Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. // Euro 2012
  2. // Match Amical
  3. // Angleterre/Belgique

L'An Pire d'Angleterre

Nouveau sélectionneur, cadres blessés et/ou écartés, Rooney suspendu, des choix atypiques, la sélection anglaise se présente à l'Euro avec le moral dans les chaussettes. Au pays, personne ne croit en cette équipe fabriquée avec des bouts de ficelles.

Modififié
Carson - Richards - Ferdinand - Smalling - Walker - Carrick - Barry - Wilshere - Johnson - Lampard - Bent. Sur le papier, cette équipe d'Angleterre tient la route. Pourtant, personne ne la verra. Et pour cause, aucun des onze mecs alignés ci-dessus n'est du voyage en Pologne et Ukraine. Soit par choix, comme c'est le cas avec Rio Ferdinand et Micah Richards, soit parce que le corps a décidé de se mettre en veille, comme pour Frank Lampard, blessé de dernière minute - « C'est un énorme coup de massue pour l'équipe » , s'est d'ailleurs lamenté le sélectionneur Roy Hodgson. Assurément, les sujets de Sa Majesté sont les plus touchés par la poisse avant le début de l'Euro. C'est donc avec de multiples interrogations que la sélection anglaise aborde la compétition. Opposés à la France, la Suède et l'Ukraine, les Anglais sont incapables de se projeter pour la simple et bonne raison qu'ils n'ont aucune certitude. Les observateurs sont également très sceptiques.

Avec autant d'absents et un groupe quasiment inexpérimenté, les Britishs arrivent un peu en touristes en Europe de l'Est. Sans compter la suspension de deux matches de Wayne Rooney suite à son low-kick sur un adversaire, lors du dernier match de poule contre le Monténégro. Quand les éléments sont à ce point contre vous, que reste-t-il ? L'espoir qu'il existe le début du commencement d'un doute que le sort va tourner. Oui, mais quand ? Surtout que la fédération anglaise a tout fait pour compliquer les choses. Notamment sur le choix du sélectionneur, suite au départ précipité de Capello. Stuart Pearce a d'abord assuré l'interim en février. Du provisoire. Du bricolage. Du vent. Puis la rumeur Ferguson a pris son envol. Avant de retomber. Idem avec celles menant à Mourinho, Wenger et, surtout, Harry Redknapp. Une rumeur si intense qu'elle a foutu en l'air la fin de saison des Spurs et la crédibilité de l'oncle de Frank Lampard. Au final, c'est la surprise Roy Hodgson qui est sorti du chapeau à quelques encablures de l'Euro.

Hart et les autres

Un vrai bordel, donc. Un peu à l'image du groupe emmené par l'ancien coach de WBA. Des choix curieux pour les tricards (Richards, Ferdinand et Carrick, entre autres) et des coups de poker (Oxlade-Chamberlain). Surtout, les Anglais ont emmené un trio de gardiens atypique. Un titulaire champion d'Angleterre (Hart), un mec évoluant en deuxième division (Green) et un bizut (Butland) qui ne compte qu'une vingtaine de matches en quatrième division. À titre de comparaison, il suffit d'imaginer Laurent Blanc partir à la guerre avec Lloris, le portier de Reims et celui du Red Star 93. Inconcevable. Cela montre à quel point le groupe sélectionnable anglais pue la défaite. Ça manque de relève. De cadors. De jeunes loups. La preuve, pour palier le forfait de Lampard, Hodgson s'est rabattu sur le jeune Henderson (deux sélections au compteur et une saison moyenne à Liverpool). Et encore, on ne parle pas des mecs en proie aux doutes après une saison compliquée (Carroll, Downing, Milner, voire Defoe).


Pour le moment, le XI anglais devrait être le suivant : Hart dans les bois, un back four aux trois-quarts champion d'Europe avec Johnson-Terry-Cahill-Cole, un milieu Gerrard-Parker dans l'axe et Young-Milner sur les ailes pour épauler un duo Welbeck-Carroll pour commencer, en attendant le retour de Rooney. Sur le banc, Phil Jones fait figure de taulier. C'est dire l'aventure qui attend la bande des Trois Lions. On ose espérer que le vent de folie venu de Chelsea et son sacre en Ligue des champions contaminera le collectif. Mais les doutes sont bien réels. À ce rythme-là, les Anglais pourraient même ne pas franchir le premier tour. La dernière fois, c'était en 1992. À cette époque, l'Angleterre était dans le même groupe que la Suède et la France, déjà. Décidément, l'Histoire ne laisse rien au hasard. Rien.

Par Mathieu Faure
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom Un autre t-shirt de foot est possible MAILLOTS FOOT VINTAGE Podcast Football Recall
jeudi 19 juillet Quand Bryan Mélisse plante ses pieds dans un adversaire 25
À lire ensuite
Les enseignements de mai