1. //
  2. //
  3. // Manchester City-M'Gladbach

Kevin De Bruyne, le roux de secours

Une demi-finale européenne, un coach de top niveau, plusieurs ajustements au sein du club, et c'est tout Manchester City qui a changé de dimension depuis la saison dernière. Et avec la mise en retrait des stars d'hier, c'est Kevin De Bruyne qui pourrait hériter du rôle de figure de proue du projet. Ça tombe bien, le Belge est prêt à tout casser.

Modififié
3k 28
Taper dès la mi-septembre sur Unai Emery et sa version du PSG est facile, prématuré, voire même bête et méchant. Mais il ne faut pas être sorcier pour constater qu'après le départ de sa superstar suédoise et de son coach des quatre dernières années, la nouvelle phase du projet parisien peine à déployer les ailes. Ce qui est, dans le fond, plutôt normal. Équipe souvent comparée au PSG post-Qatar pour ses caprices, son amour des gros noms, ses dépenses absurdes et ses pétrodollars, Manchester City a lui bel et bien lancé le deuxième étage de sa fusée avec succès. Enfin, le sacro-saint dernier carré de Ligue des champions a été atteint, et la mue en un Manchester City 2.0 a continué à vitesse grand V cet été. Au revoir et merci pour tout Pellegrini, c'est désormais à Pep Guardiola de piloter la machine. Avec en prime un nouveau logo – inspiré de celui d'avant les milliards des Émirats –, un maillot totalement revisité, et une nouvelle façon d'imaginer l'équipe. Un peu comme Paris, City n'a pas fait un mercato de tête brûlée, ou alors moins que prévu. Des ajustements moins rutilants qu'à l'accoutumée, pas de craquage à plus de 50 millions, et une place nouvelle donnée aux jeunes issus du club, Iheanacho en tête. Surtout, c'est le départ ou la mise sous le tapis de certains cadres de toujours qui a pu faire tiquer, comme le départ brusque de Joe Hart ou la lente asphyxie de Yaya Touré. Mais pour passer le témoin, il faut quelqu'un pour le réceptionner. Et dans le City de Guardiola, le nouveau relayeur phare pourrait bien être Kevin De Bruyne. Les planètes semblent en tout cas alignées.

Le péril rouge


À la fois symbole des Citizens dépensiers et capricieux – acheté 74 millions d'euros ) Wolfsburg, il est le joueur le plus cher de l'histoire du club – et de la nouvelle page que veut écrire City, il semble être le liant idéal, et la pierre angulaire des nouvelles aventures de l'équipe. Le soldat Kevin était pourtant sorti abîmé de son été, après un Euro raté qui l'avait envoyé sous le feu des critiques. À la ramasse, il avait passé son Euro à bouder. Un peu contre son positionnement sur une aile, alors qu'il réclamait de rester positionné en 10 comme lors des éliminatoires, où il avait été meilleur buteur de la Belgique. Mais aussi contre l'éloignement de sa famille, puisqu'il était devenu père en mars 2016, et qu'il n'a pas eu le droit de voir sa femme et son fils durant la compétition. « Mon fils passe avant tout le reste » , déclarait-il à la télé belge juste avant l'Euro, peu rassurant quant à son niveau de concentration. Et quand Kevin grogne, il ne se cache pas. Après le dernier match de poules, remporté poussivement 1-0 face à la Suède, un journaliste lui fait part de l'inquiétude des fans belges. Réponse du roux : « Je m'en bats les couilles, tant qu'on gagne les quatre prochains matchs. (…) Les gens peuvent dire ce qu'ils veulent, on a gagné les deux derniers matchs. » Il y a deux semaines, lors de la défaite en amical des Belges face à l'Espagne, une banderole « Les couilles on se les bat pas, on se les bouge » l'attendait en tribunes, ainsi qu'un impressionnant concert de sifflets lors de sa sortie du terrain en fin de match. « À côté de la plaque » , « malaise » , « il agace » peut-on lire un peu partout dans la presse belge, qui se demande même si le nouveau sélectionneur, Roberto Martínez, ne ferait pas mieux de le mettre sur le banc.

