L’ambition selon l’Atlético

Malgré des caisses vides, l’Atlético Madrid a réussi l’inespéré : se renforcer tout en conservant ses pépites Falcao, Adrian et Arda Turan. De quoi offrir du rêve au Vicente Calderon : ces Colchoneros sont armés pour confirmer les promesses de Diego Simeone.

Modififié
0 12
Avec ses neuf championnats domestiques pour autant de Copas del Rey, sa coupe intercontinentale et son doublé en Europa League, l’Atlético Madrid a la troisième armoire la plus garnie d’Espagne. Le Vicente Calderon détient la médaille de bronze des plus grands cocons outre-Pyrénées – le Stade olympique de la Cartuja à Séville n’étant l’antre d’aucun fanion. Son budget affiche une jolie ribambelle de zéros pour atteindre les 135 millions d’euros – pas question de dettes ici, hein. Bref, dans quasiment chaque catégorie, l’ancien Atlético Aviacion squatte le trio de tête derrière les intouchables Real Madrid et FC Barcelone. Des faits, rien que des faits. Le sorite voudrait que cet Atlético truste les podiums et le gratin européen les quatre saisons de l’année durant. Mais de logique, il n’y en aura jamais dans le petit monde du pied ballon. Et encore moins sur la planète des Colchoneros. Les comparses du "Tigre" Falcao ont bien ramené pour une seconde fois en trois saisons la petite Europe à la maison. Cela ne suffit plus. Désormais, ils se doivent de revenir dans la cour des grands. Ce qui passe par un exercice 2012-2013 tout en régularité.

El Cholo, le guide

Pour satisfaire à ces obligations, le board madrilène a sorti le chéquier. Le FC Porto demande 2,5 millions d’euros d’impayés sur le transfert de Radamel Falcao ? Que nenni ! C’est Cristian Rodriguez, l’ex du PSG, qui prend un vol Francisco Sà Carneiro-Madrid Barajas. La meilleure recrue de la Liga BBVA, aka Arda Turan, se sent seul ? Son coéquipier de la sélection turque Emre Belözoglu débarque directement de son Istanbul natal. Le Sous-marin jaune de Villarreal coule en Segunda division ? Enrique Cerezo devrait se la jouer bon Samaritain en offrant douze millions d’euros à Villarreal pour l’acquisition de Bruno. Thibaut Courtois refait ses valises pour rentrer au bercail londonien ? Il repart illico pour une pige supplémentaire dans la capitale ibérique. Des recrues de haut vol pour renforcer un groupe qui ne demande que ça. « Nous avons une base solide qui reste. De plus, nous nous sommes clairement renforcés avec Emre, qui va nous apporter beaucoup au milieu, Daniel Diaz, au niveau de notre axe central, et Cristian Rodriguez sur les côtés » , assure Diego Simeone à Marca.

Les Falcao, Adrian Lopez et autres Godin, potentiellement sur le départ, devraient finalement rester au bercail – il subsiste tout de même un hic concernant l’international de la Céleste. Mais l’assurance d’un huilage performant de ces belles promesses sur le papier demeure Diego Simeone. Débarqué en pompier de service sous la guérite rojiblanca le 27 décembre dernier, "El Cholo" a ramené de l’ordre dans la maison. Une C3 et une belle cinquième place dans la musette plus tard, l’Argentin n’en est que plus adulé par le Vicente Calderon. Le mégalomane du cinéma espagnol qu’est Enrique Cerezo ne s’y est pas trompé. Et lui a offert un petit coup de lèche suite au trophée glané face à l’autre Athletic, de Bilbao : « J’aimerais souligner le travail de notre grand entraîneur, Diego Simeone. Un grand homme, un grand sportif et un grand Atlético. Un homme qui a mis en place une équipe nouvelle, avec illusion, travail, envies, dévouement et espoir. »

L’Atlético, le mieux armé ?

