Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. // Euro 2012
  2. // Groupe B
  3. // Pays Bas/Allemagne

L’Allemagne, pour un coup double

Match à mort dans un groupe du même nom. L’Allemagne affronte les Pays-Bas dans un classique du football européen. Si la Mannschaft venait à l’emporter, elle pourrait se qualifier pour les quarts de finale et éliminer dans le même temps l’un de ses principaux rivaux. Mais la messe n’est pas dite pour autant, les joueurs de Joachim Löw ne semblant pas encore au point et les Néerlandais comptant bien se battre jusqu’au bout.

Modififié
Un match à oublier. Pour le bien de tous. Cette rencontre du 15 novembre 2011 n’a jamais eu lieu. Non, les Allemands n’ont pas battu les Pays-Bas 3-0 à Hambourg. Non, ils n’ont rien démontré face à l’un des cadors du football mondial. Tout simplement parce que, d’une, les Oranje n’étaient pas au complet et, de deux, parce qu’il s’agissait là d’un match amical. «  Ils seront encore plus forts [qu’il y a sept mois] » , assure ainsi Oliver Bierhoff, le manager de la Mannschaft. Ça, c’est clair : sur la pelouse de Kharkov, il y aura du Arjen Robben et du Ibrahim Afellay, au lieu de Dirk Kuyt et de Ryan Babel. Une autre paire de manches, donc.

Un match conditionné par la haine

Surtout que les Néerlandais ont de l’orgueil à revendre. Et les Allemands le savent mieux que quiconque. Depuis que les nazis ont occupé les Pays-Bas pendant cinq ans (1940-45), causant la mort de 250 000 personnes, les ressortissants du Plat Pays ont la haine grave. « Pour eux, nous battre est la chose la plus importante au monde  » , déclarait ainsi le grand Karl-Heinz Förster en 1980. Et il y a de quoi, finalement. Finale du Mondial 1974, demi-finale de l’Euro 80 (bagarre entre Schumacher et Stevens, entre Van de Kerkhof et Schuster), huitième de finale de la Coupe du monde 90 (Rijkaard qui crache sur Völler) : à chaque fois, les Néerlandais ont voulu montrer qu’ils étaient meilleurs que leurs ennemis. Ça n’a marché qu’une seule fois, apparemment : c’était en demies de l’Euro 88, quand Van Basten claque un but à la dernière minute de jeu et que Ronald Koeman s’empare du maillot d’Olaf Thon et court se torcher le cul avec, le tout devant les fans oranje comblés.

Un match qui sent bon le but


Et voilà qu’aujourd’hui, les Néerlandais doivent montrer de quoi ils sont capables. Certes, face au Danemark, ils n’ont pas réussi à développer leur jeu, mais des joueurs comme Robben, Sneijder, Van Persie (voire Huntelaar) sont capables de semer le trouble dans l’arrière-garde teutonne. Car, il faut bien le dire, la défense allemande ne respire pas vraiment la sérénité. Joachim Löw le sait, auquel cas il n’aurait pas aligné Jérôme Boateng arrière droit d’entrée, lui qui d’habitude joue central au Bayern. Étant donné qu’il a réussi à gérer Cristiano Ronaldo lors du premier match, il devrait être reconduit. Philipp Lahm a quelque peu déçu, mais rien de grave. Quant à Badstuber, bon… Il était sur la pelouse, voilà. En gros, les attaques des deux équipes sont potentiellement très fortes, les défenses sont potentiellement friables. Voilà qui devrait nous offrir un bon duel (c’est-à-dire un combat entre une carotte et un petit pois), duel qui doit absolument fournir un vainqueur. Sinon, comment vont faire les Néerlandais et les Allemands pour se chambrer, cet été, sur les campings de France ?

Vidéo


Ali Farhat, avec le soutien de Ronan Boscher, à Gd
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 28 minutes Ongenda débarque en Roumanie
Partenaires
Olive & Tom Podcast Football Recall MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi
À lire ensuite
L'option Dirk Kuyt