Les mots bleus


Mais il ne faut pas oublier que « Kevin De Bruyne est le meilleur joueur roux de l'histoire du football » , et c'est Noel Gallagher – ex-Oasis et fanatique de Manchester City – qui le dit. Un avis qui pèse, et qui montre surtout que chez les Mancuniens, De Bruyne ne fait aucun débat. Titulaire dès la première journée de championnat dans le système de Guardiola, alors qu'il n'avait que 25 minutes de match de préparation dans les jambes, le Belge a joué toute la rencontre. Moyennement en réussite le week-end suivant face à Stoke City, il reste titulaire pour la troisième journée contre West Ham, avec une passe décisive pour véritablement lancer sa saison. Son match XXL face à United achèvera de montrer que Kevin a le nez dans le guidon. Invité à commenter son nouveau rôle et son positionnement dans les plans de Guardiola, il montre sa satisfaction sourire aux lèvres : « Je ne suis pas vraiment en numéro 10, plutôt en 8 libre. Il y a du mouvement autour de moi et l’idée est de faire passer beaucoup de ballons par David Silva et moi pour créer la supériorité. Mais cela demande un peu de temps à assimiler. Il y a aussi un gros pressing à effectuer. » Ses difficultés de l'été et de la rentrée avec la sélection ? « C’est du passé. J’ai eu quatre semaines de vacances. C’est beaucoup et j’ai passé du temps avec ma famille et à Ibiza pour me ressourcer. » À vingt-cinq ans, il a désormais le champ libre pour faire oublier ses errements de l'été et son prix d'achat démentiel, ainsi que pour prouver qu'il a les épaules assez larges pour être le nouveau ténor de l'équipe, en reléguant les anciens au rang de portraits dans la galerie des ancêtres de City.

Par Alexandre Doskov
Modifié

Dans cet article

FourFourTwo Niveau : Loisir
Note : 2
"et c'est Noel Gallagher – ex-Oasis et fanatique de Manchester City – qui le dit. Un avis qui pèse"

Un avis qui pèse rien du tout oui !
Il tient City tous seul l'an dernier avec des buts/passes dé ultra importants. La longue période où il est blessé correspond d'ailleurs au gros coup de mou de l'équipe (+ l'annonce de Guardiola plus ou moins en même temps). Il devrait tout péter cette année, dans ce rôle plus "iniestaesque" si j'ose dire, où les stats passent en second par rapport à l'influence dans la construction.

Le plus marrant restant les gens qui disaient que s'il avait fail avec Chelsea en PL la 1ère fois il n'y avait aucune chance qu'il y arrive avec City.
Instant capillaire : n'est-il pas plus blond vénitien que roux?
Je suis le seul à avoir été impressionné par le niveau de City samedi ?
Pcq sans Aguero, Kompany, Gundogan, Gabriel Jésus ils ont fait un match de porc. Surtout ca a l'air de jouer vite vers l'avant pas comme le Bayern de pep. Fin vraiment je les sens très très fort cette année.
On ne pourra être impressionné que lorsqu'ils sortiront le même genre de performance contre du gros en CL. En gros là où finalement, ils n'ont jamais impressionné.
Message posté par Eden95
Je suis le seul à avoir été impressionné par le niveau de City samedi ?
Pcq sans Aguero, Kompany, Gundogan, Gabriel Jésus ils ont fait un match de porc. Surtout ca a l'air de jouer vite vers l'avant pas comme le Bayern de pep. Fin vraiment je les sens très très fort cette année.


Je suis assez de ton avis. J'ai toujours beaucoup apprécié voir jouer David Silva ou De Bruyne, mais samedi ils étaient au-dessus. Même à la récupération au milieu c'était fou de chez fou.
Même si Kolarov peut faire le taf comme Zabaleta, ce ne serait pas inutile d'avoir de bons latéraux l'an prochain.