L’espoir, justement, est de mise suite à une pré-saison jugée satisfaisante. Après un road-trip sud-américain ponctué par une victoire – 2-1 face au Nacional Medellin en Colombie – et un match nul – 0-0 contre le Deportivo Saprissa au Costa Rica – l’Atlético s’est octroyé une semaine de travail intensif. Le temps d’enchaîner pompes, kilomètres, abdominaux, et quelques derniers hectomètres. Ce samedi, la bande à Gabi en a fini avec ces matchs de pretemporada. Un petit 2-2 face au Deportivo qui n’est pas sans rappeler la fatigue accumulée lors de ces dernières semaines. « Notre préparation est bonne même s’il reste encore quelques approximations à corriger » , estime "El Cholo". Des approximations qui restent à gommer dès le week-end prochain et la première virée des Colchoneros face à Levante, surprise du dernier opus. Un concurrent direct donc, mais bien moins armé que l’Atlético. D’ailleurs, Valence mis à part, les Malaga, Bilbao et autres FC Séville, semblent un iota en deçà des promesses madrilènes. Reste encore à savoir comment les ouailles de Diego vont contrôler cette pression. Eux qui restent les champions d’Espagne des déceptions.



Par Robin Delorme
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Pepèrearnaud Niveau : CFA2
RD, l'Atlético n'a jamais été sacré champion de C1. Finaliste la saison 73-74 (si le mémoire ne me détourne pas). Mais c'est sûr: il ne l'a jamais remporté. En revanche, ils comptent bien une Coupe des Coupes dans leur armoire.
Un iota pour malaga ? Serieusement ? Parti comme c'est il joueront la lutte pour le maintien...
C'est dur de se dire que, malgré tout, ils ne pourront pas rivaliser avec le couple Real-Barça. Tout ça pour viser (seulement) la troisième place du championnat et une place en LC finalement..
El Atleti a la particularité d'etre le seul club a avoir gagné une Coupe Intercontinentale tout en ayant perdu sa finale de Coupe des Champions , le club Européen vainqueur avait refuser de se rendre au Japon .
Le recrutement est de qualité , cependant le faite de pas avoir put garder Diego .. enfin a suivre car club très intéressant .
L'équipe est quand même sympa à voir jouée. Par contre, un truc m'échappe, comment se fait-il qu'il y ai si peu de candidats pour recruter Falcao ? Ce mec fait parti des meilleurs d'europe à son poste...

(PS: LbTeam, déjà vu ce pseudo sur eurosport, et notamment sur les articles de chérif, et à ce propos, serait sur quel site il est parti car je n'ai pas trouvé...)
@El Xeneize l'Atleti n'est pas pas le seul club, l'AC Milan ont affronté le Sao Paulo de Leonardo en 1993 alors que c'est l'OM qui avait remporter la LDC a cause de l'exclusion par la FIFA.
Mea culpa, j'avais mal lu le commentaire...
@zhenord.
pour falcao, c'est une question de cash à mon sens. obtenir une garantie bancaire pour un joueur de foot doit etre coton en ce moment en espagne, meme pour le barça et le real. peut etre que cela explique l'absence de ces deux clubs sur falcao. reste paris (mais ibra), man city (mais déjà 4 attaquants de classe et vise seulement RVP) et chelsea...je ne vois que le dernier nommé pour bouger. dans l'absolu, je trouve pathétique qu'on laisse perdurer des situations comme celle de l'athletico, je n'ai rien contre ce club, comprend ses fans mais quand le couperet tombera, ca aura des allures de fin du monde.
@one_of_the_amoks

Justement c'est bien ce qui me fait peur, c'est un club hyper endetté qui pourrait récupérer un peu (beaucoup) de cash en vendant Falcao et Turan notamment.
Pour les clubs preneurs, je ne sais pas de combien dispose la Juv, mais ils auraient peut-être pu tenter le coup...
bah turin a fait mine de se mettre sur tous les grands attaquants cet été mais je crois me souvenir qu'ils avaient mis une limite à 35 mils.
de toutes les façons, je le vois moins à turin que je n'y voyais higuain ou cavani (qui irait très bien à la juve). en bref, faute de proposition à la hauteur, je le voyais rester à l'athletico. quid de l'intéret de porto qui n'aurait pas été complètement payé? on parlait d'un retour de falcao et d'une vente d'hulk (qui tarde également).
CacaMourihno Niveau : Loisir
C´est sûr que le fait de ne pas payer 500M€ d´impôts à l´Etat Espagnol, ça aide à consever ses bons joueurs. En Espagne, le foot est tellement sacré que les clubs peuvent frauder peinards. Elle est pas belle la vie ?
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
0 12