1. //
  2. // Marché des transferts

Kickrs, c'est quoi ce bordel ?

Une société belge propose aux particuliers d'investir dans la carrière de joueurs pour « révolutionner le marché européen des transferts » . Du financement de footballeurs ? Tentative de compréhension.

Modififié
249 7
« Investissez dans de vrais footballeurs » : c'est peu dire que la phrase d'accroche de kickrs.net interpelle – de ce point de vue, elle remplit parfaitement sa mission, le clic sur le bouton « en savoir plus » suit instantanément. Il mène à Kyn : « Voici Kyn, joueur de grand talent de 18 ans. Investissez dans son avenir. » Et d'afficher une barre d'avancement montrant que près de la moitié des 300 000 euros nécessaires à « son avenir » ont été récoltés. Comment, par qui, pour qui ? Les questions se bousculent et méritent de prendre quelques minutes pour y répondre. Il faut faire vite, il ne reste que 15 jours pour investir dans Panagiotis Kynigopoulos.

Un service pour les clubs, du fun pour les supporters


Elena de la Fuente-Ojeda a un joli minois, une page LinkedIn longue comme le bras, et est à l'origine du projet Kickrs avec cinq associés. « Nous sommes six fans de foot qui voulons rapprocher les supporters et faire de la Fantasy League une réalité » , annonce la Chief Operative Officer. Ses soc' sont des mecs, l'un est CEO, un autre est en charge du développement de l'affaire, un dernier est analyste marketing online. Les intitulés sont posés, Kickrs n'est pas là pour plaisanter. Du moins, en interne. Vis-à-vis des clients, c'est au contraire le but affiché, tant pour les clubs que pour les supporters : « Nous nous sommes lancés, car les clubs ont besoin d'améliorer la manière dont ils communiquent et d'augmenter le divertissement au niveau digital. La perspective des supporters est importante. Il s'agit avant tout d'un divertissement, d'une possibilité de profiter du football d'une nouvelle manière. C'est à la fois une manière sympa de supporter un jeune joueur et son club, et à la fois une façon de faire de l'argent. » Voilà qui deviendrait presque appétissant. Alors, concrètement, comment ça marche ?

Elena poursuit en détaillant l'activité de sa société : « Nous apportons un service aux clubs qui souhaitent mettre en place des campagnes de financement en ligne, ce qui nécessite un haut niveau d'expertise du monde du web, de la finance et du juridique. » Dans le jargon, il s'agit donc de crowdfunding, un mode de financement en vogue depuis les artistes de My Major Company jusqu'aux commerces de proximité avec Bulb in Town. Sauf qu'ici, ce n'est pas la cible principale de la campagne qui la lance, à savoir le joueur, mais le club qui souhaite en bénéficier. Ensuite, on croirait entendre le baron de Coubertin : « Tout le monde peut participer, tous les supporters et investisseurs sont bienvenus, de 25 à 10 000 euros. Vous avez les supporters inconditionnels comme les geeks du football ou ceux qui aiment le sport et possèdent un niveau d'analyse poussé des championnats, des joueurs... » Soit une possibilité de se prendre pour Jorge Mendes derrière son clavier. Une partie de Football Manager impliquant de vrais, et jeunes, joueurs.

Jorge Mendes vs Cote & Match


Évidemment, le système soulève quelques problématiques, au premier lieu desquelles le TPO, acronyme barbare pour Third Party Ownership, en VF tierce propriété. Soit le mécanisme permettant de se partager les droits de propriété d'un joueur, remember les cas Tévez et Mascherano, aujourd'hui interdit dans le football. Kickrs se défend, à raison, d'alimenter cette face obscure du foot business : « Nous sommes en règle avec le TPO. Les investisseurs ne possèdent pas le joueur, ils n'ont pas de droits au niveau du club. Ils ont simplement une créance sur prêt qui va augmenter selon la valeur de marché du joueur. » Car en fait d'avenir, il est limité à la durée du contrat proposé par le club. Dans le cas de Kyn, il s'agit même de couvrir le prix d'acquisition du joueur, déjà payé par son club de Sint Truiden (Jupiler Pro League), et de financer un contrat de deux ans plus une année en option. Et si, à la revente, la valeur du joueur a augmenté, chaque participant recevra un montant proportionnel à son investissement de départ.

Mais avant d'en arriver là, le joueur va devoir prouver sa valeur. À son club et à tous ceux qui ont misés sur lui, ce qui peut représenter une bonne dose de pression supplémentaire. Pas un problème selon Elena : « Les joueurs sont déjà exposés au stress et à la pression. Nous vivons dans une ère digitale où les mouvements des joueurs sont suivis par caméra sur et hors des terrains. Sans parler des réseaux sociaux et des téléphones portables... Il n'y a pas de pression additionnelle. » Mieux, au-delà du joueur, c'est une opportunité pour les clubs de se payer des joueurs auxquels ils n'auraient autrement pas pu avoir accès : « Les clubs utilisent la plateforme pour des joueurs si bons qu'ils ne pourraient pas se les permettre d'une autre façon. Nous avons en interne une équipe d'experts qualifiés qui évaluent les joueurs pour être sûrs que les joueurs proposés ont le talent, ce qui correspond à l'intérêt propre du club. » La chose peut alors être vue ainsi : permettre à son club d'augmenter son pouvoir d'achat donc, à terme, son niveau. Reste que, pour cela, il existe des projets d'actionnariat populaire, par exemple celui de l'association À la Nantaise. Pour ce qui est du divertissement, rien ne vaut un bon vieux Cote & Match de comptoir.

