Klopp, une parole et des actes

Il n'aura mis qu'un mois. Arrivé le 8 octobre dernier à Liverpool, Jürgen Klopp a réussi en quelques semaines à faire entrer son groupe dans sa philosophie. Vainqueurs de Chelsea et Manchester City, les Reds reviennent au premier plan. Mais comment Klopp a-t-il changé Liverpool ?

Modififié
3k 16
C'était son dernier sommet. Le dernier sourire qu'il aura arraché à Anfield. L'adversaire avait plié au même instant. Dix petites minutes de jeu, et l'héritier Jordan Henderson avait allumé un pétard dans le ciel de Liverpool. Le génie concluera également la rencontre, celui venu du pied de l'ambianceur de foule brésilien, Philippe Coutinho. Ce 1er mars 2015, Manchester City était tombé à Anfield. 2-1. Une dernière lumière, un dernier flash sur Brendan Rodgers. Liverpool se fera gifler à Arsenal un mois plus tard, puis face à Manchester United, à Aston Villa, à Hull, à Stoke, mais aussi contre Crystal Palace. Les Reds termineront la saison à la sixième place, loin de leurs objectifs initiaux. Le peuple ne suivait plus son guide, celui en qui il avait tellement cru quelques mois auparavant, si près du titre. Si près, trop près. Brendan Rodgers avait pourtant tout construit : du jeu, des hommes, une philosophie. En football, on parle de cycle et celui-ci devait se terminer. Seulement deux mois après le début d'une nouvelle saison, le technicien a été viré au lendemain d'un derby partagé face à Everton. La « Sainte Trinité » , liaison sentimentale entre un coach, son club et ses supporters, a été brisée.

Fédérer de nouveau


Peut-être plus que n'importe où, Liverpool marche avec ce lien. Il était alors temps de donner un nouvel élan, de relancer une machine, de faire renaître la passion. Prendre sa place dans les tribunes d'un stade est un exutoire. Le board de Liverpool y attache de l'importance. Depuis toujours. La relation entre le club et les supporters est avant tout sociale. Dès son arrivée, le nouveau leader, Jürgen Klopp, le résumait ainsi : « Notre objectif est de divertir les supporters, on doit rendre leur vie meilleure. C'est ce qu'on doit faire parce qu'au-delà de ça, le football n'est pas aussi important – on ne sauve pas de vie, on n'est pas des médecins. Notre travail est simplement de faire en sorte que pendant 90 minutes, les gens puissent mettre leurs problèmes de côté, qu'ils puissent ensuite parler du dernier match pendant trois jours et du prochain pendant deux. C'est pour ça que je veux vivre. » Anfield a toujours eu cette fonction. Klopp a été choisi avant tout pour fédérer de nouveau le club, les supporters et cette passion si particulière. Le tout avec la volonté affirmée de proposer un football « sauvage » .

Le balancier selon Jürgen


Jürgen Klopp est un alchimiste, et sa conception du football est fine. Elle a déjà montré ses succès, à Dortmund notamment qu'il a porté deux fois sur le toit de l'Allemagne, en 2011 et 2012, et tout proche d'un sacre européen. En quelques semaines à peine, il a déjà réussi à insuffler sa vision à tout un groupe. Il lui a redonné confiance, mais ce dernier a accepté de lui faire confiance à son tour, de le suivre. « L'important est de savoir qui tu es, ce que tu veux faire et si tu veux qu'on le fasse ensemble » , expliquait-il la semaine dernière en conférence de presse. Car le football de Klopp est une histoire de dévotion totale à des principes exigeants. La victoire éclatante samedi à Manchester, face à City (4-1) l'a prouvé. L'image du premier but révèle tout le travail demandé par l'entraîneur allemand. Tout son système ne fonctionne que sur le pressing, la pression incessante pour gêner la relance de l'adversaire comme Coutinho a su le faire sur Bacary Sagna avant de servir Roberto Firmino et de pousser Mangala à marquer contre son camp.


Dans un entretien donné au Liverpool Echo, Pep Lijnders, l'un des assistants de Klopp, expliquait l'objectif final du technicien allemand : « Il appelle ça l'attacking balance – c'est son système de jeu qui s'enclenche dès qu'on perd le ballon. On pense défensif aussi quand on attaque, l'essence de cette méthode est tirée de l'équilibre entre la folie offensive et la solidité défensive. Tout passe par les deuxièmes ballons. Si on les perd, tout s'effondre. » Là est ce qu'on appelle la patte Klopp. Elle s'est dessinée pour le moment à deux reprises : à Chelsea et ce week-end, contre Manchester City. Là où son prédécesseur échouait souvent, lui qui n'avait remporté aucune de ses huit premières confrontations contre des équipes du Big Four.

