1. // Groupe C
  2. // Slovénie/Angleterre (0-1)

L'Angleterre sur un fil

Éliminés avant le début du match, les Anglais ont fait preuve d'assurance pour valider leur billet pour les huitièmes. Une victoire difficile contre la Slovénie (1-0) et un niveau jeu à (re)trouver; pour les hommes de Fabio, le plus dur commence.

Modififié
0 0
Ah ça, pour rouler des épaules en éliminatoires, les Anglais étaient champions, par contre, dès qu'il s'agit de Coupe du Monde, c'est autre chose. Il aura fallu attendre le dernier match du groupe C pour voir les hommes de Capello enfin rentrer dans le rang et qualifier pour les huitièmes après sa courte mais précieuse victoire contre la Slovénie (1-0). Pendant ce temps-là, Wayne Rooney n'a toujours pas marqué...

Le Mondial a ce quelque chose d'extraordinaire. Un certain nivellement des valeurs, du talent et une absence de logique. Ou comment Wayne Rooney, canardeur professionnel cette saison (plus de 30 buts toutes compétitions confondues) se retrouve face à Bostjan Cesar dont le principal fait d'arme de la saison fut de terminer dernier de Ligue 1. Un duel presque déséquilibré, en principe. Pourtant c'est le pourceau rouquin qui avait le pression. L'Angleterre n'avait pas le droit de se rater à 90 minutes de la fin du premier tour. C'était marche ou crève. Les sujets de Sa Majesté avaient leur destin entre les mains, une certaine idée de la fatalité en somme. Don Fabio n'étant pas un bourru de nature, il devait faire évoluer son système. Fini le 4-4-2, tactique trop italienne pour les Anglais, retour au 4-5-1 avec en idée directrice l'éclosion - attendue - de Wayne Rooney. C'était en tout cas le souhait de son groupe. Sauf que non. Capello reste fidèle au même système (4-4-2) à quelques encablures près. Defoe remplace Heskey au sein de l'attaque anglaise et Milner s'incruste sur le côté doit et Gerrard refile à gauche.

Tout de rouge vêtu, la machine anglaise confisque rapidement la gonfle. Les mathématiques étant cruelles, les Anglais sont éliminés au coup d'envoi. Il faut attendre vingt minutes avant de voir Capello se dérider. Un amour de centre de Milner, une reprise du tibia de Defoe, 1-0, la Reine peut respirer. Milner - Defoe, l'Italien avait vu juste au moment de coucher ses titulaires. Le plus dur étant fait, l'Angleterre pouvait prendre le jeu à son compte. Milner, enfin libéré, cassait les reins au latéral gauche slovène Jokic. Sur un nouveau débordement, Defoe était à un crampon de doubler la mise. La suite ? Une démonstration. Rooney s'est sorti les doigts, il met en orbite Gerrard mais Samir Handanovic empêche la Slovénie de sombrer... De bon augure pour la seconde période.

Wayne le maudit

D'ailleurs, si les Slovènes sont encore en vie, ils le doivent en grande partie au portier de l'Udinese (ainsi qu'à la maladresse des attaquants anglais). Le grand Samir a quasiment tout sorti contre la bande à Rooney. Un Wayne qui cherche toujours son premier but en Coupe du Monde. Ce n'est pas faute d'avoir tenté. Mais quand ça passe, c'est le poteau slovène qui empêche le Red Devil d'ouvrir son compteur but. Un but, c'est ce qui élimine les Anglais. David James le sait. Il peut remercier sa défense pour la 70ème minute. Terry, Upson et Johnson se sont jetés comme des affamés sur les frappes slovènes pour empêcher le pire. On a même vu John Terry plonger la face la première pour contrer la tentative de Dedic. Idem dans les arrêts de jeu ou Upson donne sa mère sur une frappe slovène. Révélateur d'une équipe qui ne veut pas crever.

Difficile finalement de tirer des leçons après un tel match. Le niveau réel des Anglais reste un mystère. Le 4-4-2 de Fabio ne permet pas à Rooney de jouer correctement. Or, sans un Wayne au top, l'Angleterre n'aura aucune chance dans ce Mondial. La défense anglaise n'est pas sereine mais l'association Upson-Terry offre bizarrement plus de garanties que Carragher-Terry. La rentrée de Milner a dynamisé le côté droit british (déjà bien speed avec Glen Johnson). Par petites retouches, Capello commence à trouver une certaine assise. Reste à sortir un match référence.

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
0 0