Par Eric Carpentier
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Nous avons une équipe d'experts en interne.
Et il faut les croire? Ils sont déjà une trentaine à bosser et à se payer avec deux joueurs au catalogue? De plus comment un particulier peut se faire une idée sur un joueur de 18 ans qui n'évolue même pas en équipe première? Il faut se taper les déplacements pour aller voir les espoirs? En gros il débarque de troisième div grecque et des gogos prennent le risque d'investir sur lui à la place du club? Et il y a une dizaine d'intermédiaires qui se servent au passage?
Le financement participatif vas tourner à l'arnaque un peu comme les systèmes de vente pyramidale
j'ai du mal a croire que ce genre de pratique ne soit pas interdite.
A ce propos, il me semble que So Foot, ou Slate, ou les cahiers du foot avaient écris un article démontrant que l'achat des joueurs par les supporteurs n'étaient pas légal à l'occasion du DrogbaThon marseillais.

Je n'arrive pas a mettre la main dessus. Si quelqu'un sait de quoi il s'agit, et mettre le lien.
Ou bien les informations contenues dans ce genre d'article sont périmés.
Cela risque de marcher pour le premier, avec le buzz autour, des clubs vont vouloir le tester juste pour faire parler d'eux aussi. Sa valeur va montée, et les investisseurs devraient y trouver leurs comptes au final. Un peu comme les mecs dans la musique. Le premier a cartonné parce qu'avec le buzz tout le monde a écouté ses musiques et ça a marché ... Depuis on en entend plus parler de tout ces mecs qui sortent par cette méthode ...

Bon là le joueur même si il sort de div 2 grecque, c'est quand même l'attaquant titulaire des espoirs de son pays. On nous propose pas non plus un mec qui sort du terrain de son quartier et qu'on veut foutre devant les projecteurs ...

J'attends de voir en fait. Mais cela devrait donné des idées à certains clubs en galère de thune.

Cela pourrait être marrant si on pouvait participé aux frais médicaux de Diaby ou Gourcuff, et après on touche un pourcentage des primes de matchs quand il rejoue ... :D
Message posté par Matt78400
Cela risque de marcher pour le premier, avec le buzz autour, des clubs vont vouloir le tester juste pour faire parler d'eux aussi. Sa valeur va montée, et les investisseurs devraient y trouver leurs comptes au final. Un peu comme les mecs dans la musique. Le premier a cartonné parce qu'avec le buzz tout le monde a écouté ses musiques et ça a marché ... Depuis on en entend plus parler de tout ces mecs qui sortent par cette méthode ...

Bon là le joueur même si il sort de div 2 grecque, c'est quand même l'attaquant titulaire des espoirs de son pays. On nous propose pas non plus un mec qui sort du terrain de son quartier et qu'on veut foutre devant les projecteurs ...

J'attends de voir en fait. Mais cela devrait donné des idées à certains clubs en galère de thune.

Cela pourrait être marrant si on pouvait participé aux frais médicaux de Diaby ou Gourcuff, et après on touche un pourcentage des primes de matchs quand il rejoue ... :D


Merci Matt pour avoir vu le potentiel du projet Kickrs. Nous sommes très confiant en notre premier joueur grec, Kyn. Un joueur d'une incroyable qualité en U19 qui évolue et se rapproche de plus en plus de l'équipe première. Nous sommes très transparents dans notre activité et nos utilisateurs peuvent voir les avis d'experts à cette adresse : http://www.kickrs.net/fr/campaign/panag … idense-v-v ainsi que dans la section NEWS.

Nous sommes constamment en train d'améliorer notre offre et il y aura très prochainement de nouveaux joueurs sur Kickrs.com.
Le Projet est sympa, trés novateur mais je n'investirais pas sur lui pour 2 raisons :

1/ Les expats grecs, qui plus est lorsqu'ils sont jeunes, c'est pas la panacée. St Trond en hiver, c'est loin du soleil grec.

2/ Aprés plusieurs recherches, il a pas du tout marqué les esprits lors de l'Euro U19, 3 matchs titulaires, 0 buts, remplacés à chaque matchs, remplaçant non utilisé lors du 4eme match (éliminé par la Russie). Pas vu son nom apparaitre dans le résumé de FRance-Grece de cet EuroU17.

Pas convaincu par ce joueur, j'attends le suivant
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
249 7