les lignes de la forteresse jamaïcaine. Sur un centre de l'ailier de Manchester United, Higuaín rate sa tête, gêné par la sortie du gardien des Reggae Boyz. Auparavant, le natif de Brest avait déjà gâché une grosse occasion. À la dixième minute, l'attaquant de Naples qui remplace un Agüero conservé pour le quart de finale, pivote sur lui-même et place un plat du pied qui trompe Miller, gardien bien plus facile à battre que le cauchemar allemand de l'ancien buteur du Real Madrid.

Au quart d'heure de jeu, les Argentins sont installés dans la moitié de terrain adverse, et refusent de prêter le ballon aux joueurs des Caraïbes. Rojo place son habituel coup du foulard et Higuaín lobe subtilement le gardien jamaïcain. Mais la barre vient contrecarrer les velléités de doublé de l'attaquant argentin. La demi-heure de domination albiceleste consommée, les hommes de Winfried Schäfer se procurent enfin une occasion après une mésentente entre Garay et Romero. Plutôt discret pour sa centième, Messi tente d'honorer son nouveau statut avec son classique enroulé du pied gauche. Ce dernier échouera près du poteau du portier caribéen.

Les supporters argentins, venus en nombre sur la station balnéaire de Viña del Mar entonnent le chant « que lo cumplas feliz » , pour l'anniversaire de Javier Pastore. Le match, lui, s'est transformé en une chanson de slow reggae, fredonnée par les hommes de Tata Martino, en tribunes après son expulsion contre l'Uruguay. Di María vient rompre la monotonie de la rencontre par deux fois. D'abord sur un raid solitaire et un piqué stoppé par un défenseur, puis par une lourde frappe qui fait briller Miller avec un superbe arrêt. Mi-temps. Le moment choisi par plusieurs Jamaïcains pour marquer de très près Leo Messi. Telle une horde de Yohan Mollo suppliant Ibrahimović, les Reggae Boyz tentent en vain d'obtenir le précieux maillot de l'astre argentin.

La gestion tranquille


Au retour des vestiaires, Di María et ses coéquipiers tentent d'aggraver le score. Fideo touche la barre sur une frappe, et Messi envoie un tout petit coup franc dans les bras de Miller, certainement le Jamaïcain qui a le plus tâté le ballon lors de la rencontre. Après un cafouillage, le capitaine argentin tente un lob à l'entrée de la surface, mais le gardien empêche le Barcelonais de célébrer les bras au ciel et de se rapprocher un peu plus de Gabriel Batistuta. À l'heure de jeu, Higuaín peut planter son doublé, mais tente d'offrir le but à un Lionel Messi mal placé pour conclure. L'Argentine gère tranquillement le match, et le buteur du soir laisse sa place à Tévez. Le futur joueur de Boca Juniors régale le public argentin dès son premier ballon avec une superbe talonnade. Sur un centre de Zabaleta, l'Apache rate le cadre pour ce qui sera la dernière opportunité argentine. Malgré une timide poussée des Reggae Boyz, le score n'évoluera pas.

Les Jamaïcains quittent la compétition avec trois défaites et vont désormais préparer la Gold Cup. Messi et ses coéquipiers s'en vont eux en quarts de finale à la conquête de l'or chilien.

Par Ruben Curiel, à Santiago de Chile
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 23:00 L2 : Les résultats de la 21e journée 3
Hier à 15:55 L'entraînement extrême des gardiens du Dock Sud 20 Hier à 13:45 Le gouvernement italien veut intégrer les migrants par le foot 33 Hier à 11:55 Tévez : « En Chine, j'étais en vacances » 81
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
lundi 15 janvier La Fondation Lionel Messi pas très utile selon les Football Leaks 40