Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 3 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Finale
  3. // Lazio-Juventus

Keita Baldé, rebelle apaisé

Ultra précoce et prodige annoncé dès sa première année en pro à 18 ans, Keita Baldé, souvent impatient, parfois insolent, a vu ses écarts de conduite freiner sa progression du côté de la Lazio. Avant de connaître sa première saison pleine sous la coupe de Simone Inzaghi, qui est en train de révéler le plein potentiel de l'ailier sénégalais.

Modififié
L'image avait marqué les tifosi laziali. Le 25 janvier 2014, Keita Baldé, entré en jeu à la 84e minute, met à lui tout seul le feu dans la défense de la Juventus. Après avoir mis dans le vent Stephan Lichtsteiner, il envoie une frappe qui s'écrase sur le poteau des Bianconeri. Le score était alors de 1-1, et, à 18 ans à peine, le Sénégalais a été à deux doigts de faire chavirer l'Olimpico. L'Italie du foot en est alors convaincue : l'ailier est parti pour devenir l'une des attractions majeures de la Serie A. Pourtant, il aura fallu attendre trois saisons et l'arrivée de Simone Inzaghi à la tête de la Lazio pour voir enfin le phénomène biancoceleste s'épanouir pleinement sur les pelouses transalpines.

Vidéo

Polémiques en série


Paradoxalement, l’éclosion de Baldé a sans doute été freinée par l'impatience de l'Hispano-Sénégalais. Sûr de sa force, ce dernier demande inlassablement plus de temps de jeu à son entraîneur Stefano Pioli et menace de quitter le club à chaque mercato estival. En parallèle, il stagne, inscrivant un, puis seulement quatre pions en Serie A lors des exercices 2014-2015 et 2015-2016. Après un énième conflit avec la direction du club du Latium à l'été 2016, Baldé trouvera finalement à qui parler en la personne de son nouveau Mister, Simone Inzaghi, qui n'hésite pas à lui rentrer dedans frontalement, en le menaçant de continuer la saison en tribune s'il ne modère pas ses ardeurs : « Je veux des joueurs qui sont fiers de porter le maillot de la Lazio, çà doit être le point de départ pour tout le monde... Moi, je continue avec ceux qui sont contents d'être au club, point.   » De quoi instaurer un rapport de force clair avec le jeune rebelle, qui rentre dans le rang.

Le pari jeune


La suite est l'histoire d'une relation beaucoup plus apaisée, où Inzaghi a la bonne idée de passer l'éponge sur les incidents du début de saison pour veiller à traiter équitablement Baldé. Le Sénégalais avait parfois le sentiment que la concurrence au sein du club laziale était faussée, ce qui l'avait incité à se plaindre en 2015 à son coach de l'époque, Stefano Pioli, qui louait ses efforts à l'entraînement : « Si je m’entraîne aussi bien qu'il le dit, j'espère jouer plus dans l'avenir. » Rien de semblable avec Inzaghino, qui, constatant que sa pépite sénégalaise casse la baraque à chacune de ses entrées en jeu, en fait un élément important de son onze type, où il complète un trident offensif composé de Felipe Anderson et Ciro Immobile. Rien d'étonnant de la part d'un coach qui, après avoir entraîné pendant deux ans la Primavera de la Lazio, n'a pas peur de responsabiliser la jeune génération biancoceleste. Outre Keita, de nombreux joueurs de moins de 23 ans comme Cristiano Lombardi, Alessandro Murgia ou encore Patric ont dépassé la douzaine d'apparitions en Serie A cette saison. « Tous ces joueurs méritent du temps de jeu. Ce n'est pas un cadeau, mais une récompense de leur travail » , relève le coach laziale.

Pragmatisme payant


Dans le cas de Baldé, Inzaghino aura aussi l'intelligence de ne pas se formaliser quand son attaquant retombe dans ses travers d'enfant gâté. Fin janvier, Baldé, fraîchement éliminé de la CAN avec le Sénégal, ne se présente pas avec le groupe à Milan, alors qu'il était attendu par son club pour disputer les quarts de finale de la Coppa Italia. L'attaquant prétend avoir loupé son avion à Dakar, mais Inzaghi, diplomate, décide de pardonner le caprice de son joueur, en ne le sanctionnant pas sportivement. Une gestion pragmatique, qui prend tout son sens en cette fin d'exercice 2016-2017. Inzaghi décide de changer de système de jeu, abandonnant le 4-3-3 pour un 3-5-2 plus souple et offensif, où Baldé évolue aux côtés d'Immobile à la pointe de l'attaque. Un module où le Sénégalais piétine les défenses de la Botte, inscrivant un triplé en cinq minutes face à Palerme, un but face à la Sampdoria puis la Fiorentina, et surtout un doublé face à la Roma fin avril (il était alors aligné seul en pointe, car Immobile était malade, ndlr), devenant le premier Laziale à marquer deux buts dans le derby depuis Roberto Mancini en 1998.


De quoi achever de convaincre Inzaghi qu'il tient en Baldé un joueur pas comme les autres, lui qui déclarait déjà en janvier : « C'est potentiellement l'un des cinq meilleurs joueurs au monde, mais je ne le voyais jamais serein. Je l'ai tenu à l'écart jusqu'à ce que le mercato soit fini. Quand il est revenu, c'était un autre homme. » Baldé, lui, est un joueur enfin apaisé à l'heure de retrouver la Vieille Dame en finale de la Coupe d'Italie : « J'aime cette nouvelle formation, je suis plus proche du but et j'ai beaucoup plus de confiance. Nous serons prêts à tout. Et nous n'avons pas peur. » Ne lui reste plus qu'à espérer que, cette fois, ses tentatives ne terminent par leur course sur le poteau des Bianconeri.

Par Adrien Candau
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


Hier à 10:02 350€ offerts EN CASH pour parier sans risque sur la Coupe du monde
Hier à 15:49 Pourquoi c’est largement mieux de regarder un match AuBureau plutôt qu’au bureau ? Hier à 14:00 Des bourses d'échanges Panini près de Nantes 5
Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi Podcast Football Recall Olive & Tom
Hier à 12:20 Où trouver le guide SO FOOT du Mondial 2018 ? Hier à 11:33 Suivez la Coupe du monde sur un bateau à Paris ! 9 Hier à 10:00 Des fans colombiens cachent de la vodka dans des jumelles 9 Hier à 09:54 La chanson de N'Golo Kanté (via Facebook SO FOOT) Podcast Football Recall Épisode 30: France-Pérou, terrain glissant, la fougue iranienne et le métro de Moscou mercredi 20 juin Vers une pénurie de bière pendant le Mondial ? 49 mercredi 20 juin Tinder fait sauter les réseaux russes pendant le Mondial 34 mercredi 20 juin La chanson d'Oldelaf pour encourager les Bleus (via Facebook SO FOOT) Podcast Football Recall Épisode 29: Le blocus français, le blocus saoudien et l’œdipe marocain