Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 3 Résultats Classements Options
  1. // Mondial 2014
  2. // Barrage retour
  3. // France/Ukraine

Krychowiak : « Les Bleus ne doivent pas hésiter à mettre la jambe »

Ce soir, l'équipe de France joue son avenir en barrages de Coupe du monde face à une surprenante sélection ukrainienne, victorieuse à l'aller (2-0). L'occasion de demander quelques conseils avisés à Grzegorz Krychowiak, l'international polonais (16 sélections) du Stade de Reims, qui les a affrontés deux fois lors des qualifications. Avec deux défaites à la clef.

Modififié
Tu connais bien la sélection ukrainienne pour l'avoir jouée deux fois avec la Pologne. Après les deux défaites 3-1 et 1-0, quelle analyse fais-tu de cette équipe ?
Avant toute chose, l'Ukraine puise sa force dans son collectif. C'est une équipe parfaitement rodée. À la différence de l'équipe de France, plusieurs éléments de la sélection évoluent dans les mêmes équipes ou du moins dans le même championnat, ce qui leur permet d'avoir des automatismes et une très bonne assise collective. Ensuite, c'est une équipe qui défend très bien, grâce à une belle solidarité entre tous les joueurs et surtout une agressivité de tous les instants. Les Ukrainiens donnent tout de la première à la dernière minute. Avec la Pologne, nous avons perdu nos deux matchs contre eux, mais franchement cela ne s'est pas joué à grand-chose, surtout au retour.

As-tu été surpris par leur niveau de jeu face à la France ?
Non pas du tout. Même si les joueurs ukrainiens n'évoluent pas dans les championnats européens majeurs, ils ont prouvé par le passé en Ligue des champions et en Coupe de l'UEFA qu'ils étaient ambitieux et qu'il fallait les prendre au sérieux. Je n'ai malheureusement pas pu voir le match contre l'équipe de France, donc c'est difficile pour moi d'en dire plus, mais je n'ai pas été véritablement surpris par l'ampleur de leur performance.

Certains titres de presse ont simplement dit que les Bleus étaient tombés sur meilleurs qu'eux. Est-ce ton avis ?
Clairement, avant la rencontre, tout le monde s'accordait à dire que la France était favorite. Sur le papier, l'équipe de France a les meilleurs joueurs et les éléments les plus talentueux. Maintenant, je suis convaincu qu'une sélection solidaire et collective a davantage de chance de l'emporter qu'une sélection basée sur le seul talent. Le football est un sport qui se joue à 11 contre 11, et une équipe qui joue collectif dépasse les individualités. Même si leurs joueurs ne sont pas très connus, l'Ukraine a prouvé lors des éliminatoires qu'elle pouvait battre n'importe qui. La solidarité qu'ils affichent a de quoi poser beaucoup de problèmes à de nombreuses grosses équipes.

Où se situe cette équipe par rapport à l'Angleterre, qui a terminé première du groupe ?
C'est difficile de juger, mais je pense que ce sont deux équipes sensiblement du même niveau. L'Ukraine a terminé un point derrière l'Angleterre, mais elle a pris un très mauvais départ donc c'est très difficile à dire. Après des débuts difficiles (nul contre la Moldavie, défaite contre le Monténégro, ndlr), l'Ukraine a changé d'entraîneur pendant les qualifications et s'est soudainement métamorphosée. Ce qui est sûr, c'est qu'elle est devenue plus forte avec Fomenko, qui a su amener une nouvelle mentalité et véritablement transcender la sélection. Concernant l'Angleterre en particulier, ils sont allés chercher le match nul à Wembley 1-1 lors du premier match, et je me souviens que les Anglais ont été très heureux et chanceux d'égaliser à trois minutes de la fin. Pour le match retour en Ukraine, le duel était équilibré et a accouché d'un nouveau match nul (0-0), mais l'équipe d'Ukraine a selon moi eu davantage d'occasions, elle aurait pu finir en tête de la poule.

Quels sont les points forts de cette équipe selon toi ?
Le véritable point fort de cette équipe est clairement identifié : ce sont ses deux milieux excentrés. Le gaucher qui joue à droite, Andrei Yarmolenko, et le droitier qui joue à gauche, Evhen Konoplyanka, sont deux joueurs capables d'amener le danger et de faire la différence, que ce soit au niveau de la passe décisive ou du but. Le profil de ces ailiers est le véritable point fort de l'équipe selon moi car ils ont tendance à rentrer à l'intérieur du terrain pour frapper, comme l'a montré le superbe but de Konoplyanka contre l'Angleterre. Et surtout, le fait que ce soit de faux-ailiers pose forcément problème aux défenseurs latéraux, qui ne savent pas toujours s'il faut rester au marquage et les suivre à l'intérieur, ou au contraire rester en place et tenir le couloir. La seule solution pour la défense, c'est la communication, mais ils rendent les choses difficiles. Ensuite, l'autre point fort est évidemment défensif. L'équipe d'Ukraine est une équipe qui défend bien, qui fait bloc en groupe, et qui n'hésite pas à se montrer très rugueuse au niveau de l'impact physique. Tous les joueurs courent énormément et font les efforts les uns pour les autres.

Quels sont ses points faibles au contraire ?
Franchement, j'ai un peu de mal à me souvenir, mais je ne vois pas de points faibles évidents. C'est une équipe difficile à manier, mais elle n'est pas non plus géniale. Certes, elle reste sur une belle série d'invincibilité (11 matchs sans défaite, ndlr) et encaisse peu de buts (aucun depuis 8 matchs, ndlr), mais c'est une sélection comme il en existe d'autres, si l'équipe de France met tous les ingrédients et joue à 100% de son potentiel je pense qu'elle peut gagner.

Quels conseils donnerais-tu justement aux Bleus pour le match retour ?
Je pense que les joueurs de l'équipe de France doivent se lâcher. Il ne faut pas trop réfléchir. Cela na va pas être facile de se qualifier, mais la France possède elle aussi de très bons joueurs capables de marquer et de faire la différence. Je pense que le plus gros défi sera de marquer rapidement et surtout de ne pas en prendre un, car l'affaire risque de se compliquer si l'Ukraine marque au Stade de France. Il faut que les Bleus répondent physiquement et dans l'agressivité, ils ne doivent pas hésiter à mettre la jambe pour obtenir un bon résultat. Et surtout ils ne doivent pas lâcher dans l'intensité, car en face les Ukrainiens joue tous les coups à fond de la première à la 95e minute.

Tu crois à la remontée ce soir au Stade de France ?
Oui, bien sûr. Sur le papier, il y a de quoi faire, même si ce sera dur, je crois que l'équipe de France peut gagner et se qualifier.

Propos recueillis par Christophe Gleizes
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
Tsugi Podcast Football Recall Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom
Podcast Football Recall Épisode 33: Le feu d'artifice belge, les Bleus s'ennuient et les scandales anglais Podcast Football Recall Épisode 32 : La France gagne 11-0, le miracle suisse et notre interview de Thomas Meunier