1. //
  2. // Portrait
  3. //

Klose de confiance

Hier soir, il a offert aux tifosi de la Lazio l’une des plus grandes joies de leur vie. Miroslav Klose, arrivé à Rome cet été avec une étiquette de « joueur cramé » , est en train de faire taire tout le monde, et de s’offrir une seconde jeunesse. Portrait d’un buteur aussi froid qu’un éventreur.

Modififié
3 4
Lorsqu’il débarque à Rome, au tout début de l’été, on en entend déjà de toutes les couleurs. La presse italienne, d’abord. Celle-ci s’interroge sur la venue dans son saint championnat d’un buteur qui est sur le point de fêter ses 33 ans. Quoi ? 33 ans ? Bah ouais. Alors que les spécialistes déplorent les départs d’Alexis Sanchez et de Javier Pastore, personne ne comprend réellement pourquoi un club ambitieux comme la Lazio décide de signer un joueur en fin de contrat, qui a déjà sa carrière derrière lui. Les tifosi de la Roma, quant à eux, pouffent de rire, tant dans les rues de Rome que sur les forums dédiés au club giallorosso. « Si Klose n’avait pas été cuit, le Bayern ne l’aurait pas vendu » , ici, ou encore « Je ne savais pas que la Lazio faisait aussi maison de retraite » . Voilà ce que l’on peut alors lire sur le portail du Romanista.it. Et à vrai dire, à ce moment là, même les tifosi de la Lazio se posent des questions. Certes, Klose est un buteur d’expérience, mais ne risque-t-on pas de revivre l'aventure Julio Cruz, arrivé de l’Inter à 34 ans, et qui n’a jamais vraiment existé sous les couleurs biancoceleste ? Des questions qui restent en suspens, mais auxquelles le buteur allemand ne prête guère attention. « J’ai fait le bon choix en signant dans ce club » justifie-t-il lors de son premier jour à Formello. La sobriété allemande.

Gerd, Miro et Guido

De plus, l’intégration de Klose à la Lazio est quelque peu éclipsée par l’arrivée de Djibril Cissé, qui déchaîne l’engouement des tifosi dès son arrivée à l’aéroport de Fiumicino. Les photographes n’en ont alors que pour les beaux tatouages du « Lion Noir » , qui promet déjà monts et merveilles à ses nouveaux admirateurs. On en oublierait presque que son nouveau partenaire d’attaque, le bon Miroslav, est le deuxième meilleur buteur de l’histoire de la Coupe du Monde (14 buts, un de moins que Ronaldo) et de celle de la sélection allemande (62 pions, Gerd Muller s’est arrêté à 68). Ah, et aussi meilleur buteur de Bundesliga en 2006, avec le Werder, et du Mondial, la même année. Rien que ça.

Mais il est vrai qu’entre le fantasque Djibril, qui se ballade dans les rues de Rome à bord de ses improbables voitures de collection, et le discret Miroslav, qui rentre retrouver femme et enfants dès l’entraînement terminé, il y a un monde. Et ce monde, dans un premier temps, tend à pencher du côté du Français. Mais peu importe. Miroslav, déjà rebaptisé « Miro » par le commentateur officiel du club, Guido De Angelis, se fout de la popularité. Lui a une obsession. Marquer des buts. Et lors de ces deux dernières années en Bavière, ce crève-la-dalle a dû s’asseoir sur son appétit. Parce que Mario Gomez. Parce que Thomas Muller. Parce que Franck Ribéry. Parce qu’Arjen Robben. Des pique-assiettes, qui n’ont laissé que des miettes au buteur d’origine polonaise. Quatre buts en deux saisons de Bundesliga. Impossible de continuer sur ce rythme. Voilà pourquoi Klose a pris ses responsabilités, ses clics et ses clacs, et est venu tenter l’aventure romaine. Grand bien lui en a pris.

Huit matches, six buts, cinq passes décisives

Pour son premier match amical avec la Lazio, face aux amateurs de Cadore, Klose ne plante pas un, ni deux, mais cinq buts. En 41 minutes. Puis il cède sa place. Le type a fait le boulot, à tel point qu’il impressionne ses coéquipiers. D’amical à officiel, il n’y a qu’un pas. Pour le baptême de la saison, en Europa League face à Rabotnicki (6-0), Klose enchante le stadio Olimpico avec une prestation de haut vol. Trois passes décisives et un but. Non : le Panzer n’est pas qu’un buteur. Il est aussi un formidable passeur, capable de venir chercher le ballon jusqu’au milieu de terrain s’il le faut. Le Milan AC va vite l’apprendre à ses dépens. Douze minutes de jeu, et l’Allemand inscrit à la Scala du Football le premier but de la Serie A 2011-12. Tout un symbole.

Au fil des prestations, les tifosi laziali comprennent qu’ils tiennent là une véritable pépite. « Habemus bomber » peut-on lire sur une banderole affichée au centre d’entraînement de Formello, au lendemain d’un but décisif à Cesena, pour une victoire finale 2-1. Décisif. Le mot va bientôt lui coller à la peau. A Florence, il offre les trois points à la Lazio à huit minutes du terme, d’un coup de tête rageur. Puis, aux tifosi qui lui demandent de marquer pendant le derby, lui répond : « Je vais tout faire pour » . Modeste, en plus de ça. Mais au fond de lui, il le sait. Il sait que ce derby romain est pour lui. D’ailleurs, il préfère manquer les deux matches de la sélection allemande, pour ne pas se blesser et être au top pour ce grand rendez-vous. L’histoire retiendra qu’à la 93ème minute, c’est lui, d’un plat du pied bluffant de sérénité, qui a offert à la Lazio un derby qui lui échappait depuis deux ans et demi.

Objectif 2014

Aujourd’hui, les quotidiens allemands encensent le joueur, devenu « le héros du derby » , désormais « idolâtré par ses nouveaux tifosi » , comme l’assure le site Kicker.de. Surfant sur la vague de l’euphorie, Klose se confesse alors, prenant une énorme revanche sur tous ceux qui, au pays, le disaient fini. « Je suis heureux. Je veux continuer à jouer avec la Lazio jusqu’en 2014. Puis, je veux battre le record de Ronaldo au Mondial brésilien et prendre ma retraite. Ceux qui connaissent mes ambitions savent à quel point la Coupe du Monde m’attire » assure-t-il. Les jeunes Schürrle, Müller et autres Lasogga sont prévenus : Miro, ou plutôt « Mito » , son nouveau surnom depuis hier soir (ce qui veut signifie « mythe » , et non pas « mytho » ), vendra cher sa peau. Aussi bien pour le prochain Euro, que pour le Mondial 2014. Même si, du côté de Prati, quartier sensiblement laziale, les tifosi s’en tapent de la Coupe du Monde. Eux préfèrent se prendre à rêver d’un buteur allemand, qui part, envers et contre tous, à la conquête du Scudetto. Fou. Verrückt, même.

Eric Maggiori
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

nadalito_15 Niveau : DHR
Une fois de plus, votre titre de l'article est vraiment bon.
Tout à fait d'accord, et j'aime bien l'article en lui-même aussi. Klose c'était le vrai renfort offensif du mercato laziale.
DIMITRI-SUR-LE-DON-S04 Niveau : Ligue des champions
Le vrai renfort offensif, pareil pour D.Cissé. Il a vraiment fait un super match hier, avec notamment une superbe tentative sur le poteau en fin de match, si ca rentre, c'est le but du week-end en serie A( Tu me diras, y en a pas eu de masses de buts mais bon)
Comment pouvait-on avoir des doutes sur Klose????
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
3 4