1. // CM2010
  2. // Equipe d'Allemagne

L'apologie du « Jogging »

La presse allemande a salué avec force cette revanche de l'Histoire contre l'Angleterre. Et remercie la méthode de Jogi (Joachim Löw), les jeunes de Jogi ainsi que le conte de fées nommé Klose.

Modififié
0 0
L'Allemagne est clairement tombée amoureuse de sa Nationalmannschaft, après la démonstration de dimanche après-midi contre l'Angleterre de Capello. « 4-1, les djeun's, we love you ! » balance le Bild, comme un adolescent. Et de poursuivre : « Ce jour, nous ne l'oublierons jamais. Merci les jeunes ! Merci Jogi ! Merci Thomas Müller ! Merci Schweini ! Merci Miro Klose ! Merci Poldi ! Merci Friedrich ! » .

Oui, les médias ne s'y sont pas trompés. Le dimanche 27 juin restera sans doute comme une date phare des coupes du monde : « Un match qui entre dans l'Histoire » pour die Zeit, ou « une grande équipe qui a réussi son premier véritable examen de passage international » pour le Frankfurter Allgemeine Zeitung (FAZ).

Die Welt s'enorgueillirait presque d'avoir prévenu son peuple : « Avant le match, nous avions dit que des héros étaient nés lors des confrontations Angleterre-Allemagne. Maintenant, nous pouvons dire que c'était un incroyable euphémisme. Hier après-midi, ce ne sont pas seulement des héros qui sont nés, mais une légende et une histoire du football qui continueront de faire parler pendant des années, des décennies même » .

Le douloureux souvenir de Wembley 1966 revient inévitablement à la surface, à l'image du Bild qui continue sa distribution de « danke » : « 44 ans après Wembley, merci au Dieu du football » .


La Germaine toute entière est en plein « conte de fées » comme l'écrivent le Spiegel ou Kicker. Car, avant le début du Mondial, les interrogations étaient nombreuses : un Ballack absent, une pénurie de gardiens de but et une escouade offensive muette lors de la saison de Bundesliga (Podolski et Klose).


Mais le magicien a un nom, ou un surnom, selon la pudeur des journaux : Joachim Löw ou “Jogi” pour les plus intimes. « Le courage a un nom : Löw » , « Löw est récompensé pour son Art Nouveau » crie die Zeit, « Löw, le maître du monde » , se délecte le Spiegel, qui félicite le sélectionneur teuton, d'une part, pour sa capacité à réussir en une rencontre la synthèse des performances inégales de ses hommes en phase de poules, et d'autre part, pour avoir remis en selle un fantôme de la dernière Bundesliga, Miro Klose.

Die Welt nous livre à ce sujet une sorte de mea culpa à l'endroit de l'attaquant du Bayern : « Nous nous engageons. Plus aucun commentaire sur sa mauvaise saison au Bayern. Maintenant, nous savons que ce n'était juste pour embrouiller ses adversaires durant cette Coupe du Monde. On a retrouvé l'ancien Klose de classe mondiale » . Le Bild rappelle quand même que « Klose rejoint Pelé » , dans les charts des buteurs en Coupe du Monde. Pas rien.

Les jeunes Germains récoltent aussi les lauriers, notamment Thomas Müller, auteur d'un doublé et d'une passé décisive - « Chapeau bas ! Les Anglais doivent encore en hurler la nuit » pour die Welt répondant à la démesure du Bild : « Nous avions Gerd Müller, qui en 1974 nous a conduits au titre de champions du monde. Nous avons aujourd'hui Thomas Müller, qui hier a inscrit deux buts contre l'Angleterre » . Die Welt fait même l'impasse sur l'inefficacité devant le but de son nouveau prodige Özil : « Après la Coupe du Monde, nous le mettrons à l'entraînement forcé devant le but, mais aujourd'hui nous préférons louer ses dons exceptionnels. Et il sprinte comme Usain Bolt. Qui peut s'en plaindre ? » .

Cette ode à la jeunesse est finalement résumée par le FAZ : « Cette rencontre est un compliment aussi au travail de formation en Allemagne » .

Dans ce tableau d'optimisme, seul le gardien Neuer inquiète, coupable d'une sortie de naze sur le seul but anglais mais aussi d'un jeu au pied décisif sur le premier but de Klose. « Le gardien de la Mannschaft entre le ciel et l'enfer » titre ainsi die Welt.


M'enfin, elle a quand même de la gueule cette sélection teutonne, Neuer ou pas...

Par Ronan Boscher

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
0 0