1. //
  2. // 1992/1993
  3. // Klinsmann/Weah

Klinsmann-Weah, le double transfert de la saison 1992-1993

À l'été 1992, le PSG est sur le point de signer Jürgen Klinsmann, champion du monde en titre et fine gâchette de l'Inter Milan. Alors que tout est bouclé, l'Allemand débarque à Monaco, tandis que George Weah signe dans la capitale. Retour sur l'une des opérations les plus dingues des années 90.

26 28
Éte 1992, un an après sa prise de pouvoir au PSG, Canal Plus se cherche un grand buteur pour magnifier une équipe qui vient de terminer 3e du championnat et a déjà recruté quelques pointures (Alain Roche, Bernard Lama, Vincent Guérin). Rapidement, Michel Denisot espère signer Hirsto Stoïchkov, mais devant le refus du FC Barcelone, se rabat vers un second choix de standing équivalent : Jürgen Klinsmann. Champion du monde 1990, véritable taulier en sélection allemande, l'attaquant sort d'une saison mitigée en Italie, mais a réussi un Euro 92 convaincant. L'Inter Milan, où il ne lui reste plus qu'un an de contrat, est prête à vendre si l'acquéreur potentiel y met le prix, environ 25 millions de francs.

Klinsmann trop cher pour le PSG, pas pour l'AS Monaco


Durant tout le mois de juillet, la France du football en salive d'avance : le PSG, rival annoncé de Marseille et Monaco pour la course au titre, est sur le point de réaliser l'un des plus gros transferts de l'histoire du championnat de France. Le 23 juillet, alors que l'officialisation semble imminente, la Une de L'Équipe prend tout le monde à contre-pied : Jürgen Klinsmann vient de signer à Monaco, et George Weah débarque à Paris.

« Nous faisions le forcing sur Klinsmann lorsque, mardi dernier (le 21 juillet, ndlr), nous avons appris que Monaco laisserait partir Weah. Alors on a sauté sur l'occasion. » Peu de temps après les faits, Michel Denisot tentait d'expliquer dans France Football l'une des opérations de transferts les plus spectaculaires de l'époque. Le fruit d'une « entente parfaite » entre les dirigeants des trois clubs concernés selon l'ancien président parisien, et une drôle d'odeur de petits arrangements entre amis pour tous les observateurs. Car selon Alaji Sidibay, agent de George Weah, le transfert de son client à Paris était déjà bouclé à la date que Michel Denisot situe comme début des discussions. Peut-être parce qu'alors, le PSG a l'accord du Libérien, mais Monaco n'a pas encore celui de l'Allemand, condition sine qua non pour accepter de laisser filer Mister George.

Si Paris préfère le futur Ballon d'or 1995 au champion du monde 1990, c'est d'une part car son entraîneur Arthur Jorge préfère le profil du premier, mais aussi parce que le salaire du second est un peu trop imposant : 800 000 francs mensuels auxquels doivent s'ajouter les charges. Et l'Allemand, en plein milieu de ses vacances, est disposé à changer d'air, mais pas à baisser ses émoluments. C'est là que l'ASM et les avantages de la fiscalité monégasque entrent en jeu.

Arsène Wenger, l'entraîneur en place sur le Rocher, estime qu'il est temps d'insuffler du sang neuf dans son groupe, et donc de laisser partir quelques éléments qui ont beaucoup donné. Weah est l'un d'eux. Recruté en 1988 au Tonnerre de Yaoundé sur les conseils de Claude Le Roy, le Libérien sort d'une seconde partie de saison 1991-1992 poussive et, surtout, il a envie de partir en Italie. Quelques gros poissons sont venus le superviser, mais sa baisse de forme a refroidi les prétendants, seuls Pescara et Ancône, promus en Serie A, sont prêts à miser sur lui. L'intérêt du PSG est donc une aubaine, autant pour Monaco, qui peut le refourguer 45 millions, que pour le joueur, qui va continuer de jouer en Coupe d'Europe, et pour Paris, qui peut s'offrir son attaquant de classe mondiale à un salaire abordable.

Klinsmann, joueur du PSG pendant deux jours


Dans l'histoire, l'Inter Milan conclut le deal sans visiblement poser de question, et le 23 juillet, après des négociations d'une rapidité déconcertante - Michel Denisot assure que Paris n'est pas intervenu comme intermédiaire entre l'Inter et l'ASM - le double transfert est officialisé. Le changement de cap de Klinsmann ? « C'est un pro » commentera Michel Denisot. « Paris ou Monaco, qu'importe. L'arrangement financier n'était pas différent, et Monaco est une équipe de haut niveau européen. Pour l'heure, meilleure que la nôtre. Il n'a fait aucune difficulté à changer de cap. » Étrangement, à l'époque, le transfert aurait pu fuiter, des employés de l'aéroport de Nice ayant aperçu le joueur que la presse guettait du côté de Roissy.

