En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 4 Résultats Classements Options

Kotoko et le porno

Modififié
Les footballeurs sont avant tout des hommes. Et ce n'est pas les joueurs de Kotoko qui diront le contraire.

L'Asante Kotoko Football Club, considéré comme l'un des plus grands clubs de football en Afrique, a été étonnamment éliminé de la Ligue des champions de la CAF, ce week-end, après une défaite contre le MC El Eulma, quinzième du championnat algérien. Après le match nul et vierge à l'aller, les Ghanéens ont perdu deux buts à un chez eux. Ils ont d'ailleurs été obligés de quitter le stade dans des fourgonnettes blindées pour éviter la colère de la foule.

Invité à la radio Sikka FM, Kofi Manu, un des administrateurs du football ghanéen, a expliqué pourquoi Kotoko avait perdu. « Ces joueurs ne dorment pas. Je le répète sans cesse, ils ne dorment pas. Ce n'est pas parce qu'ils sont au lit qu'ils dorment. Ils passent leur nuit à passer des coups de fil, à naviguer sur internet et à regarder du porno ! Vous voulez que des médecins vous le confirment ? Ces garçons ne dorment pas ! »


Va peut-être falloir arrêter de se branler sur le terrain, les gars. GC
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 1 heure Le derby de Bahia se termine avec dix expulsés 3
il y a 3 heures Un supporter met le feu tout seul en D8 anglaise 5 Hier à 16:01 Tony Chapron est en arrêt maladie 43
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Hier à 13:27 Des supporters uruguayens créent un chant sur l'air de Bella Ciao 24 Hier à 12:18 Un entraîneur espagnol s'énerve en conférence de presse 8 samedi 17 février Les maillots du PSG floqués en mandarin 27 samedi 17 février La panenka ratée de Diego Castro en Australie 20
À lire ensuite
Jean-Luc Vasseur remercié