L'Abécédaire du Calcio

La Tessera du tifoso, les films pornos de Cosmi, la folle Udinese de Guidolin, les présidents qui virent tout ce qui bouge, les love stories... La saison s'achève avec son lot de souvenirs. Flashback.

0 6
A comme Allegri


Après un excellent travail à Cagliari, Massimiliano Allegri a fait le grand saut en venant s'asseoir sur le banc du Milan AC. Saut maîtrisé, tout en douceur. Pour sa première grande expérience, il ramène le titre à Milanello après sept ans de disette et devient, après Roberto Mancini, le deuxième plus jeune entraîneur à remporter le Scudetto. Grand.

B comme Sampdoria


Un an après s'être qualifiée pour le tour préliminaire de la Ligue des Champions, la Sampdoria se qualifie pour la Serie B. C'est bien les gars.

C comme Chômage


Des vingt entraîneurs qui ont débuté la saison, seuls huit ne sont pas inscrits à Pôle Emploi aujourd'hui. Tous les autres (de Benitez à Ranieri, en passant par Di Carlo ou Gasperini) ont été gentiment remerciés par leur président. Aucun autre pays n'a fait mieux en matière de coupage de têtes.

D comme Del Neri


Malheureusement pour lui, la décevante saison de la Juventus restera fatalement associée à son nom. Luigi Del Neri, l'homme qui n'a plus de moustache alors qu'on jurerait qu'il en a encore une, n'a jamais su trouver la formule magique pour faire tourner la Vieille Dame à plein régime. Après l'échec sur le banc de la Roma, il confirme qu'il n'est pas encore taillé pour une grande équipe.

E comme Europe


Si l'an dernier, l'Inter avait réussi à cacher les problèmes en remportant la Ligue des Champions, cette saison, les clubs italiens se sont écroulés en Europe. Milan sorti par Tottenham, la Roma humiliée par le Shakhtar, l'Inter giflée par Schalke, sans parler du piteux parcours des clubs en Europa League. Elle est loin, l'Italie souveraine.

F comme Finances


Le fair-play financier imposé par Platini ne va pas faire du bien à tous les clubs de Serie A. Bari n'est pas encore certain d'avoir assez de sous pour s'inscrire au prochain championnat, la Roma n'a pas payé de salaires pendant six mois, Bologne a failli faire faillite, et le déficit total de la Serie s'élèverait à quelques 611 millions d'euros. Soit l'argent de poche du Cheikh Mansour.

G comme Gastronomie


Oui, en Italie, on aime la bonne bouffe. Et les joueurs de football, italiens ou non, n'échappent pas à la règle. Entre Gattuso qui ouvre un restaurant, Nagatomo qui se goinfre de prunes salées avant de jouer, Hernanes qui expose ses gâteaux faits maison sur Facebook et Cavani qui se voit attribuer une pizza à son nom, l'honneur culinaire est sauf.

H comme Humiliation


Palerme, terre d'humiliation. D'une, l'équipe. Balayés par l'Udinese à domicile (0-7), les Siciliens n'ont rien trouvé mieux, pour se racheter, que se prendre une raclée dans le derby face à Catane (4-0). De deux, l'entraîneur. Appelé au chevet de l'équipe après le fameux 7-0, Serse Cosmi a été viré cinq semaines plus tard, avec petites insultes de son président en prime.

I comme Idylle


La love story entre Alexandre Pato et Barbara Berlusconi, fille de son propre patron, est probablement le ragot le plus suivi de l'année en Italie. La séparation entre Bobo Vieri et la bombe Melissa Satta, en est, du coup, presque passée inaperçue.

J comme Japon


Dix ans après Nakata, l'Italie est à nouveau touchée par une nouvelle Japan-mania. Nagatomo l'a remise au goût du jour, en ramenant à Cesena, puis à l'Inter, son salut de samouraï, ses prunes salées et ses drapeaux. Face à tant de sympathie, l'Italie du football n'en a été que d'autant plus touchée par la tragédie survenue au Pays du Soleil Levant.

K comme King of Pop


Depuis le jour de sa mort, le 25 juin 2009, de nombreux fans sont persuadés qu'il s'agit là d'une machination et que Michael Jackson est en vie, quelque part. Kevin Prince Boateng leur a donné raison, le temps d'un moonwalk, interprétant à la perfection les pas de danse du King of Pop, pour célébrer le Scudetto du Milan AC. Guidolin, le coach de l'Udinese, a essayé aussi. C'était moins bien.

