En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 15 Résultats Classements Options

Kita prêt à vendre Nantes pour un euro symbolique

Modififié
Si un pain au chocolat coûte dix centimes, le FC Nantes doit bien coûter un euro.

Depuis 2007 et son rachat du FC Nantes au groupe Dassault, Waldemar Kita est le président des Canaris, avec qui il a connu deux montées en Ligue 1 et une relégation en Ligue 2. Présents dans l'élite depuis quatre saisons maintenant, les Nantais, actuellement seizièmes du championnat, n'ont pas fini dans la première partie de tableau du classement en Ligue 1 depuis leur sixième place en 2003-2004.

Lassé de ces saisons à souffrir jusqu'au bout, Waldemar Kita a avoué à SFR Sport qu'il serait prêt à vendre le FC Nantes, racheté 10 millions d'euros en 2007, pour un euro symbolique : « J’ai une philosophie de pouvoir changer un petit peu. Si je ne change pas, il faut partir. Ça ne sert à rien de continuer. Je ne vais pas en prendre plein la figure, je ne comprends pas pourquoi. L’achat peut être pour un euro symbolique. Ce n’est pas un problème d’argent, mais de comment l’acheteur peut assurer par la suite financièrement. C’est ça que les gens ne comprennent pas. »


Reste à trouver quelqu'un prêt à investir dans un club avec une doublette d'attaquants Sala-Stępiński. SO
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


vendredi 16 février 243€ à gagner avec la Juve & Naples 3
Hier à 16:48 Les maillots du PSG floqués en mandarin 17 Hier à 12:17 La panenka ratée de Diego Castro en Australie 16 vendredi 16 février Ligue 1 - 26e journée : Résultats et Classement vendredi 16 février Suivez SoFoot.com sur Facebook
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
vendredi 16 février Nîmes, Le Havre et Nancy pleurent, Brest rigole enfin 6