En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 15 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Bilan

L'Abcédaire de la L1

Vous avez hiberné pendant trente-huit journées ? Vous n'avez pas Canal Plus ni d'argent pour aller au stade ? Vous pensez qu'il ne se passe jamais rien en France ? Vous avez eu tort. Vingt-six preuves l'attestent.

Modififié
Arbitrage. Difficile de parler du millésime 2011 sans mentionner les hommes au sifflet. Pointé du doigt pendant dix mois, le corps arbitral n'aura pas forcément faussé le championnat, mais il aura eu le mérite de flinguer quelques matches. Au choix, PSG-Nancy, Lyon-Marseille, Brest-Lille, etc. Sans parler de la gronde de la 26è journée de Ligue 1 où les arbitres voulaient retarder le coup d'envoi des rencontres d'un quart d'heure. La FFF a tranché : ce sont des arbitres de niveau National qui ont opéré ce jour-là.

Bordeaux. Une sale piquette que le cru girondin 2011. En même temps, sortir la tête haute après les départs de Laurent Blanc, Marouane Chamakh et Yoann Gourcuff, il fallait être sacrément costauds. Bordeaux termine sa saison avec un entraîneur démissionné (Jean Tigana), des joueurs épuisés et des cadres dont la seule envie est d'aller voir si l'herbe est plus verte ailleurs.

Clash. Adil Rami qui chie sur ses potes à la fin du match contre Monaco. Guillaume Hoarau qui allume sans broncher Nenê et Erding à la mi-temps de la rencontre contre Montpellier, Chedjou qui se fait traiter de tocard par Rudi Garcia, Mollo qui fustige Guy Lacombe et, bien entendu, toute l'œuvre de Louis Nicollin où le mot bite prend ses lettres de noblesse. Vraiment, la Ligue 1, c'est le printemps des poètes.

Der. Ils ont tiré leur révérence pour de bon : Makelele, Coupet, Wimbée, Ramé, pour ne citer qu'eux. Ils vont tailler vers d'autres cieux : Heinze, Cabaye, Marveaux. Le championnat a dit adieu à certains grands noms du football français. Surtout, on perd définitivement Grégory Wimbée, le seul gardien capable de claquer un but sur une action de jeu (remember Nancy-Lens d'octobre 1996).

Edel. Rien que pour son raté de Gerland, le "gardien" du Paris-SG mérite une béatification. On le savait bidon, on l'a découvert dramatique. Un génie.

Front. « Quand j'ai appris la nouvelle, j'étais déçu. Ce sont les quatre meilleurs joueurs français et je me suis posé beaucoup de questions... Qu'est-ce qu'il faut faire dans le Championnat de France pour faire partie des quatre meilleurs ? » Gervinho dans le texte. Avec 15 buts et 10 passes décisives, le front le plus strange du championnat a tout d'un grand. Un talent qui devrait prendre la direction de l'Albion. Fallait lui filer un trophée individuel en même temps.

Gameiro. Kevin porte des casquettes d'adolescent, joue en orange et du sang portugais coule dans ses veines. Qu'à cela ne tienne, il a enfilé 22 caramels et s'est installé en équipe de France tout en jouant à Lorient. C'est par où les grands clubs ?

Hazard. Le petit Belge nous a emmenés au paradis sur chaque accélération. Le plus gros talent du championnat, c'est lui. Et de loin.

Il était une fois Mbaye Niang 16 ans, et buteur en Ligue 1. C'est la belle histoire de l'année. Celle d'un adolescent capable de claquer un pion pour sa première titularisation chez les grands. Prends ça Laurent Paganelli.

Jeunesse dorée rennaise. Ils ont entre 18 et 24 ans et tiennent une ville étudiante. Qui ? Les djeuns bretons. Les M'Vila, Brahimi, Kembo Ekoko, Kana-Biyik, Danzé, Lemoine ou Camara. Avec une moyenne d'âge frôlant celle des bacheliers, les Rennais ont joué libérés et insufflé une certaine nouveauté sur les prés français.

Knysna. C'est comme le Vietnam. Les vétérans d'Afrique du Sud ont laissé un peu de leur âme dans ce putain de bus. Que ce soit Toulalan, Planus, Gourcuff ou Gignac, certains ont traversé la saison avec les pires difficultés. Saloperie de colline 52.

Leproux et son plan. La musique a son Plan B, Paname a le plan Leproux. Exit les violents de toutes les couleurs. Welcome back les familles, les lynxs et les enfants. Mais tout ça de manière aléatoire. La première étape a fonctionné. On ne se fout plus sur la gueule au Parc des Princes. Le Président francilien cherche maintenant à remettre de l'ambiance avec les anciens pensionnaires des lieux. Suffit de trouver un compromis. Bon courage.

