Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Real Madrid-Legia Varsovie

Kroos, le monsieur propre de la Maison-Blanche

Pour garder à la tunique blanche du Real Madrid sa teinte immaculée, Toni Kroos se malmène depuis désormais trois saisons pour être le monsieur propre de la Casa Blanca. Un rôle de machine à laver qui lui sied à merveille, lui le phobique de l’erreur.

Modififié
Toni Kroos partage bien plus que des origines prussiennes avec Edmund Husserl. Alors que le philosophe teuton, fondateur de la phénoménologie entre le XVIIIe et le XIXe siècles, était capable de rester plus de six heures à penser, sans aucune autre activité mis à part celle d’aiguiser son canif, le milieu de terrain merengue peut lui distiller des passes aussi longtemps sans jamais connaître l’échec. Distribuer et analyser, telle est la façon de penser du monsieur propre de la Casa Blanca, récemment prolongé jusqu’en 2022 par une Junta Directiva qui ne peut plus imaginer un Real sans sa boussole allemande. Depuis désormais trois exercices, et malgré les nombreux changements de postes et d’entraîneurs auquel il est confronté, Toni Kroos conserve sa régularité dans l’excellence. Une fiabilité à l’épreuve des balles, ou une faculté à résoudre des équations, c’est selon, qui lui offre le statut d’indéboulonnable du onze madridista. Pourtant, lui, le joueur invisible dans les médias, résume son rôle d’une manière presque simpliste : « Je dois simplement ouvrir des espaces pour que nos joueurs créatifs soient dangereux. »

Kroos et la couverture de « l’océan de vide »


Forcément, la tâche qui incombe à Toni Kroos au Real Madrid depuis qu’il en intègre le vestiaire se veut bien plus complexe qu’il ne l’avoue, comme en atteste ses prémices post-Mondial brésilien. Acheté pour 25 millions d’euros en contrepartie de sa dernière année de contrat au Bayern de Guardiola, l’Allemand y découvre une précarité nouvelle. Quand la Mannschaft et le Rekordmeister affichent une colonne vertébrale inamovible, le onze merengue se distingue par l’anarchie qui gangrène son milieu de terrain. Si bien qu’à la fin d’un mercato marqué par les départs de Xabi Alonso et Ángel Di María, le natif de Greifswald se retrouve comme le seul paratonnerre devant la défense. Pour « couvrir l’océan de vide » entre l’assise défensive et le trio de la BBC, Ancelotti a besoin d'un athlète, pas d'un esthète. Si bien qu’après six premiers mois, ses statistiques confirment la nouvelle frénésie avec laquelle cohabite Kroos : quand il courait 120 mètres par minute avec le Bayern, il doit désormais en galoper 130 avec la liquette merengue. Capable d’enchaîner les rencontres à plus de onze kilomètres, il en perd forcément de sa lucidité.

Mais l’Allemand ne donne pas dans la plainte et se conforme aux besoins de Carlo Ancelotti. Conscient du manque athlétique de son poulain, l’entraîneur italien, débarqué au soir de la clôture de sa seconde saison, trouve un soutien de poids en la personne de son successeur. « Ancelotti avait raison » , indique Rafa Benítez, lui aussi demandeur d’une sentinelle du profil de Casemiro, mais « plus technique » , lors de son avant-dernière conférence de presse madridista. Idem, Zinédine Zidane, troisième coach du Real en l’espace de huit mois, prône un retour de l’Allemand à un poste plus naturel de relayeur aux côtés de Luka Modrić, un pendant tout aussi talentueux mais plus briseur de lignes. Un pari gagnant, à en croire le couronnement de la Undécima, qui rend grâce à Toni Kroos et sa faculté à faire jouer. Mais pour l’intéressé, que nenni : « Casemiro est fondamental, car il nous donne quelque chose que nous n’avions pas avant. Mais pour moi, ça ne change pas grand-chose s’il est là ou pas. Je peux jouer cinq mètres plus devant ou plus derrière, mais ma tâche ne change pas : je tente toujours d’entrer en contact avec le ballon. »

Le meilleur passeur d’Europe chez le Roi d’Europe


L’obsession du contrôle orienté, de la passe juste, de l’ouverture millimétrée requiert une santé de fer. Loin des standards de l’athlète type, Kroos reste « un très grand professionnel qui bosse énormément physiquement et qui, en plus, récupère très rapidement » . Si bien qu’après une petite semaine et demie de préparation - Euro français oblige - il retrouve illico sa place dans le onze madridista. Mieux, jamais il n’a été aussi resplendissant et influent sur le jeu madrilène. Un rayonnement que confirment ses statistiques : meilleur passeur de Liga avec un pourcentage de 93,6%, il est également, avec Ribéry, le plus gros pourvoyeur de caviars d’Europe avec déjà cinq services décisifs. Rien de surprenant, donc, à voir le City de Guardiola, qui souhaitait ardemment le conserver au Bayern, lui faire la cour. Rien de surprenant, non plus, à voir le Real le prolonger jusqu’en 2022 avec, à la clé, un nouveau statut de joueur allemand le mieux payé de la planète. Tout de blanc immaculé vêtu, Toni Kroos, vingt-six ans, s’apprête donc à distribuer le jeu merengue et à réordonner la confusion chronique qui habite le Real Madrid encore quelques saisons durant.

Par Robin Delorme
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 18:11 Le maillot du Maroc pour le Mondial enfin dévoilé 59
Partenaires
Tsugi Podcast Football Recall Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE
Hier à 16:00 La finale de la C1 2020 à Istanbul 32 Hier à 13:39 Roy Contout en garde à vue 34 Hier à 13:38 Ronaldinho va se marier avec deux femmes 95 Hier à 11:57 Falcao condamné à 9 M€ d'amende par la justice espagnole 60 mercredi 23 mai Will Smith interprétera l'hymne officiel du Mondial 70 mercredi 23 mai Un but chelou en D2 irlandaise (via Facebook SO FOOT) mercredi 23 mai Pas de sanction pour Rabiot 79 Podcast Football Recall Épisode 20 : Vieira l'opportuniste, Real-Liverpool et la lutte contre la drogue mercredi 23 mai Six ans de prison requis contre Vincenzo Iaquinta 35