Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 11 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Leicester-Arsenal (0-0)

Koscielny sécurise le nul pour Arsenal

Si les Gunners sont allés prendre un point sur la pelouse du champion en titre, Leicester (0-0), ils le doivent au défenseur français, impérial derrière. Et à Walcott devant, qui a gâché et rappelé qu'il fallait encore que Wenger recrute.

Modififié

Leicester 0-0 Arsenal



Sur une bonne frappe de Vardy en fin de première période, Čech, un peu excentré, relâche. Drinkwater pense suivre et taper dans le but vide, mais Koscielny intervient. Tout le King Power Stadium exige un penalty, mais le Français semble avoir été plus prompt pour toucher le ballon. Ça se joue à rien. Comme en seconde période, à vingt minutes de la fin, quand Vardy file au but à toute vitesse en partant à la limite du hors-jeu. Combien de fois l'action a-t-elle fait mouche l'an dernier ? Mais là, c'est au-dessus, la faute encore à un retour in extremis du Kos. Les supporters d'Arsenal pourront toujours voir le verre à moitié plein après ce nul à l'extérieur (0-0). Très bon l'an dernier, le défenseur français semble être parti pour franchir encore un palier et devenir un patron. Il y a une partie vide aussi : Alexis Sánchez est fait pour jouer sur un côté, pas dans l'axe, et Holding en défense centrale, ce n'est pas possible. Du moins pour l'instant.

Leicester n'a absolument pas changé


Une semaine après l'entame ratée contre Liverpool (3-4), Arsenal se présente sur la pelouse du champion en titre toujours sans recrues majeures, alors que les supporters, qui s'en prennent désormais à l'actionnaire principal, espèrent toujours une arrivée digne de ce nom devant, mais aussi derrière. Les semaines passent, et les dossiers Mustafi et Lacazette, notamment, n'avancent pas. Vardy et Mahrez, annoncés un temps très proches des Gunners, sont bien sur la pelouse, mais dans le camp d'en face. Du coup, c'est encore Walcott et Oxlade-Chamberlain, présentés il y a quelques mois comme des candidats au départ, qui sont encore titulaires. Pour être plus solide, Wenger peut toujours compter sur les retours de Koscielny et Xhaka qui ont le mérite de mettre Chambers et Elneny sur le banc. En face, Ranieri ressort son onze qui a marqué l'histoire, avec juste Nampalys Mendy pour suppléer N'Golo Kanté. Mais Arsenal confisque le ballon et domine la rencontre. Le coup des champions gavés qui n'ont plus la foi pour courir et se sacrifier ? À bien y regarder, les Gunners s'étaient imposés à l'aller et au retour l'an dernier face aux Foxes. Et s'ils sont en position favorable, les hommes de Wenger, à l'image d'une frappe du Ox sur Schmeichel Jr, ne sont pas vraiment dangereux. À l'inverse, Leicester attend une occasion, une provocation de Mahrez, pour exulter. Ça aurait pu être le cas en fin de première période sur cette fameuse occasion litigieuse. Mais l'arbitre ne bronche pas.

Musa aurait mérité un penalty


Le deuxième acte reprend avec un sacré coup dur pour les locaux. Mendy, très bon jusque-là, se tord la cheville et doit sortir. Mais Leicester tient bon, aussi parce qu'Arsenal baisse sérieusement de niveau. Oxlade devient invisible, la fatigue s'empare du corps de Xhaka, pendant que, subitement, Cazorla devient aussi bon en ouverture qu'Abdelaziz Barrada. Wenger sort donc les trois hommes pour Wilshere, Özil et Giroud. Et forcément, ce n'est plus la même histoire, surtout avec l'Allemand, à un niveau technique « zidanesque » . Le rapport de force est clair, Arsenal domine et Leicester prie pour exploiter un contre à la fin. Mais le problème pour les Londoniens, c'est que quatre changements, ce n'est pas encore autorisé. Du coup, il faut encore faire avec Walcott qui rate au moins deux balles de but : une fois en oubliant Giroud, une fois en tentant un lob très mou. Logiquement, les Foxes l'ont, leur balle de match, à trois minutes de la fin avec Musa, qui a d'ailleurs été recruté uniquement pour ses qualités de braqueurs. Mais si le Nigérian s’infiltre côté gauche, il s'effondre au contact de Bellerín. Le stade gronde une deuxième fois. Et cette fois-ci, cela semblait être à raison...


  • Résultats et classement de Premier League

    Retrouvez toute l'actualité de la Premier League

    Par Romain Canuti
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié


    Dans cet article


    Hier à 16:29 La VAR débarque en Premier League la saison prochaine 14

    Le Kiosque SO PRESS

    Partenaires
    Olive & Tom Un autre t-shirt de foot est possible MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
    Hier à 11:52 Diego Maradona : « Mourinho est le meilleur coach du monde » 75