1. // Éliminatoires
  2. // Mondial 2014
  3. // Groupe C
  4. // Autriche/Allemagne (1-2)

L’Allemagne a joué avec le feu autrichien

Face à une équipe d’Autriche débordante d’énergie, la Mannschaft a tremblé, chancelé, mais a quand même fini par s’imposer (1-2). Les Autrichiens peuvent être tristes. Les Allemands, eux, peuvent s’estimer très heureux, vu comme ils ont été dégueulasses.

Modififié
0 11
Autriche - Allemagne : 1-2
Buts : Junuzović (57e) pour l'Autriche. Reus (44e) et Özil (52e) pour la Mannschaft.

Ils y ont cru. De la première à la dernière minute de cette rencontre, ils y ont cru. Malheureusement pour l’Autriche, le football est un sport dégueulasse et à la fin, c’est l’Allemagne qui gagne. Et ça fait vingt-cinq ans que ça dure. Marko Arnautović avait envie de faire mal à ces Allemands, il avait compris qu’il y avait la place pour les bouger, les accrocher, voire obtenir un bon résultat. Au final, à l’image de l’occasion ratée par l’attaquant du Werder, l’Autriche peut nourrir énormément de regrets dans cette partie. Le plan mis en place par Marcel Koller aurait pu (dû) donner de meilleurs résultats. Car cette équipe d’Allemagne n’a été que l’ombre d’elle-même, au final.

La Wunderteam version 2012

D’entrée de jeu, l’Autriche rentre dans le lard allemand. Quand on n'a plus battu le grand frère à la maison depuis 1986, on a forcément là un objet de motivation. En plus, le « modèle » a l’air plutôt fébrile. Mats Hummels rate sa passe, Baumgartlinger lance Harnik qui se fait reprendre in extremis par Badstuber (3e). Déjà que l’attaque croque pas mal, alors si la défense, la base de la construction du jeu allemand, commence à montrer des signes de faiblesse, c’est bien que la Mannschaft est malade. Et elle le confirme, l’escouade de Joachim Löw. Les joueurs sont hésitants, les passes n’arrivent pas toujours à destination. À ces maladresses s’ajoutent l’envie et la générosité autrichienne. Le pressing organisé par la paire Baumgartlinger-Kavlak porte ses fruits, Khedira et ses potes sont asphyxiés. En gros, on n’est pas en 2012, mais plutôt en 1938. La sélection de Marcel Koller a des airs de Wunderteam et l’Allemagne fait aussi peine à voir que son ancêtre du IIIe Reich. Loin d’être complexée, l’Autriche a la tête bien hors du sable. Elle pousse comme une sauvage, elle veut inverser les rôles, elle veut annexer l’Allemagne. Les Harnik, Junuzović, Arnautović et compagnie sont déchaînés. De leur côté, les ouailles de Jögi Löw font peine à voir. Paradoxalement, ce sont Kroos et Müller, ceux dont on attendait pas mal et qui ont déçu dans le jeu offensif, qui se procurent les premières occasions allemandes, au bout d’une vingtaine de minutes de jeu. Et paradoxalement, alors que l’Autriche n’a de cesse de la faire douter, l’Allemagne ouvre le score par l’intermédiaire du meilleur joueur de la saison dernière en Bundesliga, Marco Reus (44e).

Arnautović rate l’égalisation

L’Autriche semble quelque peu sonnée. Logique, en somme, puisque cette ouverture du score intervient juste avant la mi-temps. Logique également que le coach Marcel soit un peu Koller. Son équipe ne méritait pas ça. Au retour des vestiaires, les Ösis semblent d’ailleurs encore un peu sous le choc. Les Allemands en profitent et Özil transforme un pénalty suite à une faute de Kavlak sur Müller (51e). On croit alors que c’en est fini pour les locaux. Que nenni. Certains éléments ont de l’énergie à revendre. Deux mecs employés par un pensionnaire de Bundesliga, en plus. Le Werder en l’occurrence. Arnautović se débarrasse de Götze et de Schmelzer et centre pour Junuzović qui devance Neuer (57e). L’espoir renaît dans l’Ernst Happel Stadion. D’autant plus que l’Allemagne est toujours aussi brouillonne. L’Autriche donne tout ce qu’elle a, mais Arnautović rate le but de l’égalisation alors que les cages lui sont ouvertes, suite à un centre venu de la gauche. L’Allemagne a eu chaud, l’Allemagne a sué, l’Allemagne a fondu, mais l’Allemagne s’en sort bien. De manière horrible, mais s’en sort quand même. Comme à l’ancienne, quoi. Comme toujours.

