Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options

Kozak présente ses excuses

Libor Kozak est un bon gars.



A la fin du match face au Milan AC (0-0), au cours duquel joueur de la Lazio a envoyé deux joueurs milanais à l'hôpital, on aurait pourtant pu penser l'inverse. Mais dès la fin de la rencontre, le jeune Tchèque de 21 ans a culpabilisé, notamment pour le coup de genou involontaire qui a mis KO Nicola Legrottaglie.



Après une nuit à repenser au choc, Kozak a immédiatement passé un coup de fil à son souffre-douleur, encore en observation à l'hôpital de Milan. L'attaquant laziale s'est mille fois excusé, en jurant ne pas avoir fait exprès. Legrotaglie, pas rancunier, l'a rassuré : «  Ne t'inquiète pas, ce sont des choses qui arrivent, il ne faut pas que cela t'inquiète. Par chance, je vais bien et c'est finalement ça qui compte » lui a répondu l'ancien Turinois, comme le rapporte la Gazzetta dello Sport.


Défendu par son entraîneur ( «  il ne ferait pas de mal à une mouche » ) et désormais pardonné par sa victime, Kozak va pouvoir dormir tranquille. Jusqu'à sa prochaine apparition sur le ring.



EM
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.


Hier à 15:57 Quand Bryan Mélisse plante ses pieds dans un adversaire 24
Partenaires
Olive & Tom Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Podcast Football Recall MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi
À lire ensuite
La souffrance de Garrone