Marvin Martin. 17 passes décisives. Jason Kidd est donc toujours blanc. Inconnu, ou presque, il y a dix mois, le Sochalien est devenu une machine à offrir des friandises. Un vrai puriste de la passe dé. Avec lui, c'est alley-oop sur alley-oop. Tellement fort que Laurent Blanc l'a rapatrié en Bleu. Respect.

Nenê. Le Brésilien reste et restera l'homme de 2010. Incroyable entre août et décembre, l'homme aux narines écartées a porté son équipe à coup de buts sensationnels. Il aura nettoyé une chiée de lucarnes avant de retomber dans le silence et le mépris en 2011. Génie incompris des siens, le nouveau numéro 10 du PSG boucle sa saison avec 14 buts et 7 passes décisives. Le meilleur Auriverde depuis Ronaldinho.

Olympique du cambriolage. Lucho, Heinze, les frères Ayew (deux fois) et on en passe. A Marseille, le bizutage est maison. Un cambriolage et puis c'est tout. A ce jeu-là, Lucho a bien cru y laisser sa peau quand il s'est fait braquer chez lui en pleine nuit. Et si la perte du titre de champion venait de là ?

Putsch. Okay, le terme est militaire, mais les "généraux" de l'AJA ont tout chamboulé pour liquider le pouvoir en place représenté par Alain Dujon. Hamel - Bourgoin - Roux de retour aux affaires, c'est l'assurance d'un Auxerre de retour dans le business.

Qualité de jeu. On s'accorde à dire que l'exercice 2010/2011 a couronné un champion qui jouait. Dans l'ensemble, la Ligue 1 aura été plutôt joueuse. Même le PSG a déployé du beau football. Pour se convaincre que le championnat national faut le détour, suffit de se repasser en boucle le dantesque Lille-Lorient (6-3). C'est cadeau.

Rein. Fabien Lemoine a commencé la saison avec deux reins. Il l'a bouclée avec un seul. Lemaître et son genou chirurgical sont passés par là. Muscle ton jeu.


Sony Playstation. C'est l'histoire d'une PS2 qui a été offerte à Jean-Michel Aulas dans le cadre du derby ASSE-OL. Une référence assumée au verbe de JMA qui affirmait que Sainté ne disputait la C1 que sur la machine japonaise. Ce soir-là, l'OL tapait les Verts chez eux 4-1. C'est con, l'idée était bonne.

Triplé. Moussa Sow est arrivé sur Lille gratos. Fdc (fin de contrat) comme on dit dans le jargon. Rennes n'avait pas jugé bon de le conserver. Un mec qui plante 8 buts par an max, voilà quoi. Sauf qu'à Lille, Moussa a mué. Trois triplés dans une saison, 25 buts à l'arrivée et un titre de meilleur buteur dans les poches. Sow, Sow, Sow.

Ultime journée. 38ème journée, sept équipes sont encore en course pour le maintien. Du jamais-vu. A ce jeu de qui tombera le premier, Monaco sombre en Ligue 2 avec 44 points au compteur. Tout fout le camp, même la jurisprudence des 42 points.

Viol. “Acte de violence par lequel une personne (violeur) impose des relations sexuelles avec pénétration à une autre personne, contre sa volonté”. En droit français, le viol est un crime. En droit brésilien, c'est une clause libératoire. Joga bonito.

Wagon. Le Rocher dit adieu à la Ligue 1 en prenant le wagon pour la relégation. Sept ans après une finale de C1, Monaco part visiter Guingamp, Tours et Angers. Sad.

X plainte contre. Claude Puel en aura essuyé de la haine cette saison. Dans la chaleur suffocante du mois de mai, le coach rhodanien a même reçu des menaces de mort. Présenté comme le meilleur entraîneur du pays à son arrivée lyonnaise en 2008, l'ancien coach lillois va repartir avec un goût amer en bouche. Et sans trophée.

Yahia. Le défenseur tunisien n'est pas connu pour avoir sa langue dans la bouche. Lui et ses potes lensois ont beaucoup ergoté sur leur maintien en Ligue 1. En vain. Le RC Lens s'écroule une fois de plus et renoue avec l'étage inférieur. Dany Boon n'est même plus là pour sauver les meubles.

Z'avez pas des nouvelles des droits TV ? C'est toujours la grande question du jour. Combien vaut la retransmission du championnat de France ? Une chose est sûre, peu importe le prix, ça vaut le détour.

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



vendredi 16 février 243€ à gagner avec la Juve & Naples 3
Hier à 16:48 Les maillots du PSG floqués en mandarin 17 Hier à 12:17 La panenka ratée de Diego Castro en Australie 16 vendredi 16 février Ligue 1 - 26e journée : Résultats et Classement vendredi 16 février Suivez SoFoot.com sur Facebook
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
vendredi 16 février Nîmes, Le Havre et Nancy pleurent, Brest rigole enfin 6
À lire ensuite
La grande chute