Le symbole Firmino


Non, Jürgen Klopp n'a pas encore relevé totalement Liverpool, la défaite à domicile lors de la dernière journée contre Crystal Palace l'a prouvé. Reste qu'il a su imposer sa voix et sa voie. Car son football est avant tout un football d'espaces, petits de préférence. Là aussi, le match contre Manchester City a permis de se faire une idée complète du projet de l'Allemand. Klopp a ses soldats, il en a gardé, il en a replacé, il en a lancé. Son premier choix fort a été d'accorder la pleine confiance à Mamadou Sakho. Laissé de côté par Rodgers, Sakho était devenu le relais défensif de Klopp avant sa blessure au genou. Le second, plus naturel, a été de replacer Emre Can à son poste de milieu relayeur alors que Brendan Rodgers le faisait évoluer avant son départ au cœur d'une défense à trois perméable. Un rôle de harceleur aux côtés de Milner qui permet enfin à Lucas Leiva de retrouver son rayonnement défensif.

Klopp a également su libérer les talents. Face à Manchester City, qui avait rarement été autant en difficulté depuis son changement de dimension, le tableau a été clair. Lallana est redevenu le joueur libéré qu'il était à Southampton et permute en permanence avec Coutinho, qui joue depuis de nombreux mois avec un niveau bien supérieur à celui de ses coéquipiers. Le symbole des choix de l'Allemand est également brésilien. Il s'appelle Roberto Firmino. Dès son arrivée, Klopp a décidé de lancer l'ancien buteur d'Hoffenheim. Son utilisation en faux neuf donne de la profondeur au jeu des Reds, lui permet de conserver le ballon avec un rôle de soutien que ne sont pas Benteke et encore moins Origi. En trois semaines, il a déchiré les 29 millions collés à l'étiquette de son maillot. Les échecs de Rodgers sont rapidement devenus les relais de Klopp. De Can à Sakho en passant par Lallana. L'ingénieur Jürgen a joué avec les pions, replacé ses éléments dans les conditions de leur épanouissement et semble en passe de réussir à en tirer le meilleur. Liverpool était son rêve, son « plus gros challenge humain et sportif » . L'Allemand vient de poser les fondations de son idéal.

Retrouvez un reportage sur l'engouement Klopp à Liverpool dans SO FOOT CLUB #17, actuellement en kiosque

Par Maxime Brigand
Modifié

Dans cet article

Etant "supporter" de United, il n'y a que deux coachs que j'aimerais voir sur le banc des Red Devils. Ancelotti et Klopp.
Klopp reste à confirmer dans un gros club actuel. Si je me souviens bien même avec Rodgers Liverpool avez bien commencer...
Peppino_Prisco Niveau : DHR
A quand un article sur Emre Can Je le trouve impressionnant depuis le début de saison, il est le meilleur Reds avec Coutinho. Il était un des rares à surnager avec Rodgers et là il flambe encore plus avec Klopp, je suis sûr qu'avec lui il va prendre une dimension encore plus importante et faire partie des tout meilleurs au milieu de terrain.
Si Klopp n'etait pas celui que l'on connait, il aurait surement vecu au XVIeme a fumer de l'opium et ecrire des vers avec Ronsard et Du Bellay. Cet homme c'est le foot.
The Lunatic is on the grass Niveau : CFA
Message posté par 3puntos
Klopp reste à confirmer dans un gros club actuel. Si je me souviens bien même avec Rodgers Liverpool avez bien commencer...


Rodgers avait Suarez, Gerrard et un Sturridge pas blessé

Moi, j'aimerais bien voir Guardiola, Mourinho, Ancelotti confirmer leur talent avec un club moyen...
The Lunatic is on the grass Niveau : CFA
Message posté par Peppino_Prisco
A quand un article sur Emre Can Je le trouve impressionnant depuis le début de saison, il est le meilleur Reds avec Coutinho. Il était un des rares à surnager avec Rodgers et là il flambe encore plus avec Klopp, je suis sûr qu'avec lui il va prendre une dimension encore plus importante et faire partie des tout meilleurs au milieu de terrain.


100% d'accord
Le mec a que 21 ans
Ca va être un monument du foot.
Peppino_Prisco Niveau : DHR
Message posté par The Lunatic is on the grass
100% d'accord
Le mec a que 21 ans
Ca va être un monument du foot.


