1. // Journée mondiale de la douane et de l'éthique

L'amour du maillot

Lorsqu'il a commandé en novembre 2010 le maillot que portait David Trezeguet lors de la finale de la Coupe du monde 98, Olivier Démolis pensait à juste titre avoir acquis l'une des plus belles pièces de sa collection. Problème, plus de quatre ans plus tard, il ne l'a toujours pas reçu, la faute à des douaniers négligents ou malhonnêtes. Depuis son combat est permanent. Procès, lettre au président de la République, livre, rencontre avec Trezegol, rarement un homme aura autant mouillé son maillot pour récupérer celui d'un autre.

Modififié
1k 32
David Trezeguet avec un maillot de football, c'est terminé. Les collectionneurs vont donc s'en donner à cœur joie afin de récupérer les précieuses tuniques qu'il a portées. Olivier Démolis, lui, n'a pas attendu la retraite de Trezegol pour le faire entrer dans son musée personnel. Ce Haut-Savoyard de 31 ans a une passion, le football, et en particulier l'équipe de France. Référent du club des Irrésistibles Français de son département, il aime également se procurer les tuniques portées par ses héros et revendique fièrement posséder « un Zidane, un Platini, deux Benzema de l'Euro 2008, et celui que portait Dessailly en demi-finale en 98 ! » Quand il aperçoit fin 2010 le maillot porté par David Trezeguet le 12 juillet 1998 en vente sur eBay, son sang de collectionneur ne fait qu'un tour.

Anelka + Gritching = Trezeguet


Pour Olivier Démolis, David Trezeguet a une saveur particulière : « Quand je jouais au foot plus jeune, j'étais attaquant, et Trezeguet était mon modèle. Et j'habite à côté du Nord de l'Italie, donc j'adore la Juve. » Il monte alors le deal absolu pour séduire le vendeur : un maillot d'Anelka de l'EDF, un autre d'Auxerre de Stéphane Gritching (un Suisse dans une grosse transaction, après tout...) et 3350€ en échange du numéro 20 de l'attaquant des Bleus. Imparable. Les enchères sont pliées, et son bien lui est envoyé depuis le Brésil où était basé le vendeur. Une fois son Chronopost arrivé dans sa région, Olivier Démolis n'attend même pas le facteur et il se précipite le matin même au centre de tri postal pour le récupérer directement. Nous sommes le 16 novembre 2010.

Le collectionneur se présente au guichet et donne le numéro de son colis. Mais après plusieurs minutes de recherche, ce dernier est introuvable, et l'employé de La Poste finit par découvrir que les douaniers l'ont saisi. Démolis est sous le choc et demande des explications. On lui demande alors de repasser dans l'après-midi, car personne n'a d'information pour l'instant. Mais quand il revient quelques heures plus tard, on lui confirme que les douaniers ont bien saisi son paquet, en lui présentant le procès verbal. Il appelle donc immédiatement la douane pour demander ce qu'il en est. On lui explique alors que le maillot a été détruit, car les douaniers avaient conclu à une contrefaçon en raison de coutures de mauvaise qualité... Olivier Démolis devient fou, et se refuse à croire à ce qui lui arrive. Il rappelle, écrit, réclame des précisions et reçoit à chaque fois la même réponse : son maillot a été déclaré comme faux et a été détruit.

Les douaniers dans le viseur


Démolis a une hypothèse depuis le départ, celle du douanier voleur. Selon lui, l'histoire est trop louche. Tout d'abord, il est absolument sûr et certain que son maillot était authentique. « Le vendeur qui me l'a vendu est très réputé dans le monde des collectionneurs, il ne vend que des vraies pièces. » Et puis à ceux qui lui expliquent que Trezeguet n'a pas pu porter de maillot le soir de la finale de la Coupe du monde, car il n'a pas joué, il répond : « Tous les joueurs avaient un maillot ce soir-là. Laurent Blanc aussi. Et sur les images, on voit Trezeguet échanger le sien avec un joueur brésilien après le match, ça explique pourquoi il était chez ce vendeur de Rio de Janeiro.  » En outre, Olivier Démolis fait des recherches sur les trois douaniers qui ont signé l'acte de saisie de son colis, et découvre que l'un d'eux est passionné de sport. Il demande donc à voir le certificat de destruction de son maillot, mais celui-ci est daté du 18 novembre, alors que la douane lui avait dit dès le 16 que son paquet avait été pulvérisé. De plus, en cas de destruction d'un objet, un échantillon doit être conservé en cas de réclamation. Démolis le demandera, en vain. Le combat commence alors. Avec son avocat, il lance en 2011 une action contre la douane devant le tribunal administratif de Grenoble.

