1. //
  2. // Éliminatoires Euro 2016
  3. // Résumé de la soirée

L'Angleterre vers la France, la Russie fait grise mine

Logique respectée ce samedi soir ou presque. Alors que l'Angleterre a tapé la Slovénie, l'Espagne et la Suisse ont fait le taf à domicile. Slovaques et Autrichiens font de surprenants leaders alors que Saint-Marin s'offre un nul à valeur d'exploit.

Modififié
6 10

GROUPE C


Lors du tirage au sort des éliminatoires, on imaginait plutôt la Slovaquie se battre avec la Biélorussie pour une place de barragiste plutôt que d'aller truster la première place du groupe C. Mais depuis sa victoire en Ukraine (0-1) et surtout l'exploit contre l'Espagne (2-1) à Zilina, la bande de Marek Hamšík ne s'arrête plus. Chez la modeste Macédoine, les Slovaques ont conquis une victoire sérieuse qui leur permet de détenir 12 points sur 12 à l'aube d'une réception très abordable du Luxembourg. Kucka et Nemec ont été les buteurs pour les visiteurs qui n'ont pas été vraiment inquiétés par leur adversaire. La Slovaquie peut légitimement commencer à se chercher un camp de base français pour juin 2016. Comme l'Espagne qui, sans forcer, se remet peu à peu de sa défaite chez les Slovaques. Ce samedi soir, les hommes de Vicente del Bosque ont disposé sans trembler d'une bien faible opposition biélorusse sur le score de 3-0. Et quoi de mieux pour se refaire la cerise quand on s'appelle l'Espagne sinon faire de l'Espagne ? 72% de possession de balle, une maîtrise sans partage du milieu de terrain et une Biélorussie réduite au silence : voilà ce qui a permis aux partenaires de Santi Cazorla de passer une bien belle soirée. Une merveille de frappe d'Isco en pleine lucarne et un tir puissant mais dévié de Sergio Busquets dans un laps de temps très rapproché ont achevé les visiteurs du soir peu avant la vingtième minute. Pedro a conclu la marque en seconde période en balançant une reprise sous la barre. Et si la Roja éprouve toujours autant de difficultés à multiplier les occasions de but malgré sa maîtrise du ballon, elle a certainement rassuré son coach grâce à son imperméabilité défensive. Peu en confiance actuellement, Gerard Piqué a sorti son premier vrai match de la saison. Sans Diego Costa, Del Bosque a aussi offert leur première sélection à Álvaro Morata et José Callejón. Une soirée idéale en tout point donc.

Enfin, l'Ukraine de son côté n'a pas fait rougir les statistiques lors de son déplacement au stade Josy-Barthel où elle a aisément disposé d'une équipe luxembourgeoise limitée (3-0). Une fois en première période puis par deux fois lors de la seconde, Andriy Yarmolenko a fait trembler les filets adverses pour s'offrir le premier triplé de sa carrière sous le maillot ukrainien. L'avant-centre du Dynamo Kiev a donc parfaitement guidé les siens, lui qui n'avait plus marqué en match officiel depuis le fameux barrage du Mondial 2014 contre la France (2-0) il y a un an jour pour jour. L'Ukraine reste donc complètement en piste.

Macédoine/Slovaquie : 0-2
Espagne/Biélorussie : 3-0
Luxembourg/Ukraine : 0-3

Classement : Slovaquie (12), Espagne (9), Ukraine (9), Macédoine (3), Biélorussie (1), Luxembourg (1)


GROUPE E


Les Anglais ont désormais un pied dans l'Eurostar ! Non sans peine, l'Angleterre poursuit son parcours sans faute dans ces éliminatoires avec un quatrième succès en autant de matchs grâce à sa victoire sur la Slovénie. Cette dernière, qui pouvait rejoindre son hôte du soir au classement, n'est pourtant pas venue faire de la figuration à Wembley. Solides défensivement et bien que très limités devant, les partenaires de Valter Birsa ont été les premiers à marquer dans cette partie par… Jordan Henderson. Le joueur de Liverpool a eu le malheur de réussir un lob - somptueux au passage - sur Joe Hart alors qu'il tentait de repousser le danger sur un coup franc. Une mésaventure qui a toutefois eu le mérite de piquer les Three Lions au vif puisque les hommes de Roy Hodgson ont égalisé dans la foulée sur un penalty provoqué et transformé par Wayne Rooney. Le Mancunien a donc parfaitement fêté sa centième sélection sous la tunique anglaise avant de voir Danny Welbeck lui voler la vedette. L'attaquant des Gunners s'est offert un doublé plein de panache, en bon finisseur qu'il semble désormais être, pour définitivement renverser les Slovènes et faire sourire Wembley.

Après un début de campagne calamiteux et des défaites contre l'Angleterre (0-2) et en Slovénie (1-0), les Suisses s'étaient relancés à Saint-Marin (4-0) et comptaient sur la réception de la Lituanie pour enfin décoller. Sans droit à l'erreur, la Nati a mis le temps, mais a fini par combler les 20 000 supporters massés à l'AFG Arena de Saint-Gall. Insipide quoi que dominatrice en première période, la Suisse a fini par faire craquer la Lituanie lors du second acte, à l'image du gardien Giedrius Arlauskis auteur sur corner d'un CSC après une grossière faute de main. Avec ce but libérateur dans sa besace, la Suisse a alors déroulé. Fabian Schär à bout portant, puis le Bavarois Xherdan Shaqiri par deux fois sont venus embellir le deuxième succès helvétique dans ces éliminatoires. Une victoire 4-0 qui remet définitivement les partenaires de Stephan Lichtsteiner au cœur de la lutte et offre une avance considérable aux Anglais définitivement grand vainqueurs du soir.

