1. // Anniversaire
  2. // Indépendance du Kosovo

Kosovo : aujourd'hui plus qu'hier et bien moins que demain

Il y a sept ans exactement, le Kosovo prononçait son indépendance. Entre-temps, l'équipe nationale a réussi à se faire tolérer par la FIFA et l'UEFA sans pour autant en être membre. Histoire et portrait d'une nouvelle nation du foot européen qui préfère conjuguer sa vie au futur plutôt qu'au passé.

Modififié
828 28
5 mars 2014. Les spectateurs du stade Olympique Adem Jashari – du nom de l'un des fondateurs de l'armée de libération du Kosovo – viennent de s'ennuyer ferme pendant 90 minutes devant un bon gros 0-0 des familles. Pas grave, l'important est ailleurs : en accueillant Haïti à Mitrovica, la sélection nationale kosovare vient de disputer son premier match officiel plus de six ans après l'annonce de son indépendance le 17 février 2008. D'ailleurs, les 17 000 billets mis à disposition ont été écoulés en seulement sept heures trois jours plus tôt. Dans la foulée, la Fédération de football serbe avait demandé dans une lettre adressée à la FIFA la levée immédiate de cette autorisation arguant que l'équipe nationale du Kosovo arborait des symboles nationaux sur leurs maillots – chose proscrite par la FIFA elle-même – tandis que les travées étaient le théâtre de chants anti-serbes et de drapeaux brûlés. Vrai ou non, les Dardanët ont depuis disputé trois autres matchs amicaux officiels, le 21 mai contre la Turquie (1-6), le 25 mai contre le Sénégal (1-3), puis le 7 septembre contre Oman (1-0). Le tout, sous l'égide de la FIFA, même si cette dernière ne fait que « tolérer » la présence du Kosovo, le pays n'étant membre ni de la FIFA ni de l'UEFA. Dire que la situation du football kosovar est un vrai bordel relève de l'euphémisme. Comme une mise en abîme du contexte politique de son pays.

Football et politique ne font pas bon ménage


Lorsque le Kosovo déclare son indépendance en 2008, cela fait presque dix ans que le pays a été placé sous administration provisoire de l'ONU suite à la guerre qui fit rage entre 1998 et 1999. Ce même ONU qui enverra un observateur afin de proposer une indépendance au Kosovo en 2007. Proposition refusée par le Conseil de sécurité des Nations unies en raison d'un veto posé par la Russie, mais qui servira de base au Parlement kosovar pour annoncer l'indépendance du pays de manière effective et unilatérale l'année suivante. Si la Serbie, soutenue par la Russie, a bien tenté un recours pour invalider cette indépendance, le fait est que la Cour internationale de justice a considéré en 2010 que le Kosovo n'avait pas violé le droit international en prononçant son indépendance. Pourtant, quatre ans plus tard, seuls 110 pays (dont 108 membres des Nations unies) ont reconnu officiellement l'indépendance du Kosovo. Voilà pour la petite histoire politique.

Une controverse tout aussi vive en matière de football, la première demande d'adhésion à la FIFA du pays remontant au 6 mai 2008. Sauf qu'il faut être « un état indépendant reconnu par la communauté internationale » pour être accepté de l'instance du football mondial. À l'époque, seuls 51 états membres des Nations unies avaient reconnu l'indépendance. En mai 2012, la Fédération kosovare de football obtient de la FIFA une autorisation pour organiser des matchs amicaux avec son consentement... retirée quelques jours plus tard suite à une plainte de la Fédération de football serbe. Décision appuyée par Michel Platini, le président de l'UEFA considérant qu'il ne s'agissait là que de considérations politiques et que cette décision allait à l'encontre des statuts de l'UEFA. Quelques mois plus tard, neuf joueurs avec des origines kosovares, parmi lesquels Lorik Cana, Grani Xhaka ou encore Xherdan Shaqiri envoyaient une lettre à Sepp Blatter demandant que le Kosovo puisse jouer des matchs amicaux. Autorisation qui interviendra donc près de deux ans plus tard face à Haïti.

