En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 2 Résultats Classements Options
  1. // Eliminatoires 2014
  2. // Amérique de Sud
  3. // Bilan

L'Argentine à la bourre

Pendant que certains font les beaux dans des matches amicaux de luxe, d’autres, à l’autre bout du globe, jouent déjà leur qualification pour la Coupe du Monde 2014. Or, après trois journées, des tendances se dessinent déjà. Et pas forcément celles auxquelles on pourrait s’attendre.

Modififié

Départ canon

Uruguay
Sept points pris en trois matches, déjà neuf buts marqués, un carton 4-0 contre le Chili vendredi soir. Tout va bien pour l’Uruguay, qui semble réellement marcher sur l’eau depuis la Coupe du Monde 2010. Légitime vainqueurs de la Copa America en juillet dernier, les hommes d’Oscar Tabarez sont repartis sur les mêmes bases pour ces éliminatoires. Privés de Forlan, blessé, le sélectionneur peut compter sur un Luis Suarez en état de grâce, déjà auteur de cinq buts en trois matches. A priori, et à moins d’un cataclysme, les Uruguayens devraient donc tranquillement naviguer vers le Mondial 2014. Ils reprendront leur avancée royale en juin prochain puisque, ayant déjà disputé trois matches, ils sont officiellement « en vacances » . L’occasion de se payer un choc de prestige face à l’Italie, demain soir. En patron ?
Prochain match : Uruguay-Venezuela, samedi 2 juin

Colombie
L’échec de la Copa America est derrière. La Colombie est repartie du bon pied pour ces éliminatoires, et veut prouver qu’elle possède bien une génération capable de faire de très belles choses. Les coéquipiers de Falcao n’ont, pour le moment, disputé que deux rencontres, mais demeurent les seuls invaincus de cette zone Amsud en compagnie de l’Uruguay. Un nul, une victoire. Néanmoins, la prochaine rencontre pourrait s’avérer très importante dans la suite des évènements. La Colombie reçoit l’Argentine, demain soir, pour un match bouillant qui déroulera à Barranquilla. Leonel Alvarez, appelé en remplacement du démissionnaire Hernan Gomez, ne pourra pas compter sur Falcao, blessé, et semble décidé à titulariser à nouveau Dorlan Pabon qui, comme son nom l’indique, n’a pas été convaincant lors du match nul contre le Venezuela. Or, Alvarez sait qu’une victoire contre l’Argentine propulserait son équipe en tête des éliminatoires, à égalité avec l’Uruguay. Parfait pour passer l’hiver bien au chaud.
Prochain match : Colombie-Argentine, mardi 15 novembre

Et si on emmerdait tout le monde ?

Venezuela
Le Venezuela semble y prendre goût. Lors de la Copa America, les Vénézueliens avaient créé la sensation, en sortant du groupe du Brésil, puis en éliminant le Chili en quarts, avant de s’incliner à une marche de la finale, aux tirs au but, contre le Paraguay. Mais finalement, l’équipe jaune, bleue et rouge se dit que ce n’est pas si mal de venir titiller les gros du continent. Et la voilà passant des mots aux actes. Le 12 octobre dernier, elle bat pour la première fois de son histoire l’Argentine (1-0), grâce à un but du désormais héros national, Amorebieta. Vendredi soir, rebelote. Le Venezuela se déplace en Colombie, pour servir de victime sacrificielle. Tu parles. Orgueilleux, les hommes de Cesar Farias arrachent le nul, 1-1, grâce à un but de Frank Feltscher, qui est né en Suisse, qui a un nom suisse et qui joue en Suisse, aux Grasshopper. Peu importe. Le Venezuela continue ainsi sa mission : faire du tort aux plus forts. L’Uruguay est prévenue.
Prochain match : Venezuela-Bolivie, mercredi 16 novembre

Équateur
Un point. C’est ce qu’avait récolté l’Equateur lors de la Copa America, en juillet dernier. Bons derniers, les Équatoriens étaient rentrés chez eux avec le bonnet d’âne. Mais aussi avec une sacrée soif de revanche. Et c’est le Venezuela qui en paie les frais. Premier match de qualification, l’Équateur réalise un match parfait, et vient à bout du Venezuela avec une facilité déconcertante (2-0). Mais que s’est-il passé pendant l’été pour les transformer à ce point ? Rien. Les joueurs sont toujours les mêmes, le sélectionneur aussi. Seule différence : entre-temps, Valencia, le joueur de Manchester United, est revenu mettre de l’ordre dans la maison. Et cela fait du bien. Et même s’il perd son second match face au Paraguay (2-1), l'Équateur est désormais conscient d’une chose : remporter des matches n’est plus réservé aux autres.
Prochain match : Équateur-Pérou, mardi 15 novembre

Pérou
C’est vrai. « Pérou » , on pense plutôt randonnées, Machu Picchu, habitants avec bonnets péruviens. Mais pas forcément football. A tort. L’équipe du Pérou a désormais des arguments à faire valoir, et l’a prouvé en terminant troisième de la Copa America. Emmenée par des joueurs qui jouent au plus haut niveau en Europe (Vargas, Guerrero, Carrillo, Pizarro), la sélection qui a volé le maillot de River Plate peut même faire office de candidat à la qualification, en l’absence du Brésil dans cette poule géante. Vainqueur lors du premier match face au Paraguay (2-0), le Pérou a ensuite chuté face au Chili (4-2). Deux résultats qui prouvent bien que cette équipe est capable du meilleur (éliminer la Colombie lors de la Copa, par exemple), comme du pire (perdre 1-0 en amical contre le Panama). Or, il n’y a pas vraiment le choix : demain soir, face à l’Equateur, c’est la première facette qu’il faudra montrer.
Prochain match : Equateur-Pérou, mardi 15 novembre

