Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Amical
  3. // Allemagne-France (2-2)

L'Allemagne rattrape les Bleus par le col

Aux avant-postes à deux reprises, l'équipe de France a finalement été rejointe sur le fil par l'Allemagne mardi soir, à Cologne (2-2). Lacazette a claqué un doublé.

Modififié

Allemagne 2-2 France

Buts : Werner (56e) et Stindl (90e) pour l'Allemagne // Lacazette (33e, 71e) pour les Bleus.

La doublure doublée

Un voyage à Cologne comme une visite de laboratoire : Löw qui sort trois systèmes en 90 minutes pour tester et corriger ensuite ses expériences, une équipe de France sans Antoine Griezmann, remplaçant au coup d'envoi pour la première fois depuis juin, une douzaine de changements. Qu'apprendre d'un match amical ? Beaucoup, énormément. C'était l'idée en arrivant, voilà Didier Deschamps avec ses certitudes – son axe central, la promesse Tolisso, la richesse de sa collection offensive – et quelques chantiers, forcément. Au fond, ce n'est que le milieu de la route, une période de tests et de choix, on le savait. Résultat : emmenée par un Alexandre Lacazette placé face aux attentes cette semaine et auteur d'un doublé, et par un très bon Anthony Martial, l'équipe de France est allée chercher un nul en Allemagne mardi soir (2-2) à sept mois de la Coupe du monde. Tout sauf un détail.

Lacazette dans le magnéto


L'Allemagne : un monstre sorti de sa campagne de qualifications à la Coupe du monde avec un 100% brutal et plus de 40 buts plantés. Avant le dîner, Didier Deschamps avait prévenu que son groupe était « un cran en dessous » et qu'il faudrait encore se rouler dans la patience avant de voir son gang au point pour la Russie. Dans la tête du sélectionneur, ce déplacement à Cologne avait avant tout une fonction de révélateur, quatre jours après un succès positif dans le contenu face au pays de Galles (2-0), au bout d'une année 2017 avant tout marquée par une dépendance quasi permanente à son secteur offensif. Voire, c'était alors s'avancer dans un 4-3-3 animé par le trio Matuidi-Rabiot-Tolisso, et dont la pointe serait Alexandre Lacazette, titularisé à la suite du forfait d'Olivier Giroud. Confirmation : ces Bleus ne sont jamais aussi performants que lorsqu'il faut « s'arracher » , partir au « combat » , rentrer dans la gueule d'un adversaire techniquement supérieur et qui aura joué, beaucoup, sans piquer. Oui, mardi soir, la France a tenu et a même d'abord fait mieux que ça : elle a rendu les coups, a remporté ses duels, s'est créé de nombreuses ouvertures par Martial, Lacazette – excellent dans son rôle face à un Hummels sorti à la pause par Löw – et Digne, costaud dans son couloir. Les armes à la main, elle en a alors profité pour faire sauter le compteur à la demi-heure de jeu au bout d'une combinaison bonbon : ouverture de Matuidi, remise XXL de Digne, numéro de Martial et conclusion de Lacazette (0-1, 33e).

Streaker et résistance


Avant la baston, Löw avait alors annoncé vouloir essayer « des choses, et qu'on fasse des erreurs, pour pouvoir les corriger » . Réaction : une fois ressortie des grilles du Rhein-Energie-Stadion, l'Allemagne est revenue avec le 3-4-3 déployé en Angleterre – Rüdiger remplaçant Hummels – vendredi dernier, a retrouvé de la verticalité et s'est dégagée des cordes pour rapidement égaliser sur un caviar d'Özil gobé par Timo Werner (1-1, 56e). Puis les vagues : une déviation de Rüdiger, Varane tout proche de filer un deuxième but aux locaux, Kroos qui lâche un coup franc sur la barre de Mandanda. Deschamps est dans son jardin, il sait qu'il apprendra probablement plus de cette soirée que des précédentes et retrouve aussi à Cologne un caractère recherché au fil d'une campagne inégale. Sous ses yeux, la résistance : Umtiti qui tient la barre d'un canoë prêt à se retourner, Tolisso qui hurle sur ses potes en même temps qu'il confirme le casse-tête à venir de son coach et surtout Lacazette qui s'en va ficeler le paquet à vingt minutes de la fin sur une inspiration parfaite de Mbappé (1-2, 71e). On pense le match plié, Low a changé une dernière fois de système, Martial croque une balle de 3-1, un streaker s'en va se faire plaquer, la lumière s'éteint progressivement sur scène et une ampoule éclate. Lars Stindl a fait vriller le succès en cours de la bande à Deschamps (2-2, 90e). Rageant.


Allemagne (4-2-3-1) : Trapp – Can (Stindl, 83e), Hummels (Rüdiger, 46e), Süle, Plattenhardt – Khedira (Rudy, 75e), Kroos – Gündoğan (Götze, 65e), Özil, Draxler – Werner (Wagner, 85e).

France (4-3-3) : Mandanda – Jallet (Pavard, 64e), Varane, Umtiti, Digne (Kurzawa, 64e) – Tolisso, Rabiot, Matuidi (Nzonzi, 64e) – Mbappé, Lacazette (Griezmann, 76e), Martial.




Par Maxime Brigand, à Cologne
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


Hier à 16:42 Will Smith interprétera l'hymne officiel du Mondial 58
Hier à 15:49 Un but chelou en D2 irlandaise (via Facebook SO FOOT) Hier à 14:05 Pas de sanction pour Rabiot 74 Podcast Football Recall Épisode 20 : Vieira l'opportuniste, Real-Liverpool et la lutte contre la drogue Hier à 12:48 Six ans de prison requis contre Vincenzo Iaquinta 25 Hier à 12:29 Un but inscrit en seulement quatre secondes en Écosse 9
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Podcast Football Recall Olive & Tom Tsugi
Hier à 09:04 L'équipe type des absents du Mondial 2018 (via Facebook SO FOOT) mardi 22 mai Le Header Bin Challenge du fils de Marcelo au Real Madrid (via Facebook SO FOOT) mardi 22 mai La saison la plus frustrante d'Europe ? (via Facebook SO FOOT) mardi 22 mai Les ultras du CS Constantine craquent des milliers de fumis (via Facebook SO FOOT) mardi 22 mai C'est dans longtemps, la Coupe du monde ? (via Facebook SO FOOT) mardi 22 mai Famara Diedhiou suspendu pour avoir craché sur un adversaire 21 mardi 22 mai La liste des 23 de la Croatie pour le Mondial 2018 (via Facebook SO FOOT) mardi 22 mai La liste des 23 de l'Argentine pour la Mondial 2018 (via Facebook SO FOOT) mardi 22 mai La liste des 23 de l'Espagne pour la Mondial 2018 (via Facebook SO FOOT) mardi 22 mai L'attaquant anglais Grant Holt se met au catch 10 mardi 22 mai Huesca promu en Liga pour la première fois de son histoire 15
À lire ensuite
Les notes de l'Allemagne