Albert Bunjaki et Albert Bunjaku sont dans un bateau


Avant ça, la sélection kosovare avait toutefois participé à plusieurs matchs, morcelés dans le temps comme le pays le fut par l'histoire. Les deux premiers matchs, disputés à neuf ans d'écart (le 14 février 1993 et le 7 septembre 2002), le furent en compagnie du voisin albanais. Ce même voisin avec qui le Kosovo disputera également son dernier match non-officiel le 17 février 2010. Entre-temps, la sélection kosovare aura trouvé le temps d'enchaîner deux victoires face à la sélection monégasque puis l'Arabie saoudite en 2006 et 2007, après avoir participé en 2005 à ce qui reste aujourd'hui son seul tournoi : le cinquantième anniversaire de la Fédération de Chypre du Nord de football, une poule à trois avec la Chypre du Nord et la Laponie. Un total de sept matchs joués en l'espace de dix-sept ans, donc, sans compter les oppositions réalisés avec divers clubs professionnels.

Mais sportivement, l'équipe du Kosovo, ça vaut quoi ? Malgré le fait qu'il dut attendre quatre ans avant de disputer à nouveau un match avec sa sélection (entre 2010 et 2014), l'entraîneur Albert Bunjaki est resté en place depuis 2009. Ancien adjoint à Kalmar FF, le technicien est avant tout un homme qui travaille avec les jeunes, lui qui fut un temps en charge des section jeunes du Örebro SK. Le profil type pour une équipe, mais aussi une Fédération qui a encore terriblement besoin d'emmagasiner de l'expérience, entrées sur la scène internationale véritablement l'année dernière et avec un féroce besoin de stabilité sur le long cours. À ce titre, la sélection peut s'en remettre à d'anciens footballeurs internationaux ayant décidé de rentrer au bercail. C'est notamment le cas de Samir Ujkani, le gardien remplaçant de Palerme, qui a décidé de faire une croix sur la sélection albanaise pour le Kosovo, tandis que l'attaquant Albert Bunjaku, ancien de Kaiserslautern et meilleur buteur de la sélection kosovare (2 buts), est revenu à Pristina après six sélections avec la Nati entre 2009 et 2010. De même que Mehmet Hetemaj, ancien d'Albino Leffe et de la sélection finlandaise (3 sélections).

Une génération entière de binationaux et une pépite de 17 ans


Surtout, si certains fils d'immigrés politiques pendant les guerres de Yougoslavie ont choisi d'honorer un autre pays – le meilleur exemple étant Adnan Zanuzaj, n'ayant pas répondu à une convocation du Kosovo contre Haïti – d'autres préfèrent défendre les couleurs des Dardanët au détriment de leur pays d'adoption. Et ce, malgré plusieurs sélections en équipe de jeunes : Bersant Celina, joueur de Manchester City, a dit adieu à la Norvège pour le Kosovo, alors que Lorent Sadiku, ancien de Helsingborgs, a choisi son pays de naissance après quelques sélections chez les U21 suédois. Certains joueurs, même, n'ont pas vu le jour sur la terre de leurs ancêtres, mais ont le Kosovo dans le cœur. Imran Bunjaku, né à Zurich, joueur des Grasshopper, et ancien des U21 albanais, ainsi que Flamur Kastrasi, récent champion de Norvège avec Strømsgodset, né à Oslo et qui joua longtemps en jeunes au pays de Tore André, Flo font désormais partie des cadres kosovars.

