En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 10 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 8es
  3. // Chelsea-PSG

Kool Shen : « Au poker, Neymar joue des petites limites »

À chaque album, il dit que c'est la dernière fois et qu'on ne l'y reprendra plus. Mais sept ans après sa dernière galette, Kool Shen est de retour, toujours affûté à 50 ans. L'occasion d'enfiler les crampons avec lui, et de croiser en chemin Eric Zemmour, Boris Becker, Neymar ou encore le Baron Rouge des Seigneurs.

Modififié
Si tu aimes autant le football, c'est parce qu'avant Kool Shen le rappeur, il y a eu Kool Shen le footballeur, qui ne se débrouillait pas si mal...
Ouais, jusqu'à 15 ans. J'étais numéro 10. Mais après, de là à finir le chemin... Des très bons, en jeunes, il y en a des tonnes. Après, j'ai pris une autre voie, où j'ai eu la chance de pouvoir réussir entre guillemets, mais dans tous les cas vivre de ma passion. C'est important. Je ne parle même pas de réussite financière ou quoi que ce soit, c'est juste de dire qu'au moins j'ai réussi à vivre. Je me lève le matin, le métier que je fais... D'ailleurs, ça ne s'appelle même pas un métier, j'ai vraiment assouvi ce que j'avais envie de faire. Ça, c'est une grande chance, et ça aurait pu être une grosse frustration.

En fait, le plus beau moment de ta carrière de footballeur, c'est le petit pont que tu as mis à Eric Zemmour ?
Écoute, c'est celui qui a été filmé, dans tous les cas ! (Rires) Non, mais je ne me suis pas dit : « Je vais faire un petit pont à Eric Zemmour. » Il se trouve qu'il a écarté les jambes.

Vidéo

Avec NTM, tu ne parlais jamais de foot dans tes textes. C'est quelque chose que tu as commencé à faire sur tes projets personnels. Ça sert aussi à ça une carrière solo, à parler de ces choses-là ?
Oui, ça peut servir à ça. Joey n'était pas très foot. Il regardait les matchs, un peu comme tout le monde. Donc faire un morceau de NTM sur le football... Puis il faut trouver l'angle. Même mes morceaux à moi, ils ne sont pas sur le football, il y a des petites références. Mais oui, le solo peut permettre ça, effectivement.

Et pourtant, c'est Joey Starr qui a joué dans Les Seigneurs !
Et ouais ! Tu vois, comme quoi ! C'était marrant qu'ils le prennent lui, et moi je me retrouve à regarder le film.


L'affaire Aurier, t'en as pensé quoi ?
L'évolution que je vois, c'est que les choses sont différentes parce qu'à partir de je ne sais plus quelle année, les smartphones sont apparus. Il y a des vidéos dedans, et ça concerne tout le monde. Le type qui se fait griller par sa femme, c'est souvent par son smartphone. Là, c'est pareil. Les histoires de quartier, moi, j'en ai connu des joueurs qui restaient dans leur quartier, mais il n'y avait pas ces histoires de téléphone. La technologie, tout ce que tu peux griller dans une conversation avec un mec qui enregistrerait en loucedé, ou une photo prise dans la rue parce qu'un mec a un iPhone et qu'il t'a pris... Je ne pense pas que c'était très différent il y a 20 ans, les mecs restaient aussi dans leur quartier et traînaient avec leurs potes de quartier.

On a l'impression qu'aujourd'hui les footballeurs mettent beaucoup plus en avant leur amitié avec des rappeurs, et vice-versa. C'était moins le cas avec ta génération, non ?
C'était moins le cas, c'est sûr. Déjà, aujourd'hui, les footballeurs écoutent du rap. Les gens de mon âge, on va parler de mecs comme Zidane et tout ça, ils n'écoutaient pas du rap.

Sur ton nouvel album, tu n'as invité que des vétérans du rap en featuring. On entend souvent des footballeurs proches de la fin de carrière dire qu'ils n'arrivent pas à communiquer avec les jeunes joueurs, qu'ils ne les comprennent pas. À 50 ans, tu commences à ressentir ça toi aussi ?
Non, c'est plus un concours de circonstances. Je trouve quand même dommage que des mecs de 30 piges n'arrivent pas à communiquer avec des mecs de 20 ans quand même. Il n'y a pas non plus un fossé... Et tu me dis entre 30 et 20, moi j'ai 50 ans ! Avec un mec de 20, ok il pourrait y avoir des différences. Entre 30 et 20, les mecs te disent qu'il y a un fossé ? Qu'est-ce que tu veux, les choses évoluent. Quand j'avais 18 piges et qu'on arrivait dans un vestiaire et que les mecs avaient 35 ans, il y avait aussi un décalage. Je te parle de ça, c'était il y a 20 ans ! Quand un môme arrivait, il était aussi en décalage avec les mecs de 35. C'est toujours l'histoire de « C'était mieux avant » , quoi. Mon père aussi il disait que c'était mieux avant, et son père devait lui dire : « Tu sais quoi, c'était mieux avant. » Il y a 20 ans d'écart, et en 20 ans, il se passe des choses !


