Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options

Kevin Gameiro, une bouteille à la mer

En clamant haut et fort ses ambitions de retrouver les Bleus, Kevin Gameiro a tenté de renouer une forme de dialogue avec le sélectionneur Didier Deschamps. Mais pour le joueur de Séville, une éventuelle convocation passera par un changement de statut en club et une bataille statistique avec ses concurrents directs, Alexandre Lacazette et André-Pierre Gignac.

Modififié
« Comme c'est parti, j'ai plus de chances de regarder l'Euro 2016 à la télé. » Sur Europe 1, Kevin Gameiro a fait part de ses inquiétudes il y a plusieurs semaines. Absent du groupe France depuis le 11 novembre 2011 et une titularisation sans but contre les États-Unis en amical, l'avant-centre a payé l'arrivée de Zlatan Ibrahimović au PSG, puis le retour en grâce de Karim Benzema en Bleus. Lui qui avait fait toute la campagne qualificative pour l'Euro 2012 avec Laurent Blanc a disparu des listes dans la dernière ligne droite, loupant le championnat d'Europe au profit d'Olivier Giroud. Et comme un malheur n'arrive jamais seul, l'ancien Lorientais a vu le Gunner s'installer durablement, au point de le laisser à l'écart des plans de Didier Deschamps. Gameiro a « toujours envie de reporter ce maillot » , mais il a bien conscience aujourd'hui de n'être qu'un plan B : « Je reçois des pré-convocations, mais rien de plus, je n'ai pas de contact avec Didier Deschamps.  » À 28 ans, l'attaquant n'est ni un pari sur l'avenir, ni un élément pouvant se targuer d'un gros vécu en Bleu, lui qui ne compte que 8 sélections pour un but, en amical contre l'Ukraine en 2011. Pour exister et espérer, il doit donc affoler les compteurs en club. « Je lui ai dit de ne pas lâcher, Deschamps fait des tests, Kevin aura sa chance à un moment » nous a confié son pote Benjamin Genton, ancien coéquipier de l'attaquant à Lorient, où il fait désormais partie du staff technique.

Super Sub au FC Séville


« Le coach n'a peut-être pas vu mes statistiques. Attention, je ne suis pas malheureux : j'ai remporté une Coupe d'Europe, marqué plus de buts qu'à Paris, et notre première partie de saison a été convaincante » , explique-t-il dans une interview au JDD. À l'heure de défendre sa candidature, Kevin Gameiro tire forcément le positif de son bilan sévillan. Sa première saison loin de Paris et de la concurrence impitoyable d'Ibrahimović, Gameiro l'a facturée à 15 buts en 35 matchs de Liga, plus 6 autres en 13 matchs d'une Ligue Europa gagnée contre le Benfica, avec en prime le tir au but décisif. Des bonnes stats qui ont justifié une certaine déception avant le Mondial. Benjamin Genton : « Il espérait, pas forcément être dans les 23, mais au moins dans la réserve. Cela lui avait mis un coup derrière la tête, car il avait fait une grosse saison.  » Une belle saison en effet, sans statut de titulaire indiscutable (20 titularisations en Liga, 5 en Ligue Europa), mais avec le sens du sacrifice : bien que blessé au genou droit, il a accepté de disputer la finale de C3.

Un don de soi qu'il a payé en début de saison, puisqu'il n'a pu reprendre la compétition que le 19 octobre à Elche. Avec seulement 307 minutes de jeu au compteur, deux buts, et un statut de doublure du Colombien Bacca (11 buts en 18 matchs de Liga) dans un système à une seule pointe, Kevin Gameiro ne répond pas forcément à l'un des critères de sélection les plus importants : jouer suffisamment en club. Quoique... « Qu'il ne soit pas titulaire, ce n'est pas rédhibitoire, Deschamps n'a pas hésité à garder Cabaye même s'il n'était pas titulaire à Paris » , souligne Olivier Rouyer. Pour le consultant de Canal Plus, Gameiro a cependant un gros désavantage par rapport à Cabaye qui, « comme Matuidi, a une histoire dans le groupe France » . Si le ratio temps de jeu/efficacité du natif de Senlis est flatteur d'après Genton, Rouyer estime pour sa part qu'avant « de vraiment espérer, Gameiro doit faire une grosse saison à Séville, s'affirmer sur la durée, être régulier » . Quand bien même ce serait le cas, on peut se demander si son horizon bleu peut se dégager face à une concurrence rarement aussi intense en équipe de France.

Derrière Benzema, Giroud, Lacazette et Gignac


« Ce n'est pas au poste d'avant-centre que Deschamps a des manques » , rappelle l'ancien compère de Michel Platini à Nancy et chez les Bleus. Outre l'intouchable Karim Benzema et le titulaire bis Olivier Giroud, Didier Deschamps peut compter sur deux hommes en grande forme avec Alexandre Lacazette et André-Pierre Gignac, les deux meilleurs buteurs de Ligue 1 avec respectivement 20 et 13 buts. « Je me mets à la place de Deschamps, il a un groupe bien en place, c'est difficile de voir Gameiro entrer dedans » , analyse Rouyer. Au vu de ses performances au Real Madrid et avec l'équipe de France (7 buts en 2014), Karim Benzema reste l'indiscutable titulaire dans un système à une pointe, quand Olivier Giroud, absent des derniers rassemblements sur blessure, n'a jamais démérité dans son rôle de doublure.


Au-delà de ce duo qui semble amené à durer, Olivier Rouyer a fait son choix quant au troisième homme : « Alexandre Lacazette a vraiment progressé. Il est haut, très haut, peut-être plus proche de Benzema que Giroud, donc c'est compliqué pour Gameiro. » Malgré tout, l'ancien de Lorient et du PSG reste un profil qui peut servir, « celui du joker, intelligent dans ses déplacements, donc utile contre une défense regroupée » . Gameiro a donc l'étoffe pour rendre service aux Bleus, mais encore faudrait-il que ces derniers en aient besoin. Malgré un avenir qui semble bouché, l'ancien Merlu ne lâchera rien selon Benjamin Genton : « Le fait que l'Euro soit en France, cela décuple sa motivation. Il m'avait dit un jour que quand on a goûté à l'équipe de France, on a envie d'y retourner. » À lui de forcer la main du sélectionneur.

Par Nicolas Jucha
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Podcast Football Recall Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi
mardi 17 juillet Usain Bolt pourrait jouer en Australie 17