Le tout donnant un mélange hétérogène avec des joueurs éduqués principalement au football scandinave, suisse, voire allemand, dont le dénominateur commun aurait pu être la rigueur si seulement la Turquie ne leur avait pas collé un set de tennis le 21 mai dernier. Défensivement, tout reste à construire. Pour l'offensif, c'est une autre paire de manches. Anel Raskaj, capitaine de la sélection et un temps comparé à Zidane par son entraîneur de Halmstads Janne Andersson, peut encadrer le prodige Enis Bunjaki pour envoyer du jeu. Seulement âgé de dix-sept ans, le meneur des juniors de l'Eintracht Francfort compte déjà quatre sélections avec les Dardanët. Un gamin qui n'avait alors que quatre mois lorsque la guerre du Kosovo a débuté le 28 février 1998.

Par Matthieu Rostac
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Je comprends le traumatisme de la guerre, je comprends que ce soit un passé très récent mais quand même, quels chieurs ces serbes. Quand un pays veut se reconstruire, ça passe très souvent par le sport, ils pourraient au moins leur laisser cette chance.
Chieurs?? Sans prendre parti, c'est quand même un bout de leur pays qui a fait sécéssion suite à une intervention militaire étrangère (justifiée ou non, là n'est pas la question). Qui ne l'aurait pas mauvaise?
Et suite a une guerre du ventre des personnes d'origines albanaise même sur un territoire historique serbe.
C'est pas si simple la geopolitique
"un territoire historique serbe" > ça aussi ça se discute, ce territoire est passé sous une paquet de dominations au cours de l'histoire, et bénéficiait au sein de l'ex-Yougoslavie d'un statut de territoire autonome, avec des pouvoirs étendus dès 1974 à un contrôle interne total (sans droit de regard pour la république de Serbie). Il faut bien se rappeler que le "territoire historique serbe" avait au coeur des années 80-90 une acception bien large pour certains... s'agirait peut être de passer à autre chose, le Kosovo étant largement reconnu sur la scène internationale.
Spartakist Niveau : CFA2
"Seuls 110 pays ont reconnu le Kosovo". 110 pays, 3000 pays ou 2 pays, ça change rien. Tant que t'as dans les petits papiers du parrain américain, t'es libre de faire ce que tu veux. T'as carte blanche. Gerhard Schröder, alors chancelier n'avait cessé de dénoncer les pressions "brutales" US dont a été victime l'Allemagne pour reconnaître le Kosovo. Sans résultat.

Et, les américains en échange, tout ce qu'ils demandent au gouvernement kosovar c'est l'implantation de la plus grande base militaire US en Europe sur leur territoire. Et, ils crachent pas non plus sur l'idée d'avoir le contrôle de la plus grande zone de trafics en Europe. Et les kosovars touchent à tout, armes, drogues, trafics d'êtres humains. La mafia kosovare est une alliée historique de la mafia turque alors 90% de l'héroïne qu'on retrouve en Europe transite par le Kosovo.

Merci Washington.
corinthians Niveau : DHR
Le donbass ferait bien de regarder les balkans ... J'ai bien peur qu'il finisse comme la jurisprudence yougoslave.
DocteurHappy Niveau : CFA
Je rajouterai aussi le trafic d'organe dont certains bourgeois israéliens ( mais pas seulement, mais sur l'article du Monde que j'ai lu il parlait d'eux ) en bénéficie par le biais de greffe d'organe rémunéré .
j'y suis giresse Niveau : Ligue 1
Note : -1
Message posté par DocteurHappy
Je rajouterai aussi le trafic d'organe dont certains bourgeois israéliens ( mais pas seulement, mais sur l'article du Monde que j'ai lu il parlait d'eux ) en bénéficie par le biais de greffe d'organe rémunéré .