C'est un nouvel album que tu as fait avant tout pour le challenge, pour le plaisir. Quand tu vois des joueurs partir en Chine par exemple, pour des sommes démentielles, mais en oubliant toute ambition sportive, tu penses que ces notions se perdent ?
Oui, ce sont des gens qui choisissent l'argent à un moment donné. À la limite, si tu le fais quand t'as 35 ans, tu sais que tu ne joueras plus en Ligue 1, et que tu te dis que tu as toujours envie de jouer au foot, et que tu peux joindre l'utile à l'agréable parce qu'il y a un billet, OK. Après, quand tu pars à 28 ans, je trouve ça un peu plus bizarre. Si j'avais été footballeur pro, je ne pense pas que j'aurais fonctionné comme ça. Je peux même te dire que de faire banquette dans des grands clubs, en sachant qu'il y a un turnover... Je ne sais pas, mais je pense que j'aurais préféré jouer dans un club un peu plus petit, et me dire que je vais jouer tous les samedis. Je comprends des mecs comme Marquinhos. Il est au top du top, il se trouve que oui, devant, il y a David Luiz. Mais il sait qu'il est meilleur que lui, on le sait tous. À un moment donné, tu te dis : « Le Barça me demande, et si ça se trouve, là-bas je vais jouer. » Pour moi, ça serait une situation compliquée.

Le Parc le plus déchaîné, celui d'un Paris-Marseille dans les années 90, ou celui du concert de NTM en 2010 ?
Allez, Paris-Marseille quand même. C'est difficile de lutter. Mais dans tous les cas, nous quand on a joué au Parc des Princes, ça a vibré ! Après, faire un comparatif... J'ai aussi beaucoup vibré pendant les PSG-OM de l'époque !

Tu t'étais aussi incrusté à Gerland en 2009, avec cette promo incroyable pour ton album sur les maillots lyonnais lors du match contre l'OM.
Gros hasard ! LE match quoi, le 5-5. Ça a fait 3-2, 3-3, 4-3... C'était n'importe quoi, ça joue jusqu'à la 93e minute. Ça a été un gros hasard, entre le patron d'ici qui connaissait le staff de l'OL... Ça ne s'est jamais refait, et c'était la première fois que ça se faisait, une pub pour une sortie d'album sur un maillot.

Vidéo

Ta plus grosse émotion football ? Toutes équipes, toutes époques confondues.
Ha, tu sais, on est français, donc 98, je peux pas dire autre chose. J'étais dans le stade, mais bon, j'aurais pu être au Venezuela, ça aurait été pareil. Petit, j'ai rêvé toute ma vie qu'on gagne une Coupe du monde, j'ai pleuré en 82... Et là, ça se passe en France, on la gagne contre le Brésil, 3-0 ! Des finales à 3-0, il n'y en a pas beaucoup.

Aujourd'hui, tu es surtout associé au poker. Est-ce que tes passions pour le foot et le rap t'ont servi ou ces mondes n'ont absolument rien à voir ?
C'est complètement différent, ce sont des milieux qui n'ont pas de passerelles. Cette histoire de challenge, c'est ça la passerelle. Quand je suis parti dans le poker, ce n'était pas pour faire de la figuration. Je suis compétiteur, donc j'ai beaucoup travaillé, j'ai rencontré beaucoup de gens...

« J'ai un ami qui a joué Neymar au poker il y a pas longtemps en cash game, des petites limites en plus, il joue pas très très cher, et il a joué jusqu'à 5h du mat'. Mon pote m'a envoyé la photo, c'était au casino de Barcelone. » Kool Shen

Tu croises des footballeurs dans les circuits poker ?
On croise Ronaldo, le Brésilien. On croise Neymar, Piqué, c'est beaucoup en Espagne. T'avais Becker à un moment donné qui jouait beaucoup.

Un gars comme Neymar, il a le droit de jouer ? Il n'a pas des clauses qui l'en empêchent dans son contrat ?
Si si, mais écoute, il est là. Et je peux te dire que j'ai un ami qui l'a joué il y a pas longtemps en cash game, des petites limites en plus, il joue pas très très cher, et il a joué jusqu'à 5h du mat'. Mon pote m'a envoyé la photo, c'était au casino de Barcelone.

Et Patrick Bruel, c'est un vrai fan du PSG ou c'est du chiqué ?
Je peux te dire un truc : c'est même pas spécialement par rapport au PSG, mais c'est une encyclopédie du football impressionnante. C'est limite autiste. Tu tombes par terre, il peut te parler de la Coupe du monde 90, te citer tous les tours, les scores...

Alors il aurait dû se douter qu'en allant chanter à l'Allianz Riviera à Nice il se ferait lyncher !
Il y a des endroits où on n'est pas les bienvenus, hein ! Quand t'es pour le PSG, à Nice c'est pas les moins chauds. Nous, on a toujours joué à Marseille et ça s'est toujours bien passé, mais c'est des gens qui viennent te voir toi. Prendre le risque d'aller au Vélodrome pour aller chanter, je pense que c'est compliqué ! C'est comme si tu disais à Soprano de venir à Paris chanter une chanson d'avant-match, le pauvre !

Vidéo

Kool Shen – Sur le fil du rasoir, sorti depuis le 26 février 2016

Propos recueillis par Alexandre Doskov
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 12:00 90 Minutes, la meilleure BD de foot du moment ! 15
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Hier à 11:15 Un club de D7 allemande propose de recruter Bastian Schweinsteiger 6 mardi 16 janvier L2 : Les résultats de la 21e journée 4 mardi 16 janvier L'entraînement extrême des gardiens du Dock Sud 20 mardi 16 janvier Le gouvernement italien veut intégrer les migrants par le foot 38 mardi 16 janvier Tévez : « En Chine, j'étais en vacances » 88