L'aéroport de Nice, seul endroit où Michel Denisot assure avoir croisé le joueur au moment de boucler le deal pour Weah, comme il l'expliquait en octobre 2014 sur L'Équipe 21. Un entretien pendant lequel il lâcha de manière surprenante que l'Allemand avait « signé au PSG » et qu'il « y était resté deux jours » . Une version des faits légèrement différente d'il y a 23 ans. « Au moment où on a signé Klinsmann, j'ai appris qu'il y avait une ouverture pour Weah à Monaco. J'ai continué à avancer avec l'accord de Pierre Lescure sur Weah, j'ai eu des discussions à Rome où j'étais en tournage, on est revenus et on est restés une semaine à Monaco pour se mettre d'accord avec Weah avec la bénédiction de Jean-Louis Campora (le président de l'ASM à l'époque, ndlr). On s'est mis d'accord et le dossier Klinsmann avançait en même temps. On a switché les deux avec l'accord de tout le monde. » Sur le marché des transferts, s'il y a bien une chose qui n'a jamais changé, c'est cet amour pour le jeu des chaises musicales.

Par Nicolas Jucha
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Note : 2
En 92, Weah n'est pas encore un joueur de niveau mondial.
Il marque ses 10, 15 buts par saison en championnat, certes, mais son aura est incomparable à celle de Klinsmann.

Faut avouer que le Pez a eu du nez sur ce coup-là car c'était pas évident de savoir que Mister Georges avait encore une énorme marge de progression.
C'est l'âge d'or de la période Canal parce qu'après son départ, Paris ne s'en est jamais vraiment relevé.
Message posté par Pacoloco
En 92, Weah n'est pas encore un joueur de niveau mondial.
Il marque ses 10, 15 buts par saison en championnat, certes, mais son aura est incomparable à celle de Klinsmann.

Faut avouer que le Pez a eu du nez sur ce coup-là car c'était pas évident de savoir que Mister Georges avait encore une énorme marge de progression.
C'est l'âge d'or de la période Canal parce qu'après son départ, Paris ne s'en est jamais vraiment relevé.


C'était déjà un joueur de classe mondiale mais toi tu le savais pas encore.
Je me rendais souvent à Louis II à l'époque et je me rappelle que personne ne se réjouissait du départ de Weah qui était en pleine bourre, même si ça permettait l'arrivée de Klinsmann.
C'est d'ailleurs son arrivée à Paris qui a fait éclater le changement de statut du club, qui est passé de d'outsider à favori.
Je confirme, en tant que supporter monégasque, j'en ai chiale de le voir partir, surtout a Paris.faut pas oublier que le nombre de joueur étranger est limité a 3 sur la feuille de match. A notre époque post arrêt Bosman t'aurais eu tout les grands d'Europe pour surenchérir.

Je me souviens lui en avoir voulu parce qu'il avait déclaré que tant que wenger) a qui il doit beaucoup) serait là il ne partirait pas.

Bon j'étais gamin et pas encore rodé sur le discours langue de bois.

Avec le recul avoir Klinsmann a Monaco, ça aura été un grand souvenir dont on parle encore aujourd'hui ( même si boli a bien failli le tuer en lui faisant avaler sa langue...haï des frissons rien que d'y repenser)

Et puis Mister Georges, comment lui en vouloir ? Il a participé a la seule épopée européenne dun autre club de D1 qui m'est fait frissonner( a part bordeaux l'année ou il tombe en finale face au bayern). Celle ou Paris tape le réal avec le coup de tête de casque d'or bien sûr....c'était l'âge dor du tout français.
Euh, Klinsmann ne sortait pas du tout d'un "Euro 92 convaincant".
Hassler, Effenberg avaient été bons. Klinsmann avait plutôt déçu, notamment par rapport à la CDM 90.
C'est sa plus "mauvaise" compétition avec l'Euro 1988.

Et puis dire qu'il était d'un standing équivalent à Hristo, hum hum
L'un galérait à l'Inter, l'autre contrôlait le game avec le Barca.
Message posté par jugnaldo

Avec le recul avoir Klinsmann a Monaco, ça aura été un grand souvenir dont on parle encore aujourd'hui ( même si boli a bien failli le tuer en lui faisant avaler sa langue...haï des frissons rien que d'y repenser)

Il a fait pleurer William Prunier.
Passage réussi.
Jean-Marcel Colissimo Niveau : DHR
Je crois que j'ai appris ce deal dans l'émission d'octobre que vous citez, je suivais moyen le foot à cette époque, j'ai commencé en 94 du coup Klinsmann je l'ai pas trop connu hormis à l'euro 96. Comme dit jugnaldo avant Bosman il n'y avait que 3 joueurs étrangers maxi sur la feuille de match. Je me souviens que quand le PSG à pris Raï au début de saison des fois Weah était en tribune et Raï jouait avant centre. Ça devait être Valdo et Ricardo les deux autre étrangers.