Il va falloir se réveiller

Paraguay
Le Paraguay, c’est la force tranquille. Je ne gagne pas, mais je ne m’inquiète pas. Je ne joue pas bien, mais je ne m’inquiète pas. Pourquoi ? Tout simplement parce que je suis arrivé en finale de la Copa America sans remporter le moindre match dans la compétition. Cinq nuls, et deux qualifications aux tirs au but. Surfant sur cette vague, le Paraguay a débuté ses éliminatoires avec une défaite contre le Pérou (0-2) et un nul arraché à la dernière seconde contre l’Uruguay (1-1). Bon, à ce moment-là, le nouveau sélectionneur, Francisco Arce, s’est dit que ce serait tout de même bien de gagner un match, histoire de. Et voilà le Paraguay qui bat l’Equateur (2-1), s’offrant sa première victoire en match officiel depuis un succès 2-0 contre la Slovaquie lors du Mondial 2010. Une victoire tous les 16 mois : cela risque tout de même de faire un peu léger pour aller accrocher une qualification. Même si… Même si quoi ? Ah, oui, la force tranquille…

Prochain match : Chili-Paraguay, mercredi 16 novembre

Argentine
Messi, Higuain, Di Maria, Pastore, Aguero… Sur le papier, cette sélection argentine fait rêver. On pourrait presque dire qu’elle possède, individuellement, les meilleurs joueurs du monde. Et pourtant. Trois rencontres. Une victoire contre le Chili, un nul contre la Bolivie, une défaite contre le Venezuela. Moche. Avec Alejandro Sabella, l’Argentine voulait vite oublier cette Copa America dont elle est sortie la tête basse. Mais les maux sont profonds. L’Albiceleste n’y arrive pas, ne séduit pas, ce qui a le don d’énerver Lionel Messi, pas vraiment habitué à ce que quelque chose lui résiste. Lui, l’homme aux 23 buts en 18 matches cette saison avec le Barça, n’a fait trembler qu’une seule fois les filets lors de ces éliminatoires. Même pas un but décisif, en plus. Demain, l’Argentine sera en Colombie, un déplacement périlleux. Il ne va pas falloir se louper. Car quatre points en quatre matches, cela ferait tache. Et cela ferait bien marrer Maradona.
Prochain match : Colombie-Argentine, mardi 15 novembre

Chili
Claudio Borghi en entendra parler pendant longtemps. A deux jours du choc face à l’Uruguay, il vire de son équipe cinq joueurs majeurs (Vidal, Beausejour, Valdivia, Carmona et Jara), coupables, selon lui, d’être rentrés d’un baptême avec 45 minutes de retard. Et bourrés, en plus. Si les joueurs ont démenti être revenus en état d’ébriété, il n’empêche que Borghi s’est tiré une belle balle dans le pied. Sans ses cinq joueurs, il est allé se faire rouster en Uruguay (4-0). Bien joué. Surtout que le Chili n’avait pas vraiment besoin de ça. Le premier match, il l’avait déjà perdu, 4-1, contre l’Argentine. Heureusement qu’entre les deux est venu se glisser un succès contre le Pérou (4-2). Trois points en trois matches, pire défense du tournoi, la Roja va devoir se remobiliser au plus vite, et ce, dès mercredi, face au Paraguay. Sinon, les belles choses vues lors de la Coupe du Monde 2010 en resteront au stade de promesses.
Prochain match : Chili-Paraguay, mercredi 16 novembre

Quoi ? On est déjà éliminés ?

Bolivie
Le match nul obtenu en terre argentine (1-1) ne doit pas servir de leurre. La Bolivie, c’est un point pris lors des trois premiers matches. Donc deux défaites. Donc pas la moindre victoire. Faire match nul contre l’Argentine est un véritable exploit, qui ne devrait néanmoins pas changer grand chose à l’avenir des Boliviens dans ces qualifications. De surcroit, on parle là d’une équipe dont le dernier succès (matches officiels et amicaux confondus) remonte au 11 octobre 2009 (contre le Brésil, 2-1) et qui reste depuis sur 18 matches sans victoire. Le coup de faire venir jouer ses adversaires à La Paz, à près de 4000 mètres d’altitude, cela a marché un temps. Plus maintenant. Alors, aucune porte de sortie ? Pas vraiment non. En même temps, s’ils ne se qualifient pas, vont-ils vraiment nous manquer, avec leur maillot vert ?
Prochain match : Venezuela-Bolivie, mercredi 16 novembre

Par Eric Maggiori
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 09:28 Barton : « 50% des joueurs parient sur les matchs » 22
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
lundi 22 janvier Une ex-formatrice défonce la goal-line technology (via Brut Sport) lundi 22 janvier Quand Ronaldo planquait de la bière 51 lundi 22 janvier Dupraz quitte le TFC 128 lundi 22 janvier Robinho en route vers Sivasspor 60 lundi 22 janvier Un supporter arrêté après avoir uriné dans la bouteille du gardien adverse 18