En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 10 Résultats Classements Options
  1. // Coupe du monde 2014
  2. // 1/2 finales
  3. // Brésil/Allemagne

L'Allemagne qui veut (re)gagner

Mais qu'est-ce que c'est que cette Allemagne dégueulasse, qui gagne ses matchs à l'arrache ? Où est passé le beau jeu de ces dernières années ? Joachim Löw est-il en train de se saborder une nouvelle fois, de gâcher cette belle génération ? Du calme. La Nationalmannschaft est juste en train de regoûter à ce qu'elle aime le plus : la victoire. Et qu'importe si ça plaît pas. « Haters gonna hate » , mais « Ain't nobody got time for that » .

Modififié
En phase de poules déjà, la question se posait : hormis lors du premier match contre le Portugal (qui fut une véritable démonstration), où est passée l'Allemagne qui produit le beau jeu qu'on aime ? Certes, ce groupe G n'était pas des plus faciles, mais ça aurait dû passer facile contre le Ghana, non ? Et cette victoire à l'arrache contre les États-Unis ? Bref, en jouant comme ça, sûr que l'Allemagne ne va pas aller loin, pensait-on. Pas avec une défense composée de quatre centraux, un Khedira hors de forme, un Lahm au milieu et un Özil relégué sur le côté. Seul l'imprévisible Thomas Müller a fait lever les foules. Pour le reste...

MC Mertesacker


Et puis est arrivé le match face à l'Algérie. Et, comme les jours précédant la rencontre, on a eu le droit aux mêmes interrogations avant les huitièmes, essentiellement centrées autour des choix du sélectionneur. Mais que fait Joachim Löw ? Pourquoi insister sur Lahm au milieu quand celui-ci pourrait apporter tellement plus sur le côté droit de la défense, lui qui est à ce jour le meilleur latéral du monde ? Cette question en amenant une autre : pourquoi titulariser un néophyte comme Mustafi, que personne - même en Allemagne - ne connaissait jusqu'à ces dernières semaines. Et puis le match s'est joué. La Nationalmannschaft a souffert, surtout durant les vingt premières minutes, obligeant Neuer à taffer ce soir-là en tant que libéro. Mais la Germanie a tenu bon. Elle est revenue dans le match (les Algériens ayant pris cher physiquement à force de gambader partout), et dès que Khedira est arrivé sur la pelouse, Lahm est revenu à son poste de défenseur droit et d'un coup, tout allait mieux dans le meilleur des mondes teutons. La suite, on la connaît : une victoire 2-1 grâce, en grosse partie, à André Schürrle. L'Allemagne est qualifiée pour les quarts. Une habitude depuis 1954. Mais pas assez pour le journaliste de la ZDF qui interviewe Per Mertesacker, et qui lui demande si, comme en 2010, l'Allemagne va augmenter son niveau de jeu dans les tours finaux. Ce à quoi le longiligne défenseur central répond : « Vous croyez qu'être en huitièmes, c'est le carnaval ou quoi ? On s'est traînés pendant 120 minutes. […] Vous voulez quoi ? Une Coupe du monde couronnée de succès ou bien vous voulez qu'on soit de nouveau éliminés, mais qu'on nous dise qu'on a bien joué ? Je ne comprends pas la question. Nous sommes passés. Nous sommes contents et on prépare la suite [...]. »

Vidéo

La gagne avant tout


La suite, elle, est logique. Les Allemands en ont marre d'amuser la galerie. C'est bien joli d'enchaîner les demi-finales (+ la finale, 2008, ndlr) des compétitions continentales et mondiales, mais maintenant, il s'agit de gagner. Histoire que cette génération (Lahm, Schweinsteiger, Klose...) ne finisse pas sans un titre. Et ça, Joachim Löw l'a bien compris. Lui qui, pourtant, adore expérimenter mais qui paradoxalement peut être très borné, est revenu aux fondamentaux en remettant son capitaine à sa place face à la France. Suite à la courte victoire de la Nationalmannschaft sur les Bleus, beaucoup n'ont rien trouvé à redire. D'une part, le parcours français est honorable. D'autre part, en face, ce n'est plus l'Allemagne joueuse : c'est l'Allemagne gagneuse, qui impose le défi physique, qui met des coups, qui se fait respecter, qui court plus vite, plus longtemps. Oui, il y a des manieurs de ballon, mais ils ne servent à rien. Pas pour rien que Paul Breitner s'en est pris à Mesut Özil la semaine dernière : 'M1Ö' n'est plus le dépositaire du jeu de cette équipe, c'est à lui de se mettre au diapason. Si Joachim Löw a onze joueurs qui se la donnent, alors l'Allemagne ira au bout du tournoi. Le Brésil peut déjà s'inquiéter : la troupe de Luiz Felipe Scolari veut essayer de battre la Nationalmannschaft sur son terrain. C'est un peu comme quand l'Allemagne essayait de battre la Roja sur le sien.

Par Ali Farhat
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 12:00 90 Minutes, la meilleure BD de foot du moment ! 15 Hier à 11:15 Un club de D7 allemande propose de recruter Bastian Schweinsteiger 6
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
mardi 16 janvier L2 : Les résultats de la 21e journée 4 mardi 16 janvier L'entraînement extrême des gardiens du Dock Sud 20 mardi 16 janvier Le gouvernement italien veut intégrer les migrants par le foot 38 mardi 16 janvier Tévez : « En Chine, j'étais en vacances » 88