J'étais dèg quand Weah est partit à Milan, j'avais un poster de lui avec son ballon d'or dans ma chambre. J'étais quand même content qu'on fasse signer Loko qui venait de planter 22 buts en D1. Je suivais les infos transferts sur le minitel ou le télétexte de la télé. Le bon vieux temps :D Perdre Gino et Weah d'un coup ça été dur, enfin pas autant que finir 2ème alors qu'ont avait 10 pts d'avance sur l'AJA à la trêve. Loko a bien cartonné la saison d'après, la saison où le PSG perd la final de C2 contre le Barça et Loko qui fait tir sur le poteau en fin de match (m'en suis jamais remis). Et ces cons là ont complétement pété un câble la saison d'après en changeant la moitié de l'équipe, Loko avait mis 16 buts en d1 et un paquet en C2, et là banc de touche direct pour mettre Simone Maurice. Simone à bien cartonner pendant une période mais il a jamais mis plus de buts que Loko ou Weah en D1 et il foutait la merde dans le vestiaire, demandez à Bernard Lama !

Comme dit Pacoloco, sur la marge de progression, Weah avait plus 20 ans quand il est arrivé au PSG, pas évident de l'imaginer quelques années plus tard ballon d'or et star de l'AC Milan. Le seul joueur africain à l'avoir eu, même si Eto'o le méritait 100 fois plus que les autres en 2005, et aussi en 2009. A l'époque Giuly avait même dit que si Eto'o était brésilien il aurait déjà eu le ballon d'or.
Jean-Marcel Colissimo Niveau : DHR
Message posté par Franz

Il a fait pleurer William Prunier.
Passage réussi.



William Prunier qui pleure, faut que je vois ça !
Petite digression: je m'adresse aux fans de Paris, depuis au moins 20 ans qui ont donc connu une certaine époque du PSG; j'entends souvent que RAÏ était l'un des meilleurs joueurs de l histoire du PSG, pourtant le souvenir que j'ai de la période 93-97 c'est plutôt Weah le boss en coupes d'Europe, et en championnat C'est Ginola le plus important (il est d'ailleurs élu meilleur joueur de la D1 en 94). Et si Raï c'était pas plutôt une hype : un bon élément, sympa, intello, charismatique ? Le fait d'être brésilien lui donnait une aura particulière qui en faisait le chouchou du Parc. Car même avec la Seleçao de 1994 , qui n'était pas d'une densité hors norme au milieu de terrain, il n'était que remplaçant.
N'étant pas fan du PSG, j'observais cette équipe avec distance, mais je suis toujours un peu surpris du statut de Raï par rapport ses 2 contemporains qui ont davantage marqué mon esprit.
tacle_tibia Niveau : Ligue 1
Valdo - Ginola - Rai - Weah .
je crois que c'est la seule fois fois où j'ai envié l'équipe du PSG.
En plus d'etre bon, les gars avaient de la classe sur le terrain .
mea culpa.
Message posté par tacle_tibia
Valdo - Ginola - Rai - Weah .
je crois que c'est la seule fois fois où j'ai envié l'équipe du PSG.
En plus d'etre bon, les gars avaient de la classe sur le terrain .
mea culpa.


on est 2 dans ce cas alors
Message posté par Jean-Marcel Colissimo


William Prunier qui pleure, faut que je vois ça !

En fait Prunier avait été assez dur avec Klinsmann au match aller.
Au retour à Louis II, 4-0 avec quadruplé de Jurgen.
Prunier, qui était très critiqué à l'époque, avait craqué. Il avait expliqué vouloir quitter la France, arrêter sa carrière, etc.
Message posté par aerton
Car même avec la Seleçao de 1994 , qui n'était pas d'une densité hors norme au milieu de terrain, il n'était que remplaçant.

Rai n'était pas remplaçant au Mondial 1994, mais titulaire (et capitaine d'ailleurs) qui a perdu sa place au fil de la compétition.
Après la poule, hop sur le banc et Mazinho s'est installé dans le onze.