Par Ali Farhat
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

La tête d'Ozil est quand même incroyable.
Gerd Müller Niveau : CFA
Putain* c'était une victoire mais ça fait bizarre de voir l'Allemagne gagner en étant dégueulasse.
Heureusement que Badstuber était en forme.
Klose était totalement absent. Müller a perdu ballon sur ballon.
Enfin bref les 3 points sont là c'est le principal.
Le paragraphe "La Wunderteam version 2012" est particulièrement limpide. C'est fou comme c'est toujours très efficace les métaphores historiques.
gerd Müller, bien d'accord avec toi, Holger a bien joué. Ali, avais tu ca d'ailleurs ?

http://www.youtube.com/watch?v=640RQafJiH8

Gentil Ghana Niveau : DHR
L'arrivée de Modric au réal a au moins le mérite de motiver Ozil , plutôt très bon sur ces deux matchs.
victoire à l'ancienne pour les allemands.

Reus troop fort!!!
bon les liens ne passent pas, mais sur youtube y'a un beau match Fifa 13 entre Alaba et Badstuber
@Schuey
Badstuber a effectivement été le meilleur défenseur côté allemand. Je n'ai pas du tout aimé Hummels, et j'ai trouvé les latéraux horribles. C'est flippant un tel match de la part de l'Allemagne. Mais bon, ça va revenir avec le temps. Et puis bon, Marco Reus est là ;-)

Peace,

Ali F.
Polstergeist Niveau : District
Ach Gott noch einmal ! comme dit ma môman (avec un indéfinissable accent).
Et dire que les Allemands s'étonnent de leur réputation de rabat-joie. Tu les invites chez toi et ils te braquent. :-)
Malgré la défaite, je suis tout de même fier de la performance de cette équipe autrichienne. Elle a sacrément bouger une équipe d'Allemagne qui flirte avec le plus haut niveau depuis quelques années. Ca fait 14 ans que l'Autriche galère et qu'on attend que les effets de la formation se fassent sentir. Quatorze ans, c'est long, crénom. Bon sang, j'ai la larme à l'oeil ! On aurait pu se mettre au foot béton et dégueu, mais on est pas Suisse (si le sélectionneur l'est, mais passons...). Nan, une vraie équipe d'Autriche, c'est une équipe qui joue bien au ballon et avec de beaux joueurs. Et pour pas gâcher, ils y a aussi de très bons mecs dans ce groupe.
Mais le plus important, c'est de répéter ce type de performance pour espérer se qualifier pour la CdM. Je ne pense pas que cette équipe là ferait tache dans une telle compétition.
Et puis, voir un Arnautovic au Brésil, ça doit bien valoir son pesant de cacahuètes !
@shevagoal
l'allemagne a mal joué et comme le dit poltergeist, une égalisation n'aurait pas été immérité. j'avais honte, peu de jeu, peu d'envie. bon dans 6 mois personnes ne parlera de ca mais des 3 points...
Polstergeist Niveau : District
La principale raison du mauvais match des Allemands est, me semble t-il, la prestation de haut niveau de l'équipe autrichienne. Mais au demeurant, le plus important dans tout ça, ce sont les 3 points en effet. :-)
Toutefois, je ne suis pas certain que dans 6 mois les choses iront forcément mieux pour les Allemands. Il y a deux ans, la paire Khedira-Schweinsteiger avait déjà été secouée à Vienne, et là la paire Khedir-Kroos a souffert aussi. Pas sûr que les Allemands trouvent à chaque fois des marathoniens comme Alaba, Baumgarlinger, Kavlak ou Junuzovic sur leur passage, mais il apparaît qu'ils ne sont plus aussi performant que cela dans cette zone clef du terrain.
Si elle est talentueuse et encore jeune, cette équipe d'Allemagne n'est pas encore parvenue à décrocher un titre. Peut-être que le Jögi Löw devrait se remettre davantage en cause...
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
0 11