1. // Affaire de moeurs

L'affaire Ribéry, vue d'Allemagne

Franck Ribéry aurait sans doute préféré jouer encore en France. Car la presse allemande n'est pas la plus tendre d'Europe. Alors même si, actuellement, le joueur du Bayern alimente les chroniques des pages françaises, il n'est a priori qu'au début du chemin avec nos confrères allemands. Avant, c'était pour le meilleur, aujourd'hui, il peut s'attendre au pire.

Modififié
0 2
Les nouvelles venues de France ont véritablement bouleversé les agendas éditoriaux des journaux allemands. Eux qui commençaient à saliver avant la demi-finale contre Lyon, eux qui se voyaient déjà en finale face à un Lyon jugé inférieur au Bayern, selon les experts Sagnol et Lizarazu, n'ont pu que s'emparer de ce que nous pourrions appeler «  l'affaire du Zaman » .

La presse allemande, rarement avarde d'indiscrétions à propos des affaires de moeurs des joueurs de Bundesliga, ne pouvait que se réjouir des développements récents de cette affaire de proxénétisme impliquant, en tant que témoin, Franck Ribéry. Des sources proches de l'enquête et du parquet avancent également une relation entre le joueur du Bayern et une prostituée mineure. La bombe est lancée et les canards allemands peuvent commencer leur boulot. Evidemment, ils n'ont pas pris le risque de titrer sur le nom de la boîte des Champs-Elysées. Pas assez vendeur. Franck Ribéry, star de Bundesliga, ne pouvait être que la tête d'affiche des manchettes et des unes.

Oui, jouer en Allemagne est un bonheur une fois les jambes posées sur le terrain, avec des ambiances de fou et des stades pleins, mais en dehors, la presse spécialisée est beaucoup plus envahissante qu'en France, fouinant la moindre information traitant de la vie privée de ses « Profis » (joueurs professionnels). Rappelons que, depuis le début de l'année, chaque joueur de la Mannschaft a eu le droit à sa petite enquête de vie privée, histoire médiatiquement, d'approcher sereinement vers la Coupe du Monde.

«  Ribéry et la Lolita »

Ribéry, jusqu'ici plutôt épargné à ce sujet, pourrait connaître pour la première fois la violence d'une campagne de presse qui s'évanouira seulement quand la justice française lavera de tout soupçon l'international français. Plutôt calme lundi matin, les médias allemands ont débuté leur besogne hier soir mais ont accéléré le pas ce matin. Ribéry fait ainsi la une de plusieurs quotidiens, de Bavière ou d'ailleurs : le Berliner Kurier, l'Express, l'Abendzeitung, le Hamburger Morgenpost, le Bild. Ce dernier, qui est en plein dans son élément, n'a pas hésité à recenser toutes les coupures de presse de la matinée sur son site internet. L'ouverture de l'article est évocateur et ne cherche pas les détours : «  La revue de presse du scandale sexuel » , traduction édulcorée de l'expression « Huren-Skandal » , qui mot à mot signifie le scandale de la fornication. Le Bild, afin d'être complet, adosse même à cette revue de presse un dossier compilant les plus gros scandales sportifs de ces dernières années : des frasques de Mike Tyson en passant par la prostituée du basketteur Nowitski, des hooligans du Hertha Berlin jusqu'aux affaires de drogue de Diego Maradona. Bien sûr, Franck Ribéry n'est pas condamné, est juste témoin dans l'affaire, et reste jusqu'à preuve du contraire, innocent. Le Berliner Kurier l'a sans doute oublié, préférant titrer «  Ribéry et la Lolita » , de la même veine que le premier article du Bild sur l'affaire, « Ribéry et la fille du bordel de luxe » .

L'Express veut de son côté en savoir un peu plus, «  Scandale sexuel : que sait Franck Ribéry ? » , le Süddeutsche Zeitung prend des gants sur «  une affaire délicate » , tandis que le Hamburger Morgenpost s'intéresse plus à l'âge de la prostituée en question - «  Scandale sexuel sur une prostituée mineure, Ribéry interrogé » - donnant à l'affaire plus de piquant. Le journal régional bavarois Abendzeitung attend lui impatiemment la conférence de presse d'avant-match Bayern-Lyon, en fin d'après-midi, où étaient annoncés Van Gaal, Daniel Van Buyten... et Franck Ribéry. Aux dernières nouvelles, le français ne se présentera finalement pas face aux grattes-papiers laissant sa place à Lahm. Quoi qu'il en soit, quoi que Ribéry ait pu faire ou ne pas faire, méditons la parole d'un internaute, un certain Dani, défenseur contre vents et marées de Ti'Franck, sur le site web de TZ, un autre quotidien bavarois : « Ribéry ne sera pas coupable, j'en suis sûr. A 17 ans, la fille n'est plus une enfant. Qui, aujourd'hui, peut réussir à savoir l'âge réel des filles ? Des filles de 13 ans en paraissent 20 ! » .

Ronan Boscher

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Si ribéry jouait encore en france, éternel habitué du "Zeman café", à l'heure actuelle il serait déjà en taule...
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
0 2