L comme Larmes


Le football, un sport de durs à cuire ? L'Italie, un pays de machos ? Préjugés. Dans cette saison remplie d'émotions, les larmes du capitaine Palombo, en pleurs devant les tifosi de la Sampdoria juste après la relégation, resteront comme une grande image de l'année. Celles de Pirlo, qui quitte le Milan AC après dix ans, aussi. Et celles de Rosella Sensi, qui quitte la présidence de la Roma, également. Mais elle, c'est une fille, alors ça va.

M comme Mazzarri Time


Vingt ans après Maradona, le Napoli retrouve la Ligue des Champions. Si la ville le doit à ses nouvelles idoles (Cavani, Lavezzi, Hamsik), elle sait aussi que la mentalité de gagnant de Mazzarri a joué un rôle-clef. Inventeur du "match de 95 minutes", son abnégation a fait de lui l'entraîneur qui ne lâche rien, et qui, à plusieurs reprises, est allé chercher la victoire dans les arrêts de jeu.

N comme Nabot


Comme le disent si bien les plus grands complexés du monde entier, « ce n'est pas la taille qui compte » . Cette année, pendant que Mathieu Valbuena et Frédéric Sammaritano roulaient sur les pelouses de l'Hexagone, les petits Sebastian Giovinco (1,64m), Emanuele Giaccherini (1,67m), Alexis Sanchez (1,68m) et Antonio Di Natale (1,70m) ont martyrisé les grands défenseurs de Serie A. Comme quoi, mieux vaut un petit travailleur qu'un gros fainéant. N'est-ce pas Silvio ?

[page]
O comme Olympia


Et si la meilleure recrue estivale de la Lazio était un aigle ? Fraîchement débarquée de Lisbonne où elle a quitté sa maman aigle, Olympia, nouvelle attraction du Stadio Olimpico, a porté bonheur à la Lazio tout au long de la saison. Débutant dans son rôle de mascotte, l'aigle n'a pas fait voler son club jusqu'à la Ligue des Champions, mais la cinquième place lui offrira quand même une sortie de plus le jeudi soir. La vie en cage, c'est pas facile.

P comme Primavera


L'Italie, pays des vieux ? Un peu. Mais pas seulement. Certes, cette saison, les divers Di Vaio, Di Natale, Totti, Del Piero, Zanetti et Seedorf ont brillé. Mais attention, la relève est là. Lecce a notamment fait émerger quelques jolies surprises made in Italy (Munari, Bertolacci), la Lazio a révélé le géant Kozak, Delio Rossi a lancé le tout jeune Acquah (17 ans), et le Barese Francesco Grandolfo, 18 ans, a scoré un triplé pour sa première en tant que titulaire en Serie A. Baby blues ?

Q comme Quatrième place


A trop faire la belle sur la scène européenne, la Botte a légué son quatrième ticket pour la Ligue des Champions à l'ennemi allemand. Vu la considération qu'ont les clubs italiens pour l'Europa League, gageons qu'ils sauront se débrouiller pour la récupérer. Fissa.

R comme Records


Chaque saison amène son lot de records. Une fois n'est pas coutume, 2010-2011 est venue ajouter quelques lignes dans le Guinness Book de la Serie A. Totti le buteur (207 pions en Serie A) a renvoyé Baggio à la chasse, Zanetti l'ancien (Interiste le plus capé de l'histoire) a défié les limites du corps humain, Del Piero (meilleur buteur de l'histoire de la Juventus) a marqué un peu plus la Vieille Dame de son empreinte et Handanovic (7 pénaltys stoppés) a fait d'un simple pénalty, le plus difficile des coups de pied arrêtés. Le livre des records peut se refermer. Le temps d'un été.

S comme Santé


Stevan Jovetic, Pippo Inzaghi, Walter Samuel, Fabio Quagliarella... Les ruptures des ligaments croisés ont plombé la saison de pas mal de clubs. Principales victimes de cette hécatombe, l'Inter, largement amoindrie en début de saison, et la Juventus, qui n'a jamais été la même depuis la blessure de Quagliarella, pourront toujours chercher des excuses au Scudetto rossonero, auquel Super Pippo n'aura pas participé. Le type est bien évidemment capable de revenir planter quelques caramels en C1 la saison prochaine.

T comme Tribunes/Tessera


Au début de l'année, la Federcalcio instituait la Tessera del Tifoso, sorte de carte d'identité du supporter, obligatoire pour les déplacements et matches à restriction. Si la Ligue se félicite du "succès de la Tessera", les chiffres semblent dire le contraire. Jamais les stades italiens n'ont été aussi vides. La moyenne de remplissage des gradins, cette saison, est de 53,6%. En gros, pendant tous les matches de la saison, au moins un siège sur deux était vide. A titre comparatif, l'Angleterre et l'Allemagne dépassent tous deux les 90%. A méditer.