Démolis-ion Man


Mais Olivier Démolis est déterminé, et un procès ne suffit pas. Habité par sa mission, il tente par tous les moyens de donner du poids à son dossier et d'alerter l'opinion. Il écrit beaucoup. À Duchaussoy, à Nicolas Sarkozy même, mais aussi et surtout à David Trezeguet. Démolis va jusqu'à lui rendre visite en Espagne à Alicante, où il le rencontre après un match : « Il me connaissait ! Dès qu'il m'a vu il m'a demandé : "T'en es où avec ton affaire" et il m'a invité à passer chez lui le lendemain ! » Il honorera l'invitation et obtiendra un maillot alicantais dédicacé par le roi David. Démolis mène aussi sa bataille sur plusieurs autres fronts: un site internet dédié à sa cause, une banderole de 10 mètres de long « Trezeguet est grand, son maillot est vrai  » qu'il déploie au Stade Gerland lors d'un match, et un livre qu'il vient de terminer, titré Cousue de fil Bleu, pour lequel il a trouvé un éditeur et qu'il espère publier au printemps (un ouvrage préfacé par Arnaud Ramsay, qui a promis de l'inviter sur son plateau pour la promotion).

Mais la justice ne semble pas avoir été séduite par cette débauche d'énergie, et après trois années de procédure, le tribunal administratif de Grenoble s'est déclaré incompétent pour trancher l'affaire. Olivier Démolis et son avocat vont donc devoir lancer une nouvelle procédure, cette fois devant le Tribunal de grande instance de Lyon. Une épopée qui finit par être coûteuse pour le supporter, qui a déjà dépensé 7000€ en frais d'avocats. Une grosse somme pour cet électricien. Mais il ira jusqu'au bout, jusqu'à la restitution du maillot ou au dédommagement financier. Il a fait estimer son maillot par un commissaire priseur spécialiste du sport, « celui qui s'occupe de la collection de Nicollin » , qui l'a évalué à 10 000€. De quoi le tenir motivé donc, même si pour Oliver Démolis, l'essentiel n'est pas là : « Pour moi, c'est la prolongation de la finale de 98 qui se joue. C'est une question d'honneur. »




Par Alexandre Doskov
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Dans cet article

Note : 1
Putain, tout ça pour un maillot...
Pinedhuitre22 Niveau : DHR
En même temps à sa place j'aurai la rage et je lacherai pas l'affaire, mais y'a rien de pire qu'un douanier, qui reste au dessus des lois, donc prouvé le vol sera difficile.
Il ferait mieux d'acheter des maillots de phillipe Violeau ou pierre l'aigle il aurait tout de suite moins d'emmerde.
mackallaway Niveau : CFA2
ahhhh crapule de douanier!! sinon, pour ceux qui disaient que Trezegoal était hautain et froid, on voit juste que c'est un mec très cool et sympa
2yemklubapanam Niveau : Ballon d'or
rarement un homme aura autant mouillé son maillot pour récupérer celui d'un autre.

Faux, Mollo a fait bien pire pour récupérer celui de zlatan !
GriCHTing, c'est ça les mecs
youtu.be/AU7-zHWC2EM
Olivier Démolis, Démolis... really?

"Démolis est sous le choc..."
nononoway Niveau : CFA
A 3350€ + 2 maillots portés, je serais allé le chercher en personne au Brésil le putain de maillot
Entre les douaniers et les postiers, ça tient parfois du miracle que les colis internationaux arrivent. Certains se font bien plaisir.
J'espère qu'il aura gain de cause, mais bon, faut pas rêver.
beau combat, rien que pour le principe !
poti-poti-potillon Niveau : Loisir
Assez étonné par cette histoire ...
Déjà le truc de l'échantillon conservé en cas de destruction par les services douaniers, je sais pas où il a été cherché ça ??
Et puis prendre un avocat pour attaquer la douane et déposer un recours devant le tribunal administratif !!! Il l'a pêché où son avocat ??
La bonne foi c'est bien mais généralement avec un peu d'intelligence on s'en sort mieux ...
Déjà, dépenser plus de 3000 euros pour un maillot... Bref, bon courage à ce monsieur.
Eh ben , entre les dounaiers et les postiers, il peut toujours rêver pour espérer avoir quelque chose.
Ca fait des années que ces mecs se gavent en toute impunité, bien protégé par la lenteur du système.

