En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 25 Résultats Classements Options
  1. // Copa América 2015
  2. // Quarts de finale
  3. // Argentine/Colombie (0-0, 5 tab à 4)

L'Argentine au bout du suspense

Dans un match tendu et largement dominé par l'Argentine, les hommes de Tata Martino se sont qualifiés en demi-finale après une séance de tirs au but épique. Malgré un Ospina exceptionnel, la Colombie dit adieu à ses rêves de Copa América.

Modififié

Argentine 0-0 (5 tirs au but à 4) Colombie


C'était le quart de finale le plus relevé. La révélation du Mondial brésilien face au triste finaliste. « Une finale anticipée » , titraient les journaux des deux nations. Messi face à James. L'Estadio Sausalito de Viña del Mar n'a pourtant rien des stades où les deux génies ont l'habitude d'évoluer. 21 000 personnes et une petite colline d'où quelques policiers paresseux regardent le match. Finalement, l'opposition de styles aura bien eu lieu. La Colombie venue à Viña del Mar pour bétonner, face à une Argentine et sa conservation de balle parfois stérile. Une incroyable séance de tirs au but aura raison des Cafeteros.

Gracias Ospina


La Colombie nageait dans l'inconnu. Au milieu de terrain, l'interrogation persistait. Avec la suspension de Carlos Sánchez (jusqu'ici le Colombien le plus convaincant) et la blessure d'Edwin Valencia, Pékerman se retrouvait en galère de milieux défensifs. Finalement, le Profe concocte un 4-1-3-2 hasardeux. Cuadrado et Ibarbo collent les lignes. D'ailleurs, le sélectionneur des Cafeteros passe les cinq premières minutes de la rencontre à replacer le joueur de Chelsea. Santiago Arias a lui la tâche ingrate de suivre chaque pas de Messi. Les relances de la défense colombienne sont dangereuses. Dès la sixième minute, l'Argentine vient titiller le but d'Ospina : sur un centre de Di María, Pastore dévie et fait briller le gardien d'Arsenal. Capitaine d'un soir, James se retrouve totalement perdu entre les deux lignes. Le joueur du Real lâche toute sa frustration sur l'arbitre et sera rapidement averti pour protestation. L'expérience de Pékerman s'achève avant la demi-heure de jeu : Edwin Cardona remplace Teo, qui perdait tous ses ballons jusque-là. La Colombie retrouve alors un schéma de jeu plus classique. Alors que les Jaunes commencent à enfin apercevoir le cuir, l'Albiceleste s'énerve. Agüero et Messi forcent Ospina à réaliser un double arrêt exceptionnel.



L'ancien Niçois sera une nouvelle fois mis à l'épreuve après une déviation de Zapata qui filait vers son but. À la mi-temps d'un match tendu (déjà six cartons jaunes), le constat est simple : comme depuis le début de la compétition, l'Argentine domine, mais ne marque pas.

Messi se démène


Au retour des vestiaires, la foule colombienne demande l'entrée du Tigre (sur le banc au profit de Jackson Martínez) dans l'arène. L'Argentine continue de squatter le ballon. Ospina et Di María nous offrent un remake du choc Barthez-Ronaldo. Le spectacle est au bord du terrain. Un adjoint de Martino, visiblement agacé par le violent marquage subi par Messi, est exclu par l'arbitre. La technique de Pastore et un coup franc du génie de Barcelone viendront rompre la monotonie d'une seconde période absolument fermée. James est tout aussi isolé, et Jackson ne reçoit que des parpaings provenant de la charnière centrale colombienne. Jusque-là héros du soir, Ospina reçoit une affreuse passe en retrait et rate totalement son dégagement. Son homologue a enfin l'occasion de se servir de ses gants : sur un corner, Romero capte tranquillement une tête de Martínez. La Colombie, qui agit en contre depuis l'heure de jeu, commence à mettre en danger la défense argentine. Mascherano fait office de pompier quand les Colombiens s'approchent de la surface. À vingt minutes de la fin, les deux sélectionneurs s'activent : Tévez (dont la signature à Boca a été rendue officielle pendant le match) remplace le Kun Agüero, bien muselé par la charnière Murillo-Zapata. Falcao remplace lui Jackson Martínez. À peine entré en jeu, Banega fait frissonner tout le stade avec une frappe sur la barre d'Ospina. L'Argentine pousse : Otamendi touche le poteau à dix minutes du terme de la rencontre.

La revanche de Tévez


Le match se dirige vers les tirs au but. Le moment choisi pour lancer les jokers : Muriel pour la Colombie, et Lavezzi pour l'Albiceleste entrent en jeu pour disputer leurs premières minutes de la Copa América. L'homme de la fin de match s'appelle Jeison : Murillo, désormais joueur de l'Inter Milan sauve tout : sur sa ligne d'abord, puis sur l'aile, après un tacle somptueux sur Tévez. Banega envoie le dernier coup franc argentin dans les nuages. Les tirs au but décideront du sort de ce quart de finale. À ce jeu-là, le sang-froid de Carlos Tévez et un point de penalty apparemment abîmé seront décisifs. En quarts de finale de la Copa América 2011, Tévez avait raté son tir au but, face à l'Uruguay. Cette fois-ci, l'Apache envoie l'Argentine en demi-finales, après une séance au suspense hitchcockien et aux ratés incroyables. Tévez était déjà un héros bleu et jaune. Il l'est désormais en bleu et blanc.

Par Ruben Curiel, à l'Estadio Sausalito de Viña del Mar
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



jeudi 18 janvier 292€ à gagner avec Nice & Schalke 04 Hier à 21:56 L2 : Les résultats de la 22e journée 1
Hier à 16:15 Un club espagnol offre un maillot à tous les bébés nés en 2018 3
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
jeudi 18 janvier Le Vicenza Calcio officiellement en faillite 9 jeudi 18 janvier Ronaldinho : « Je vous remercie, de tout mon cœur et de toute mon âme » 27 PODCAST - Football Recall Épisode 2: Neymar, Kebab et Arabie Saoudite 12 jeudi 18 janvier Deux joueurs de Boca Juniors accusés d'agression 17