Il n'empêche que ce match peut être sacrément sexy à regarder ce soir, presque plus que le PSG/Arsenal en soi, parce G'ladbach ça envoie du jeu aussi !
Message posté par Eden95
Je suis le seul à avoir été impressionné par le niveau de City samedi ?
Pcq sans Aguero, Kompany, Gundogan, Gabriel Jésus ils ont fait un match de porc. Surtout ca a l'air de jouer vite vers l'avant pas comme le Bayern de pep. Fin vraiment je les sens très très fort cette année.


Je pense que Pep a évolué durant trois ans au Bayern et a un peu revus certains préceptes (et a appris à s'adapter au football pratiqué dans un championnat).

Après restons prudent sur la mesure dans laquelle ce City est celui de Pep.
Pour rappel lorsqu'il arrive au Bayern l'équipe tourne très bien au début (première moitié de saison) puis petit à petit la mutation opère dans la douleur pour ne montrer un visage propre que l'année d'après... (en forçant un peu le trait).
lui même a dit que le titre de Buli de la première saison revenait en partie au travail de Heynckes (Même si il faut prendre sa communication en ne perdant pas de vue son coté edulcoré et consensuel).

Je pense qu'il est quand même plus souple que lors de son arrivée au Bayern. et que peut être que contrairement à ce que je disais cet été il ne lui faudra pas une saison entière pour arriver à ce qu'il veut. Mais dans tous les cas trop tôt pour tirer des conclusions.
Saint Jacky Niveau : DHR
Il est lourdingue ce titre, un peu plus de subtilité dans l'humour svp
Message posté par Saint Jacky
Il est lourdingue ce titre, un peu plus de subtilité dans l'humour svp


Attends, on a échappé à "Le roux tourne qui a tourné".
Scholes?
Note : 1
Message posté par FourFourTwo
"et c'est Noel Gallagher – ex-Oasis et fanatique de Manchester City – qui le dit. Un avis qui pèse"

Un avis qui pèse rien du tout oui !


Connaissant Noel "Xmas" Gallagher, c'est surtout une référence à l'autre roux célèbre qui joue pour MU... Paul Scholes! Un tacle bien appuyé contre l'un des joueurs les plus sous-estimés de ces 20 dernières années.

Sinon, franchement, je ne veux pas pinailler, mais De Bruyne est plus blond vénitien que roux, même si cette idée est un peu capillotractée...
Saint Jacky Niveau : DHR
Message posté par .Pelusa.
Attends, on a échappé à "Le roux tourne qui a tourné".


Ah ah celui là n'a même pas de sens !
crabunjourcrabtoujours Niveau : DHR
« Mon fils passe avant tout le reste »

Je trouve qu'il a raison, si on le critique sur le fait que ça l'ait fait chier qu'il soit pas capable d'aller voir son fils durant l'EURO et bah moi je suis à fond avec lui.

On oublie souvent de relativiser le foot. Y a des choses plus importantes, un nouveau né par exemple est plus important qu'un EURO, qu'une Finale d'EURO ou même qu'une putain de coupe du monde !
Message posté par .Pelusa.
Attends, on a échappé à "Le roux tourne qui a tourné".


Et dis-toi que ça pourrait être pire. Imagine un match de LdC contre Porto, ce serait un festival lors d'un éventuel face à face avec Oliver Torres.
"L'ange Oliver n'a pas su retenir un De Bruyne en Roux libre sur le terrain".

Mon dieu, je pars bosser tout de suite moi !
zinczinc78 Niveau : CFA
Note : 3
Bah un Euro c'est tous les 4 ans, alors qu'un gamin, tu peux en faire 1 par un pour un monogame, et autant que tu veux pour un polygame..

Le Kiosque SO PRESS

Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
3k 28