Je ne saurais trop lui conseiller d'arrêter la procédure pour éviter de perdre encore des thunes.

Puis de se faire une petite filature du douanier, et de lui péter les 2 genoux au moment ou il s'y attend le moins. Ca lui rendra pas son maillot, mais ça soulage énormément.
Message posté par poti-poti-potillon
Assez étonné par cette histoire ...
Déjà le truc de l'échantillon conservé en cas de destruction par les services douaniers, je sais pas où il a été cherché ça ??
Et puis prendre un avocat pour attaquer la douane et déposer un recours devant le tribunal administratif !!! Il l'a pêché où son avocat ??
La bonne foi c'est bien mais généralement avec un peu d'intelligence on s'en sort mieux ...


Je suis d'accord avec toi, ce type est complètement con !

(...!)
Veillons tous à apposer un ©Hemassy quand on utilise le terme "con".
(j'avais saisi ton clin d'oeil, rassure-toi)
Thérèse je te retourne Niveau : CFA2
Le maillot de Trézéguet, le nouveau suaire de Turin.
Bonjour Messieurs, je travaille à la douane depuis plus de 20 années et effectivement en cas de destruction, nous devons garder un échantillon de chaque pièce saisie en cas de procédure judiciaire venant par la suite :

" Il s'agit d'un article de loi 389 bis du code des douanes qui stipule : en cas de saisie de marchandise : - Il est à la la diligence de l'Administration des Douanes, sous réserve d'un prélèvement préalable d'échantillon, selon des modalités fixées par le Décret en Conseil d'Etat et en vertu de l'autorisation du Juge d'Instance compétent en application de l'article 357 bis, ou du Juge d'Instruction, procédé à la destruction des objets saisis."

Voilà en gros, après on voit bien le problème car le mec s'est pointer le jour même et le maillot n'était pas détruit....

Bonne chance à lui de la part d'un douanier honnête !
Hôtel avec Beauvue Niveau : DHR
alut les gars,

Peut-être que le joli sentiment pro-flic est terminé si vite après les rassemblements pro-Charlie, mais je trouve que l'article et certains commentaires sont un peu à charges malgré le peu d'informations. Faut pas oublier qu'en France il y a un truc qui s'appelle présomption d'innocence sinon vous seriez lynché au premier imbécile qui vous traite de pédophile.

D'autres hypothèses que le douanier voleur à qui faut casser les jambes sont possibles…

-Le vendeur, malgré sa réputation, pourrait avoir essayé d'arnaquer Démolis. Ou s'être fait avoir lui aussi.
-Administration oblige, il est impossible que le maillot soit détruit le jour oû le supposé délit ait été constaté. Il se peut donc que les douaniers aient réellement cru à une contrefaçon, laquelle aurait été effectivement détruite plusieurs jours après que le sieur Démolis ait été averti de cette procédure.
-Le mec Démolis est tellement dégoûté qu'il invente une histoire de toute pièce. Vous avez vu un PV, vous?

Enfin bref, je ne saisirai pas cette occasion de casser du douanier gratuitement. Le méchant gendarme qu'on déteste dans Guignol, c'est rigolo à 5 ans, hein, monsieur Démolis...
Pinedhuitre22 Niveau : DHR
En meme les temps les douaniers ne dépendent pas du même ministère que les gendarmes et la police, et a choisir entre ces trois la, je prefere eviter les douaniers au possible, j'aime pas les touchés rectaux ! Cela represente une minorité de crapules comme partout.
NaicofromFr Niveau : Loisir
A la fois, Violeau et Laigle ont marqués tous les 2 un but lors du match du 1er titre de Lyon en 2002...
Ceux là à mon avis valent leur pesant de cahouètes
Lost in translation Niveau : CFA2
Ca fait plaisir de voir un douanier prendre la parole! C'est pour ce genre de chose que j'adore les commentaires ici.

Pour le maillot, un doit bien y avoir un procès verbal avec une declaration d'un expert qui prouve que le maillot est un faux. Avec ça il devrait pouvoir se faire rembourser par son vendeur. Bon le fait que le mec soit au Brésil doit compliquer la chose m'enfin ça se tente a priori.

S'il n'y a pas de PV alors on lui a retiré la possibilité de se faire rembourser et donc il doit être dédommagé.

Ça me paraît pas bien compliqué cette histoire ! :)
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
1k 32