Pour la période, il était important mais ce n'était pas le boss en terme de jeu.
Jean Michel Assaule Niveau : Ligue 2
Note : 1
"Aréoport de Nice, aréoport de Nice, 5 minutes d'arrêt !"
2 ème digression : J'ai toujours beaucoup d'affection pour Ginola qui a été assez mal traité en France et pas que pour France vs Bulgarie : excellent joueur, pouvant être spectaculaire il avait ce côté beau gosse, qui s'essayait au mannequinat et plutôt sympa (on aime pas trop ce genre de profil en France). En 97 alors qu'il jouait à Newcastle Cruyff avait dit que pour lui c'était le meilleur joueur du monde. rien que ca ! Des 3 (avec Papin & Canto) il était clairement celui qui avait sa place dans l'EDF de 98 qui manquait de joueur créatif à maturité.
Jean-Marcel Colissimo Niveau : DHR
Message posté par tacle_tibia
Valdo - Ginola - Rai - Weah .
je crois que c'est la seule fois fois où j'ai envié l'équipe du PSG.
En plus d'etre bon, les gars avaient de la classe sur le terrain .
mea culpa.


Pas que sur le terrain et puis y'avait pas internet etc... C'était pas après 6 bon mois que tu demandais à tripler ton salaire. Tu voyais les mecs dans l'avion, ils jouaient au cartes etc, bon ils le font encore mais ils sont plus avec walkman et leur selfy à la con. Après je serais à leur place je ferais pareil :D Pis maintenant ces les tatouages de partout comme par hasard qui démarre au niveau de la manche du maillot, bon après j'ai rien contre ça, j'ai un tatouage moi aussi (nom de ma chienne décédé), mais là c'est un effet de mode, Giroud Valbuena et Debuchy mais leur tatoueur devrait être en taule. Certain en ont des biens mais d'autre tu te dis ok je me suis fait tatouer parce-que c'est la mode. Et c'est quoi ? Une étoile sur le coude !

Raï, Ricardo, Valdo, Weah etc... c'était des mecs intelligents. Je dis pas qu'ils sont tous cons aujourd'hui mais les anciens avaient plus les pieds sur terre je pense. Le fric, les sponsors, la famille et les agents, les mecs sont dans un autre monde. Bon après pour passer pro c'est pas en claquant des doigts...
Jean-Marcel Colissimo Niveau : DHR
Message posté par aerton
2 ème digression : J'ai toujours beaucoup d'affection pour Ginola qui a été assez mal traité en France et pas que pour France vs Bulgarie : excellent joueur, pouvant être spectaculaire il avait ce côté beau gosse, qui s'essayait au mannequinat et plutôt sympa (on aime pas trop ce genre de profil en France). En 97 alors qu'il jouait à Newcastle Cruyff avait dit que pour lui c'était le meilleur joueur du monde. rien que ca ! Des 3 (avec Papin & Canto) il était clairement celui qui avait sa place dans l'EDF de 98 qui manquait de joueur créatif à maturité.


Le Real le voulait et il avait dit qu'il préférait rester au PSG, moi j'aimais beaucoup Gino parce-qu'il mouillait beaucoup le maillot sur le terrain. Et puis il était fort.
Message posté par tacle_tibia
Valdo - Ginola - Rai - Weah .
je crois que c'est la seule fois fois où j'ai envié l'équipe du PSG.
En plus d'etre bon, les gars avaient de la classe sur le terrain .
mea culpa.


Et Djorkaeff aussi.
De mémoire, au départ, ni les supporters monégasques, ni les parisiens n'étaient heureux de cette double transaction.
Au final, les deux ont été satisfaits, même si le passage de Klinsmann à Monaco me semble moins mémorable que celui de Weah à Paris.
Message posté par Jean-Marcel Colissimo


Pas que sur le terrain et puis y'avait pas internet etc... C'était pas après 6 bon mois que tu demandais à tripler ton salaire. Tu voyais les mecs dans l'avion, ils jouaient au cartes etc, bon ils le font encore mais ils sont plus avec walkman et leur selfy à la con. Après je serais à leur place je ferais pareil :D Pis maintenant ces les tatouages de partout comme par hasard qui démarre au niveau de la manche du maillot, bon après j'ai rien contre ça, j'ai un tatouage moi aussi (nom de ma chienne décédé), mais là c'est un effet de mode, Giroud Valbuena et Debuchy mais leur tatoueur devrait être en taule. Certain en ont des biens mais d'autre tu te dis ok je me suis fait tatouer parce-que c'est la mode. Et c'est quoi ? Une étoile sur le coude !

Raï, Ricardo, Valdo, Weah etc... c'était des mecs intelligents. Je dis pas qu'ils sont tous cons aujourd'hui mais les anciens avaient plus les pieds sur terre je pense. Le fric, les sponsors, la famille et les agents, les mecs sont dans un autre monde. Bon après pour passer pro c'est pas en claquant des doigts...



T'es conscient qu'à l'époque les gens disaient exactement la même chose de la génération 90' par rapport à la génération Platini qui, elle, avait des valeurs mais pas autant que la génération Kopa, hein?
Le fric de canal, la grossièreté de canto, Ginola qui se recoiffait, les contrats à l'étranger pour des sommes mirobolantes (et oui)...
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
26 28