Que 21 ans ? Je lui donnais plus, il joue comme un patron. En tout cas quel régal de le voir jouer, rien que pour lui et Coutinho je regarde les matchs des Reds.
C'est pas pour rien que Can est devenu international allemand y'a 2-3 mois. Au milieu il est monstrueux (pas encore assez régulier mais ça va venir), un vrai box-to-box comme la PL les aime.

Sinon Klopp, je suis conquis. Des décisions claires, une direction assumée, pas d'incertitude tactique. L'équipe va dans le bon sens c'est sur. Et puis il cherche pas à toujours recruter et ça j'aime.
Comme il l'a dit, les joueurs au club sont bons, les jeunes de l'Academy aussi, il faut juste les mettre dans les conditions nécessaires à l'épanouissement de leur jeu, et c'est ce qu'on voit (même Lovren a été bon contre City).

Rodgers est un bon entraineur, il a fait un boulot correct, a su profiter des joueurs au top, mais je pense pas qu'on aurait pu remonter durablement dans le top4.
Klopp, c'est la catégorie au dessus, c'est l'entraineur qu'il nous fallait pour remonter la pente vers là où Liverpool se doit d'être : sur le toit de l'Europe.
Message posté par 3puntos
Klopp reste à confirmer dans un gros club actuel. Si je me souviens bien même avec Rodgers Liverpool avez bien commencer...


Pas vraiment, ses 5 premiers matches de PL c’était 3 défaites et 2 nuls.

Après 10 matches ils n'avaient réussi a gagné que 2 fois, contre Norwich et Reading et avait perdu a domicile contre Arsenal et Man United.

Il était parvenu à prendre 1 points contre City, Everton et Chelsea (lors de la 11e journée) malgré tout.(la saison dans son ensemble a été assez tristounette avec une 7e place en finissant derrière Everton).
steven.mugiwara Niveau : DHR
Oui Liverpool a livré un énorme match samedi contre City.

Toutefois il ne faut pas en tirer des conclusions hâtives pour autant:
- À ses débuts, Rodgers avait bien commencé comme c'est justement dit ici. Je lui souhaite plus de réussite qu'à son prédécesseur, car si Rodgers avait gagné le titre il y a un an et demi, pas sur qu'il aurait été licencié aussi tôt ...
- Comme c'est aussi dit entre les lignes, il profite du recrutement de Rodgers. Les Milner, Firmino, Can, Lallana sont tous des joueurs qui n'était pas vraiment au top en début de saison.
- Skrtel fait un début de saison intéressant, à voir s'il confirme par la suite, il est capable d'être imprenable comme être une vraie passoire.
- Coutinho évolue à un niveau très impressionnant, sans blessures il peut être le joueur qui saura tirer le groupe vers le haut. Et ce n'est pas anodin quand on sait qu'il n'y a plus vraiment de ''leader'' après le départ de Stevie G. En tout cas, la différence avec sa période à l'Inter est incroyable. Quel rayonnement !
- Enfin, et c'est l'élément qui me semble le plus important d'entre tous, il a joué pour l'instant un Chelsea totalement à l'ouest et un City clairement inférieur en raisons des nombreuses blessures - et pas des moindres - qui secouent l'effectif depuis août.
Chelsea est miné par les méformes sportives mais SURTOUT les problèmes extra sportifs - Mou vs Eva etc - ce qui explique que le groupe ait un niveau différent de celui de l'an dernier. Sans parler d'Hazard, Fabregas, Costa, Cahill, Ivanovic qui sont terriblement médiocres voire mauvais.
De son côté, City a du jouer avec pas moins de quatre remplaçants dans le onze initial, qui à mon sens n'ont pas le niveau pour postuler à mieux. Des joueurs d'un bon club de milieu de tableau, des titulaires pour les Tottenham, Everton. Mangala, Demichelis - il joue encore celui-là ? - Fernando et Navas n'ont pas le niveau requis pour prétendre à être titulaires. Surtout quand on voit la montée en puissance d'Otamendi depuis fin septembre. Surtout quand on voit le niveau de Fernandinho - rappelez vous le match contre Séville - et son importance dans l'équilibre défensif, ce qui a fait défaut en première mi-temps où Liverpool pouvait mener pépère par quatre-cinq buts d'écart. Surtout quand on voit que la charnière centrale était clairement en dessous de tout. Surtout quand on voit qu'Aguero revenait tout juste de blessure, raison pour laquelle il n'a joué que 60 minutes. Mais par dessus tout, parce que Silva n'est toujours pas là. Et ce joueur, clairement sous-estimé par la presse et sous-côté est LE joueur fondamental à City. Le mec capable de faire briller tout le monde.