Ah, je me disais bien que quelqu'un allait encore trouver quelque chose à reprocher aux juifs
Effet Méride Niveau : DHR
le Kosovo reconnu par l'UEFA et la FIFA, rien de surprenant, pour citer un grand penseur "chacun sa mafia, chacun sa mille-fa"

territoire rattaché à la grande Albanie par Mussolini, doté de pouvoirs élargis par Tito qui voulait affaiblir la Serbie (et a ouvert les vannes pour favoriser l'installation d'Albanais), "libéré" par un groupuscule miltaro-mafieux avec l'aval de l'OTAN (USA et UK en tête, la France pas loin derrière), fervent adepte du nettoyage ethnique vis-à-vis des non-albanophones, vraiment un bien beau socle pour construire une nation !

et quelle belle équipe ce sera, des mecs nés à Oslo, à Zurich, à Bruxelles ou je ne sais où, qui ont du venir au kosovo 3 fois en vacances mais se carapatent loin du pays où ils ont été éduqués et formés pour rejoindre une équipe miteuse, drôle de conception de la vie
Si je comprends bien ce qui se dit par ici, le Kosovo est un pays intrinsèquement mafieux et minable.
Et la Serbie, elle est intrinsèquement un parangon de vertu?
j'y suis giresse Niveau : Ligue 1
Message posté par Spartakist
"Seuls 110 pays ont reconnu le Kosovo". 110 pays, 3000 pays ou 2 pays, ça change rien. Tant que t'as dans les petits papiers du parrain américain, t'es libre de faire ce que tu veux. T'as carte blanche. Gerhard Schröder, alors chancelier n'avait cessé de dénoncer les pressions "brutales" US dont a été victime l'Allemagne pour reconnaître le Kosovo. Sans résultat.

Et, les américains en échange, tout ce qu'ils demandent au gouvernement kosovar c'est l'implantation de la plus grande base militaire US en Europe sur leur territoire. Et, ils crachent pas non plus sur l'idée d'avoir le contrôle de la plus grande zone de trafics en Europe. Et les kosovars touchent à tout, armes, drogues, trafics d'êtres humains. La mafia kosovare est une alliée historique de la mafia turque alors 90% de l'héroïne qu'on retrouve en Europe transite par le Kosovo.

Merci Washington.


Gerard Shröder, le grand ami de Poutine, se plaint des USA ? C'est pas nouveau hein. C'est pas parce que les USA se croient tous permis, et que l'UCK est une mafia que c'est pas le cas en face.
La Serbie de Milosevic, c'était une sacrée mafia aussi, qui ont tout fait pour protéger leurs criminels de guerre
Spartakist Niveau : CFA2
Message posté par j'y suis giresse


Gerard Shröder, le grand ami de Poutine, se plaint des USA ? C'est pas nouveau hein. C'est pas parce que les USA se croient tous permis, et que l'UCK est une mafia que c'est pas le cas en face.
La Serbie de Milosevic, c'était une sacrée mafia aussi, qui ont tout fait pour protéger leurs criminels de guerre


Faut pas avoir une réflexion binaire ou manichéenne. On peut être contre l'indépendance du Kosovo sans être pro-serbe. Ça n'a rien à voir. Et pas besoin d'être un puits de science pour comprendre que, quand on en arrive à des extrémités telles que le nettoyage ethnique (des deux côtés), les torts sont évidemment partagés.
DocteurHappy Niveau : CFA
J'ai pas dis juifs mais bourgeois israélien et c'est un article que j'ai lu y'a pas longtemps je suis conscient que d'autres peuples en profites aussi mais dans cette articles ont parlé d'eux . Voilà des bisous .
Jacquietmichelderzakarian Niveau : CFA2
Bcp ici manque de recul. Ok les USA usent de leur domination afin de contrôler cette région. Mais revenons en arrière. Cette zone était un bain de sang (massacre, génocide etc..) et l'on regardait les choses se passer. Avec un peu de couilles on (France, Europe..) aurait pu (dû) intervenir. Ainsi les européens auraient eu le controle de la région. Alors oui les USA ont déployé des moyens humains et financiers afin de stabiliser la zone, quoiqu'on en pense! Et d'un point de vue diplomatique les ricains sont en mesure de réclamer un retour sur leur effort de guerre!
Spartakist Niveau : CFA2
Message posté par Jacquietmichelderzakarian
Bcp ici manque de recul. Ok les USA usent de leur domination afin de contrôler cette région. Mais revenons en arrière. Cette zone était un bain de sang (massacre, génocide etc..) et l'on regardait les choses se passer. Avec un peu de couilles on (France, Europe..) aurait pu (dû) intervenir. Ainsi les européens auraient eu le controle de la région. Alors oui les USA ont déployé des moyens humains et financiers afin de stabiliser la zone, quoiqu'on en pense! Et d'un point de vue diplomatique les ricains sont en mesure de réclamer un retour sur leur effort de guerre!


