1. //
  2. // Argentine/C.Rica

L'Argentine au pied du mur

Seule une victoire assurera à l'Albiceleste la qualification pour les quarts de finale. Messi et ses partenaires sont attendus au tournant.

Modififié
0 2
« Lundi, c'est une autre Copa América qui commence pour nous » . Les mots sont du capitaine de l'Argentine, Javier Mascherano. Le peuple ciel et blanc n'attend que ça. En écho à ces déclarations, Sergio Batista va procéder à quatre changements par rapport au dernier match contre la Colombie (0-0). Cambiasso, Banega, Tévez et Lavezzi sortent. Gago, Di Maria, Agüero et Higuain entrent. Exit Messi en pointe, qu'il laisse à l'avant-centre du Real Madrid, pour se retrouver au cœur de l'action, juste derrière ce dernier, épaulé par ses deux « socios » des Jeux Olympiques de 2008, Agüero et Di Maria. Derrière eux, une paire de récupérateurs composée de Mascherano et Gago, ce dernier étant chargé d'apporter « plus de mouvement dans la circulation du ballon » , selon Batista. « L'idée, comme toujours, c'est de construire l'équipe autour de Messi, pour qu'il se sente mieux. De mettre en place une équipe basée sur Lionel » . Pour ce faire, fini le 4-3-3 et bonjour le 4-2-3-1, comme aux JO de Pékin, avec un avant-centre de métier, censé apporter « plus de profondeur, ce qui a manqué contre la Bolivie et la Colombie » , toujours d'après le sélectionneur.

Un schéma « made in Pékin »

Dans le onze initial de cet affrontement décisif face au Costa Rica, on retrouve d'ailleurs sept joueurs titulaires de la finale contre le Nigéria (1-0). Messi occupait alors le poste d'Higuain. Aujourd'hui il occupera celui de Riquelme, ce qui rend immédiatement toute comparaison tactique sans intérêt, tant le jeu des deux numéros 10 est différent. Mais la Pulga sera entouré des quatre mêmes partenaires du milieu de terrain qu'à Pékin (Mascherano, Gago, Agüero et Di Maria, à qui il avait délivré la passe décisive en finale), sans oublier Zabaleta et Romero, avec Batista aux manettes. Checho a sans nul doute gagné ses gallons de sélectionneur en ce mois d'août 2008, grâce à cette formule plaisante. Etrangement, ce n'est qu'après s'être fourvoyé dans un système à trois milieux aux caractéristiques de récupérateur/relanceur similaires, qu'il a décidé de sacrifier l'un de ses trois « 5 » , comme on les appelle en Argentine. Ainsi, il apporte plus de peps à son animation offensive et confie à Messi -égaré depuis le début du tournoi- les clés du jeu, en reprenant son schéma mis en place aux JO.

Messi marqué par un étudiant

Un jeu inexistant, hormis sur deux ou trois actions, face à la Bolivie et la Colombie. Pas de rythme, peu d'occasions de but, quelques frayeurs et énormément de frustration : voilà à quoi se résume pour l'instant le parcours de l'Argentine dans cette Copa América. Signe des temps, la presse locale s'accorde à dire que le meilleur élément actuel de la formation albiceleste se nomme Sergio Romero. Le portier a sauvé son équipe du naufrage à plusieurs reprises, notamment contre la Bolivie, à 1-0 pour la Verde, lorsque Marcelo Martins se présenta seul face à lui à l'heure de jeu. Batista réclame de la patience, une vertu que ses compatriotes ont avalé à toutes les sauces ces derniers temps, désormais épuisée. « Nous devons être conscients que ce match se gagnera sur les quatre-vingt dix minutes et non dans le premier quart d'heure » , a-t-il martelé en conférence de presse. Messi sera marqué par Francisco Calvo...un étudiant en criminologie de l'Université de Houston né en Guadeloupe, 18 ans à peine, de l'insouciance et une énorme envie de s'offrir le scalp du meilleur joueur de la planète. L'Argentine doit s'imposer pour ne pas dépendre des autres. Les autres, ce sont les équipes des deux autres groupes, avec qui elle se retrouvera en concurrence directe pour les deux places de "meilleur troisième" si elle venait à faire match nul. Batista a parlé cette semaine d'une « finale avant l'heure » . Sûrement pas celle que les Argentins rêvaient de jouer. Mais une finale qu'il faudra gagner pour espérer jouer la vraie, dans un peu moins de deux semaines.

Florent Torchut, à Cordoba

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Je sens le déblocage du compteur but pour Messi ce soir, je vais pas rater ça
Pas pour lui helas mais quel match tout de même..avec un Higuain plus chanceux on aurait gagne 6-7 a 0....contre une equipe nettement inferieure,le jeu etait là au moins
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
Le Mexique, monarque absolu
0 2