1. //
  2. //
  3. // Liverpool-Man. United

Klopp, le cauchemar de Mourinho

Face à son confrère allemand, le Special One n’a gagné qu’une seule fois en cinq occasions, avec des équipes pourtant favorites. Retour sur ces confrontations passées, qui montrent que l’entraîneur de Liverpool aime bien jouer son rôle d’épouvantail.

Modififié
2k 7

Phase de poules de C1 (2012-2013)


Pour sa première rencontre avec le binoclard, José Mourinho ne va pas être déçu. Porté par Marco Reus et Mario Götze, le Borussia Dortmund, pourtant auteur d’un mauvais début de saison, se permet de faire tomber le grand Real lors de la phase de groupes de Ligue des champions. Devant leur mur jaune, les Allemands surexploitent les côtés et peuvent compter sur Marcel Schmelzer et Łukasz Piszczek, les deux latéraux, dans un bon jour. Cristiano Ronaldo répond à Robert Lewandowski, avant que Schmelzer ne donne la victoire aux siens. C’est donc une première défaite du Special One face à Jürgen Klopp.

Youtube

La courbe d'Hendo

L’effet de surprise ? Pas vraiment. Prévenu du jeu ultra latéral et efficace de son nouveau rival, le Portugais travaille ses fiches dans l’optique du retour, au Santiago Bernabéu. Lors de cette revanche disputée deux semaines plus tard, les Espagnols se font pourtant cueillir à froid, avec l’ouverture du score de Marco Reus avant la demi-heure de jeu. Sur son seul tir cadré de la première période, l’équipe du Mou revient au score par Pepe, mais encaisse un nouveau pion de Götze avant la pause. Du coup, Mourinho change tout, procède à deux changements et opte pour une team sans vrai numéro neuf. Bingo : ses joueurs, beaucoup plus à l’aise avec l’impact de Michael Essien dans l’entrejeu, évite la défaite grâce à un coup franc de Mesut Özil. José s’en contente : il se sait sur la bonne voie. Enfin, c’est ce qu’il pense.

Youtube


Demi-finales de C1 (2012-2013)


Cinq mois plus tard, les deux techniciens se retrouvent dans le dernier carré du même tournoi. Grandissimes favoris, les Madrilènes, qui visent la Décima, prennent pourtant le bouillon à Dortmund. Avec dans la peau du bourreau : Lewandowski. Le Polonais, chaud bouillant, marque tous les buts de son équipe… À savoir quatre. Après le premier à la huitième minute, l’attaquant enchaîne les trois autres entre la 50e et la 66e. Mourinho parle de « match amical  » de la part de ses poulains. Dans ce contexte, le petit caramel de CR7 coûte très cher.

Youtube

Car la Remontada, toute la capitale y croit. La ville se met en branle et le coach portugais maintient l’espoir en conférence de presse : «  J'ai l'impression que ça peut être le match le plus important du Real Madrid en dix ans.  » Klopp, lui, joue la carte de la discrétion : « Madrid tentera le tout pour le tout. Nous ne sommes pas en finale, mais le résultat obtenu au match aller a dépassé nos espérances. Nous allons devoir nous battre jusqu'au bout. » Bref, seul Mario Balotelli semble lucide en proposant un petit pari : «  Si le Real se qualifie contre Dortmund et va en finale de la Ligue des champions, je laisserai ma petite amie coucher avec tous les joueurs de l'équipe. » Et comme prévu, le miracle ne se produit pas. Oui, Madrid gagne 2-0. Oui, le résultat final semble serré. Mais en réalité, le Real attend la 82e minute, puis la 87e pour faire trembler les filets. Le Borussia n’aura donc « tremblé » qu'une poignée de secondes. La première (et seule ?) victoire du Mou sur Klopp n’aura servi à rien.