U comme Udine


Des buts, du spectacle et la Ligue des Champions au bout. Véritable hype de la saison, l'équipe de Francesco Guidolin a insufflé un peu de panache à une Serie A en déficit de créativité. Un sérial buteur, Toto Di Natale, un acrobate, Alexis Sanchez, des ailiers (Isla & Armero) et un fonds de jeu cohérent, auront suffi à l'ancien entraîneur de Monaco pour faire revenir la douce musique de la C1 dans le Frioul, six ans après leur première et dernière participation. Reste plus qu'à ne pas se faire racketter au mercato.

V comme Vingt


L'efficacité, la culture de la victoire, la vérité par les chiffres... La Juventus de Del Neri s'est fait avoir à son propre jeu. Cette année, les résultats et le jeu ont accordé leurs violons. Bilan : pour la première fois depuis vingt ans (passage forcé en Serie B exclu), la Vieille Dame ne participera pas à une coupe d'Europe. Il ne manque plus que la retraite de Del Piero pour que le cauchemar soit complet.

W comme Walter


S'appeler Walter, en Italie, c'est l'assurance de vivre un évènement particulier. Walter Mazzarri a réalisé un parcours splendide avec le Napoli, Walter Gargano s'est marié avec la sœur de Hamsik, son coéquipier, Walter Samuel, le défenseur de l'Inter, s'est déchiré les ligaments croisés du genou, et Walter Novellino, l'entraîneur de Livourne, s'est fait percuter de plein fouet par un juge de ligne. Un argument de choc pour inciter Christophe Walter, milieu de terrain du FC Metz B, à migrer en Italie.

X comme X


Cette année, le sexe est loin d'avoir été un tabou. Pendant que Natalia Weber, la fiancée de Mauro Zarate, affirmait qu'elle refusait toute relation sexuelle à partir du jeudi pour que son homme soit en forme le dimanche, Serse Cosmi, lui, diffusait des films pornos à ses joueurs dans le bus pour les stimuler. Deux techniques discutables : Zarate n'a marqué que neuf buts en championnat, et Cosmi a été viré après quatre défaites en cinq matches. Dans ton cul.

Y comme Yacht


A trop faire “bunga-bunga” dans les piscines de ses résidences privées, Silvio “il Cavaliere” Berlusconi, est devenu un homme surveillé. Et s'il y a bien un endroit où un président du Conseil des ministres puisse se la couler douce dans l'anonymat le plus total, c'est bien en pleine mer. Oui, le yacht est à la mode en Italie. Comme à Cannes, en plus accessible, puisque les joueurs de Trapani, qui se battent actuellement pour monter en Serie C1, sont logés sur un magnifique bateau par leur président. Paraît que c'est bon pour l'esprit d'équipe.

Z comme Zamparini


La France n'a pas le monopole de l'hyper-présidence. Au four et au moulin, dans la victoire comme dans la défaite, le président de Palerme, Maurizio Zamparini, a surtout fait dans la lose cette saison. Connu pour faire des tours dans Palerme en bagnole pendant les matches de son équipe, Monsieur le Président se sera privé d'une flopée de crises de nerfs. Cela étant, son absence au stade ne l'empêche pas de traiter ses entraîneurs comme des vieilles chaussettes. Serse Cosmi en sait quelque chose.

Eric Maggiori & Swann Borsellino

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Dommage pour Quagliarella (et la Juve)! Le gars était bien parti et l'équipe était encore en course lorsqu'il s'est salement blessé.

Je pense que c'est la seule excuse acceptable pour la saison ratée bianconera.
Le X comme X est superbe :-)

La Juve manquait de talent et de cohésion cette année pour espérer quoi que que ce soit. Mais l'Italie a besoin d'une Juve au top.
déjà, entre B et D il y a une relation. si ce con de del neri n'avait pas quitté la samp tout juste après l'avoir qualifiée pour la champions league, leurs destins liés auraient été très différents. je ne pige vraiment pas la direction de la sampdoria d'avoir laissé partir le duo del neri-marotta. c'était les prémisses d'un futur échec. bien avant les départs de cassano et pazzini. la doria ne récolte que ce qu'elle mérite. garrone est bien un "vieux de m.erde".
et au passage, zanetti n'est pas l'interiste le plus capé !!! c'est giuseppe bergomi avec 758 présences au total. javier zanetti est 2è avec 752 matches. néanmoins il reste le joueur de l'inter le plus capé en serie A et également l'étranger ayant le plus joué. et puis bon, 1003 matches pro, respect.
mais sinon, bon abécédaire, merci !
La Japon-mania vient aussi du fait que le Zac a gagné la Coupe d'Asie des Nations avec le Japon
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Insupportable OL ?
0 6