En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 7 Résultats Classements Options
  1. // Coupe du monde 2014
  2. // 8es de finale
  3. // France/Nigeria

Koscielny : La France a peur ?

Pressenti pour remplacer Mamadou Sakho en cas de forfait, Laurent Koscielny traîne une réputation de défenseur imprévisible. Entre prestations de patron et trous noirs, le défenseur d'Arsenal alterne le chaud et le froid. De quoi craindre une éventuelle rechute face au Nigeria ?

Modififié
Selon une légende urbaine - démentie par la science, mais peu importe - un poisson rouge disposerait d'une mémoire vive de trois secondes. Celle d'un supporter de l'équipe de France est a priori supérieure. Assez pour remonter jusqu'au 14 novembre dernier et une froide nuit ukrainienne ? À Kiev, la France du foot sort ses longs couteaux et règle ses comptes avant même le match retour des barrages. Sur les plateaux de télé, des procureurs s'improvisent et réclament des têtes après une défaite 2-0 qui sonne un adieu au Brésil. Celle de Laurent Koscielny sent déjà le souffle froid de la guillotine. L'accusation pointe un pénalty concédé et un carton rouge stupide dans les dix dernières minutes. Le genre de dossier indéfendable qui aurait fait le bonheur de Jacques Verges. « Mettre un marron comme ça à cinq minutes de la fin alors qu'on peut encore marquer, c'est intolérable. Dans ma condamnation, ça dépasse tout le reste » , accuse Guy Roux. Le procureur de l'Yonne a juste oublié de rappeler que pendant 80 minutes, Koscielny a été le meilleur défenseur français sauvant la mise à quelques reprises à un Abidal lâché par ses jambes.

Sept mois plus tard, le dossier ressurgit avec la blessure et le forfait éventuel de Mamadou Sakho (élongation aux ischio-jambiers) pour affronter le Nigeria en huitièmes de finale. Et qui s'avance pour remplacer l'homme qui a envoyé la France goûter à l'hiver brésilien ? L'accusé Koscielny. À Kiev, le défenseur d'Arsenal a perdu une place de titulaire au profit de celui qui allait devenir le héros de Saint-Denis avec son doublé. Il aurait aussi pu perdre son billet pour la Coupe du monde si la FIFA n'avait pas fait preuve d'une certaine clémence, lui infligeant un petit match de suspension. Barré depuis par la charnière Varane-Sakho, le natif de Tulle sort pourtant de sa saison la plus accomplie avec les Gunners où personne ne songe à le remettre en cause. Une saison où il a presque fait oublier quelques absences restées fameuses comme ses six penalties concédés depuis son arrivée en Premier League (un record) ou cette incroyable erreur de communication avec son gardien Szczęsny qui a privé Arsenal d'une victoire en Carling Cup en 2011 face à Birmingham.

Vidéo

Les défauts de ses qualités ?


L'intéressé reconnaît ses erreurs passées. Interrogé en conférence de presse en début de Coupe du monde, l'ancien de Lorient cible très bien le problème. «  J'ai ce trop-plein d'envie et je sais qu'il faut que je travaille là-dessus, qu'il faut que je me canalise pendant les matchs. » À un poste où seules les erreurs se remarquent, Koscielny paye cette inconstance. On se souvient du pénalty concédé contre l'Espagne en qualification (arrêté par Lloris), mais moins qu'il a été le seul Français au niveau contre cette même Roja lors du dernier Euro quand il a dû remplacer un Mexès suspendu.

Défenseur rapide, fort dans les duels et en progrès dans la relance, l'ancien protégé de Christian Gourcuff dispose de quelques arguments pour dissiper les critiques. Des qualités qui permettent au bloc tricolore de défendre plus haut et de moins subir. Encore faut-il qu'il cherche à ne pas trop en faire. « J'ai peut-être trop de confiance et trop la volonté d'anticiper le geste de l'attaquant, admet-il. C'est aussi l'une de mes qualités, de pouvoir lire le jeu de l'autre. Mais attendez, je ne fais pas ça tout le temps ! » La France croise les doigts et ne demande qu'à avoir la mémoire d'un poisson rouge pour oublier Kiev.

Par Alexandre Pedro, au Brésil
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 45 minutes Un club de D7 allemande propose de recruter Bastian Schweinsteiger
Hier à 23:00 L2 : Les résultats de la 21e journée 4 Hier à 15:55 L'entraînement extrême des gardiens du Dock Sud 20
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
Hier à 13:45 Le gouvernement italien veut intégrer les migrants par le foot 35 Hier à 11:55 Tévez : « En Chine, j'étais en vacances » 85 lundi 15 janvier La Fondation Lionel Messi pas très utile selon les Football Leaks 40