Youtube


Premier League (octobre 2015)


Normal One vs Special One. Un mois que Jürgen, qui s’est donné lui-même ce surnom, s’est installé à Liverpool. Pour quels résultats ? Trois nuls et un petit succès en coupe. Pas fameux. La battle contre Chelsea sonne donc comme le premier véritable test des Reds sous Klopp. Mourinho, lui, est champion d’Angleterre en titre, mais galère avec une étonnante quinzième place (sept défaites toutes compétitions confondues). Et ça ne va pas s’arranger. Profitant encore une fois du bloc adverse placé très bas par le Lusitanien, Liverpool balaye les Londoniens à Stamford Bridge grâce au talent de Coutinho, auteur d’un doublé. Score final : 1-3. « Je vais rentrer chez moi. Retrouver une famille triste. Et tenter de couper en regardant le rugby » , réagit Mou, rendu quasi dépressif par les résultats. « Je suis désolé pour lui, c’est un grand entraîneur, compatit de son côté l’Allemand. Je crois qu’aucune personne présente dans cette salle ne pense pas qu’il est l’un des meilleurs du monde.  » Un top coach qui ne prend que 0,8 point en moyenne contre Klopp (en considérant qu’une victoire représente trois points, et un nul un point).

Youtube



Par Florian Cadu
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Dans cet article

La violence de cette demie aller à Dortmund, j'ai découvert trop de trucs en même temps que mon cerveau n'a pas totalement assimilé: le mur jaune, le début du Ramos show plus leader que défenseur, une équipe qui jouait un football différent, enragé coachée par un malade mental, Lewandowski, les limites de Mourinho contre un autre coach que Guardiola! Depuis je suis atteint du syndrome de Stockholm et je regarde autant de matchs des Reds que je peux!
Eomer fils d'Eomund Niveau : CFA2
Vous allez porter la poisse à Liverpool avec vos conneries...
crabunjourcrabtoujours Niveau : CFA2
"Cinq mois plus tard, les deux techniciens se retrouvent dans le dernier carré du même tournoi. Grandissimes favoris..."
Je n'avais pas compris à cette époque là, pourquoi le Réal, dominé aller-retour en poule, finissant derrière dortmund sur 6 matchs (poule ou y avait aussi city si ma mémoire est bonne) était "largement favorite".

Sinon, Le Borussia 2012-2013 est la plus belle équipe de ces 10 dernières années à voir jouer. C'était un putain de régal, à chaque match, Reus était impressionnant ! Gotze prommeteur, Gundogan génial, Kuba magnifique, Schmelzer étincelant. Pourtant ils passent sur un but hors-jeu et une fin de match folle contre Malaga en quarts...
zinczinc78 Niveau : CFA
J'ai vu que y'avait polémique sur le choix de l'arbitre (qui avait déjà fait des siennes lors de la dernière rencontre entre le Mou et Klopp).

Bwarf ça aurait pu être pire.. La FA aurait pu prendre Clattenfoutre, Dean, Atkinson, Oliver...
Ravière Pastauré Niveau : National
Note : 1
Ce quadruplé de Lewandowski bordel... Une des plus grandes performances individuelles de l'histoire du Foot.
+1
Beaucoup se sont gargarisés de certains quadruplés ou quintuplés face à des équipes inoffensives ou déjà éliminées, mais il est là, le vrai exploit individuel de la décennie.
Mettre une telle cartouche à un favori, aussi tard dans la compétition, face à une équipe qui a encore tout à jouer...respect.
1 réponse à ce commentaire.
La demie finale de Ligue des Champions restera un classique de cette compétition ! Quel match c'était putain.

Je me souviens le match retour la folie du stade quand Ramos te plante le deuxième but et qu'il reste encore 2 minutes plus le temps additionnel! Mais au final ça reste à deux zéros et le public applaudi alors que le Real est éliminé, limite les mecs auraient préféré ne pas mettre ce 3ème but tant c'était épique jusque la pour Dortmund. Et ces 11 des deux cotés... Du très très haut niveau.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
2k 7