En bref, oui c'est bien de souligner les quelques changements apportés par Klopp et le style de jeu qu'il prône, mais il ne faut pas pour autant ériger Liverpool en favori pour le titre. Laissons lui le temps de construire un groupe, de fédérer un état d'esprit conquérant et de faire rêver l'Angleterre.
Ce serait magnifique de voir autant de styles de jeu différents: des équipes au jeu extrêmement offensif - City et Arsenal - le pragmatisme de United, Chelsea revenir dans la course et un Liverpool fou fou pour donner une vraie bataille cette saison, un peu à l'image de la saison 13/14 où l'on avait 4 équipes pour le titre au mois d'avril.
Le seul souci que je vois, c'est si les joueurs commencent à prendre la grosse tête, mais bon le Normal One devrait gérer cela. Ou si Liverpool ne s'impose pas contre United et Arsenal. Car pour le reste, c'est pas bien folichon. Une grosse prestation samedi, un bon match contre Chelsea, une défaite face à Crystal Palace, deux nuls face à Southampton et Tottenham, ça fait pas beaucoup d'éléments incroyables à mettre à son actif.
J'espère vraiment qu'il arrivera à briller de mille feux, mais cela, seul l'avenir nous le dira.
@steven.mugiwara Je suis d'accord avec la plupart de tes arguments, mais même face à un Chelsea encore loin de son meilleur niveau (même s'ils vont dans le bon sens je trouve) ou face à City diminué, ça reste de très grosses perf. Le nul face à Tottenham aussi parce que ça jouait très bien du côté des Spurs. Et puis je te rappelle quand même que face à City il nous manquait Sakho, Henderson, Sturridge, ou Ings soit notre meilleur défenseur, notre capitaine, notre meilleur attaquant et la bonne surprise du début de saison. Donc il y a de quoi être optimiste.

Après, il faut pas s'enflammer, on est encore loin du top4 mais City, même diminué, c'est au dessus de quasiment toutes les équipes de PL (à part Leicester haha) donc dans un bon jour, on n'a pas de complexes à avoir.

Sinon Leicester 1e de PL et on n'a même pas un petit article?
Sinon pour rire un petit peu
https://www.facebook.com/ynfathehub/vid … 206608575/
Le mec a un pet au casque mais est hilarant (au 2nd degré bien sur)
You'll Never Walk Alone Roger Niveau : Loisir
C'est bien beau de nous parler des blessures de City (excuse que les commentateurs de canal n'ont pas arrêté de sortir aussi) mais étonnamment personne ne parle de ceux de liverpool qui est l'équipe de PL à avoir le plus de blessés (environ une dizaine) et cela pratiquement depuis le début de la saison.
En plus il y un ou deux blessés important (Sturridge, Henderson qui devrait revenir bientôt, Sakho, Flannagan, Ings, petites blessures récurrentes de BigBen ......).
Et franchement quand on n'est l'une des équipes les plus riches de la planète qu'on dépense prés de 150 millions chaque année en transfert on devrait être capable d'avoir des remplaçants de qualité (bon après en tant que supp. de pool j'ai moyennement mon mot à dire sur l'utilisation de l'argent).

Pour en revenir à Klopp on ne le propulse pas encore champion d’Angleterre, et c'est vrai que en terme de points pris c'est pas excellent. Mais quand on prend en compte le fait qu'il reprend un groupe malade, avec qui il n'a pas pu se préparer et qui a beaucoup de bléssés ça commence à froler l'excellence, il y a de la passion dans la façon qu'à de jouer l'équipe elle tape des gros, bon ok il y a eu le petit bémol contre Palace mais 'est notre bête noire donc ....
Même Fergie a finit 7ème la première annéee. Laissons du temps à ce bon vieux Jurgen je suis sur qu'il est capable de remettre liverpool à la place qui lui revient de droit (en tête de l'angleterre de l'Europe et bien sûr dans la bouche de tous les admirateurs du foot et du beau jeu!)
@ steven.mugiwara : tu racontes n'importe quoi quand même...
sylvester.stalin Niveau : District
ouais muchtiwara tu raconte n'importe quoi quand meme.

Le Kiosque SO PRESS

Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
3k 16