Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 1 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Groupe E
  3. // City/Roma (1-1)
  4. // Les notes

Kun Kun Mania

Lancée en trombe, la rencontre au sommet qui opposait le champion anglais au vice-champion italien s'est finalement soldée par un match nul logique. Un match notamment marqué par la prestation (et le but) d'un Francesco Totti définitivement increvable.

Modififié

Manchester City


Joe Hart (4) : On veut bien croire qu'il a l'étoffe d'un grand gardien, mais au bout d'un moment, il va falloir le prouver. Des gants en peau de pêche sur ses prises aériennes. Et cette glissade, quelle gêne…

Pablo Zabaleta (7,5) : Pas aidé par Navas, il a galéré pour contenir les incessants débordements de Cole. Pablo sauve les meubles devant Florenzi en seconde période et se montre toujours utile pour attaquer. Propre.

Vincent Kompany (5,5) : Il a choisi de provoquer Totti dès le premier contact. Il n'aurait peut-être pas dû.

Martín Demichelis (5) : Les coups de tête, Martin, c'est dans le ballon. Pas dans la nuque de l'adversaire. Merci.

Gaël Clichy (4) : Comment peut-on le préférer à Kolářov ? Même dans les phases offensives, il n'y était pas. On approuve le choix de la Dèche.

Fernandinho (4,5) : Des passes en retrait, des percées rarement incisives et du retard dans ses interventions. Le tout pour 40 millions d'euros. Well done, City.

Jesús Navas (3) : Comme son compatriote sur le côté gauche, il n'a manifestement pas appris à défendre. Quand on a Ashley Cole sur son côté, ça ne pardonne pas. Remplacé à la mi-temps par James Milner (6), déjà plus volontaire.

Yaya Touré (5) : Qu'on se le dise, ce n'était pas le tractopelle des grands soirs. On l'a vu traîner les pieds et sortir perdant de duels importants, dans un match où il devait montrer qui était le patron de la Terre du Milieu.

David Silva (6) : Passeur sur l'appel d'Agüero qui amène le penalty, l'Espagnol a raté la balle de match. Il a aussi oublié de défendre sur les percées de Maicon. Faut dire que quand il a défendu, il a pris un petit pont par le Brésilien.

Sergio Agüero (8) : Il se blesse peut-être une fois tous les mois, mais quel plaisir de le voir balle au pied. Malin comme pas deux sur le premier penalty, il aurait pu claquer un doublé, mais la main non signalée de Manolas en a voulu autrement. Remplacé par Stefan Jovetić (84e), le moment WTF du match.

Edin Džeko (5,5) : Bon dans la conservation du ballon, il a subi les crampons taillés de Mapou. Remplacé par Frank Lampard (58e) qui ne va quand même pas sauver City à chaque fois.

AS Roma


Lukasz Skorupski (5) : Débuter une saison à l'Etihad Stadium face au champion de Premier League est déjà compliqué, alors se retrouver à arrêter un pénalty du Kun au bout de 3 minutes de jeu, on n'en parle même pas. Heureusement pour lui, le Polonais n'aura pas eu à forcer son talent par la suite. La chance du débutant.

Maicon (4) : Maicon a concédé un pénalty à la 3e, touché la barre à la 6e, puis est sorti blessé à la 89e. Un bon match de poissard. Logique pour un numéro 13.

Mapou Yanga-Mbiwa (6,5) : Timide et sans complexe en première. Intouchable en deuxième. Mapou est jeune, mais rejoindra bientôt les sommets de la mafia romaine.

Kostas Manolas (5) : On l'attendait en patron de la défense, il a fini la rencontre en stagiaire. Serein par moments, fébrile à d'autres, le Grec a semblé perturbé par l'enjeu.

Ashley Cole (5,5) : Souvent esseulé sur sa gauche, on l'a nettement moins remarqué que son copain Maicon. Et vu la performance du collègue brésilien, on va dire que c'est une bonne chose.

Seydou Keita (6,5) : D'abord positionné en milieu défensif, il est ensuite descendu d'un cran pour venir en aide à sa charnière centrale à de multiples reprises. Après un démarrage discret, on a fini par ne plus voir que lui. Léa Seydou Keita.

Radja Nainggolan (4) : Niveau capillaire, Radja Nainggolan a encore du boulot avant d'inquiéter Arturo Vidal. Niveau football aussi.

Miralem Pjanić (5,5) : Moins tranchant que d'habitude, mais toujours aussi vif, le Bosnien au petit nez a livré une petite prestation au sein d'un grand match. Sûr que mettre des coups francs en lucarne, c'est plus facile à Parme qu'à Manchester.

Alessandro Florenzi (5) : Pas de grand-mère dans les tribunes, du coup, le jeune Italien a semblé triste et sans repères. Presque inexistant. « Don't call my name, don't call my name, Alessandro ! Ale-Ale-ssandro, Ale-Ale-ssandro. » Non, Alexandre. Ce soir, nous n'allons pas crier ton nom. Remplacé par Holebas à la 82e.

Gervinho (7) : Gervais fume. Gervais enrhume. Gervais tente. Gervais se plante. Gervais cavale. Gervais décale. Gervais harcèle. Gervais martèle.

Francesco Totti (7,5) : On dit que les grands joueurs ne ratent jamais les grandes rencontres. À 38 ans et trois jours, Il Capitano a offert le but de l'égalisation à son équipe et quelques caviars à ses soldats. Francesco est de la classe des chefs, des héros, et Totti quanti. Remplacé par Juan Iturbe à la 72e qui est juste entré pour claquer la bise au maître.

Par Antoine Donnarieix et Morgan Henry
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 7 heures Euro Millions : 138 millions d'€ + 1 millionnaire garanti
il y a 4 heures Neymar lance son propre jeu de foot 58 il y a 7 heures La statue de Falcao 28 il y a 7 heures Un Ballon d'or créé pour les femmes 40 il y a 10 heures Zlatan aide le LA Galaxy à stopper sa mauvaise série 5
Partenaires
Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom Tsugi Podcast Football Recall MAILLOTS FOOT VINTAGE
À lire ensuite
La Louve avait les crocs