Les américains ont pris partie pour le Kosovo, très bien. Mais pourquoi ? S'ils avaient pris partie pour les serbes, tu penses qu'ils auraient obtenu le droit d'avoir une base militaire en Serbie une fois le conflit réglé ? Impossible.

Après, des gens mourraient et en nombres. Il fallait intervenir. Là-dessus, on est d'accord. Mais pas comme ça. Ils ont usé la force de manière excessive voire même totalement disproportionnée. Ils ont même bombardé l'ambassade de Chine à Belgrade "par accident". Ils ont anéanti la quasi totalité de l'industrie d'un pays déjà principalement rural.

Et pour ton information, les français et les anglais sont intervenus et ont eux aussi bombardés la Serbie. Officiellement, c'était l'OTAN qui intervenait.
Message posté par Spartakist


Faut pas avoir une réflexion binaire ou manichéenne. On peut être contre l'indépendance du Kosovo sans être pro-serbe. Ça n'a rien à voir. Et pas besoin d'être un puits de science pour comprendre que, quand on en arrive à des extrémités telles que le nettoyage ethnique (des deux côtés), les torts sont évidemment partagés.



On est d'accord.

Ma réflexion portait juste sur le fait que l'addition des avis précédents en mettait quand même bien lourd sur le Kosovo sans jamais évoquer l'autre partie, au sujet d'un article qui évoque le "litige" entre les deux.
La guère est passée mais a laissé bcp derrière elle.. Que les ricains soit intervenus c'est totalement normal ! on ne laisse pas une épuration ethnique se faire en Europe avec des massacres viols maisons brûlées et j'en passe.

Michel Platinovic apparemment pro serbe freine les kosovares pour l'adhésion à l'eufa et a plaidé contre les albanais lorsque des supporters serbes sont entrés sur le terrains pour le frappés.

en 2015, je sais pas comment on peut toujours interdire à une nation de pratiquer le football c'est juste incroyable.

La dedans faut pas oublié aussi tous les binationaux qui pourrait, après l'indépendance du Kosovo revenir jouer pour la terre de leurs parents. Ce qui poserait des problèmes à bcp de pays .. Suisse, Allemagne, Belgique ,suède etc.

Quand ce pays sera accepté par la FIFA et l'UEFA en même pas 5 ans d'expérience pourra faire trembler les meilleurs
Message posté par blajc
Je comprends le traumatisme de la guerre, je comprends que ce soit un passé très récent mais quand même, quels chieurs ces serbes. Quand un pays veut se reconstruire, ça passe très souvent par le sport, ils pourraient au moins leur laisser cette chance.


Quoi???!!! Le Kosovo est une région qui leur a été volée par le biais d'interventions et manigances étrangères. Pour ton informations, le Kosovo est le coeur historique de la Serbie. Trouverais tu normal qu'une région de France réclame son indépendance car les gens qui la compose son d'origines autres que française?
Message posté par nikooo
Et suite a une guerre du ventre des personnes d'origines albanaise même sur un territoire historique serbe.
C'est pas si simple la geopolitique


Un territoire historiquement serbe? Les serbes n'étaient même pas encore dans les Balkans que le Kosovo était un territoire ILLYRIEN ( donc Albanais ) !! Donc HISTORIQUEMENT il est albanais et non serbes!! JEBEM TI MATER
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
828 28