Mais l'exploit de la soirée est clairement signé Saint-Marin. S'il est plus qu'évident que les footballeurs du troisième plus petit État d'Europe n'iront pas gambader sur les pelouses françaises en juin 2016, ceux-ci se sont offert un petit plaisir. En tenant l'Estonie en échec à la maison (0-0), les hommes de Pierangelo Manzaroli ont interrompu une sinistre série de 61 défaites de suite. C'est même leur premier point glané dans des éliminatoires européens. Chapeau messieurs !

Angleterre/Slovénie : 3-1
Suisse/Lituanie : 3-0
Saint-Marin/Estonie : 0-0

Classement : Angleterre (12), Slovénie (6), Suisse (6), Lituanie (6), Estonie (4), Saint-Marin (1)


GROUPE G


« Han är tillbaka » (il est de retour) ! Ce que Zlatan Ibrahimović n'a pas accompli en entrant en fin de match contre l'OM le week-end dernier, il l'a parfaitement réussi ce samedi soir lors du difficile déplacement de la Suède au Monténégro. L'attaquant parisien a certes été aidé par une défense locale peu appliquée, mais il a de nouveau marqué, en renard, et cela a suffi à son bonheur. Mais pas à offrir la victoire à la Suède. Incapables de prendre à revers la défense monténégrine après leur ouverture du score prématurée, les Scandinaves ont reculé, reculé et se sont finalement fait punir en fin de partie sur un penalty transformé par le Citizen Stevan Jovetić. Un nul rageant, quoique suffisant pour s'emparer de la deuxième position. Mais alors que l'Autriche a fait le trou, la lutte s'annonce indécise entre Monténégrins, Russes et Suédois. Car le patron du groupe G n'est clairement pas la Russie, mais bel et bien l'Autriche. Toujours moribonds après un Mondial 2014 raté, les hommes de Fabio Capello ont laissé les commandes à une surprenante équipe qu'on n'attendait pas à pareille fête. Les partenaires du joueur de Schalke 04, Christian Fuchs, sont toujours invaincus dans le groupe G et viennent de mettre les Russes à 5 points. Grâce à un but marqué par Rafael Okotie, entré à l'heure de jeu, les Autrichiens ont glané leur troisième succès en quatre sorties et peuvent légitimement rêver de phase finale. Enfin, alors qu'on le promettait à la dernière place du groupe G, le Liechtenstein fait bonne impression dans ces éliminatoires. Les hommes de René Pauritsch ont glané leur premier succès de cette campagne 2016 en allant glacer la Moldavie chez elle. Alors qu'ils avaient tenu le Monténégro en échec chez eux, voilà les joueurs du Liechtenstein détenteurs de quatre points qui font amplement leur bonheur.

Autriche/Russie : 1-0
Monténégro/Suède : 1-1
Moldavie/Liechtenstein : 0-1


Classement : Autriche (10 pts), Suède (6), Russie (5), Monténégro (5), Liechtenstein (4) et Moldavie (1)




Par Aurélien Renault
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

DoutorSocrates Niveau : CFA
Profitez du petit Moubandje à Toulouse. Il a proposé de très jolies choses ce soir. J'ai juste eu peur qu'il choppe un deuxième carton jaune par excès d'enthousiasme avant la mi-temps, mais il s'est ensuite calmé.
Le Lichtenstein et les Féroé qui gagnent à l'extérieur, Saint-Marin qui arrache un nul chez lui... Heureusement que l'UEFA a accepté Gibraltar
la berlinoise est douce en avril
Des autrichiens conquérants qui se rapprochent de la France ça rappelle des choses...
Message posté par la berlinoise est douce en avril
Des autrichiens conquérants qui se rapprochent de la France ça rappelle des choses...


Allez, j'ai ri (Si, si).
la berlinoise est douce en avril"


Allez, j'ai ri (Si, si).
[citer id="1490044" auteur="la berlinoise est douce en avril" Des autrichiens conquérants qui se rapprochent de la France ça rappelle des choses.../citer]

Allez, j'ai ri (Si, si).
Bon excusez-moi mais les [ et ] sont mal placés dans le formulaire et je patauge.
WaiWaiFautVoir Niveau : DHR
Aaaah ce "diable de Yarmolenko" !!
Note : 1
Vous êtes surs d'avoir maté le match de l'Espagne?
Non parce que s'il y a 4-0 à la mi temps avec en prime 2-3 occas manquées c'est la même.

Je ne pourrais pas juger le niveau de l'équipe en face que je ne regarde jamais jouer, mais hier dans le jeu c'était l'Espagne de la belle époque (merci Isco).
Bon tout le monde connaît son jeu de passes et sa possession du ballon, mais hier on a pu voir plus de vitesse dans les transmissions, plus de verticalité, et de bonnes combinaisons. Isco-Alba à gauche c'était du très bon hier. Peut être de quoi donner des remords au Barça de ne pas avoir miser dessus.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
6 10