Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Anniversaire

Keep calm and Gilles Grimandi

Aujourd'hui, Gilles Grimandi fête ses 45 ans. Un joueur fait du même bois que ces « porteurs d'eau » au statut aussi sous-estimé que cette appellation. Mais indispensable à l'Arsenal d'Arsène Wenger, autant qu'Arsène Wenger lui fut indispensable. Récit d'une love story londonienne.

Modififié
Le 22 juillet 2006, Arsenal inaugurait son nouvel Emirates Stadium de la plus belle manière, en célébrant le jubilé d'un de ses plus grands et talentueux joueurs : Dennis Bergkamp. Un match entre les Gunners et Ajax Amsterdam auquel seront convoqués Marc Overmars, Ian Wright, Thierry Henry, Patrick Vieira, même Marco van Basten et Johan Cruyff, entrés pour les dix dernières minutes. Terminée sur le score de 2-1 en faveur d'Arsenal, la rencontre aurait pu connaître une tout autre issue : à la 63e minute, alors que les deux équipes sont à 1-1, Edgar Davids lobe David Seaman aux abords de la surface et se dirige à toute vitesse vers le but vide pour reprendre le ballon fuyant. Mais un défenseur, avec le 13 dans le dos, va plus vite que Davids et lui glisse un énorme taquet à cinquante centimètres de la ligne de but. La balle sort en six mètres, le Néerlandais est au sol. En temps normal, il y aurait penalty. Mais en lieu et place, le défenseur d'Arsenal n'entend que les acclamations assourdissantes des 54 000 personnes présentes. Pourquoi ? Peut-être parce que l'équipe du Hollandais non volant n'a pas le droit de perdre. Peut-être parce que Davids porte alors la tunique de l'ennemi Tottenham. Peut-être aussi parce que le défenseur n'est autre que Gilles Grimandi et qu'il vient d'offrir aux fans des Gunners une réminiscence de ce qu'il a toujours fait de mieux lors de ses cinq saisons et demie passées à Highbury : se salir pendant que les autres se gorgeaient de football champagne.

Vidéo

Pro à 21 ans, champion de France à 26


Arrivé lors de la deuxième vague de recrutement de Frenchies, sur la pointe des pieds car moins jeune pousse que Nicolas Anelka – le natif de Gap a alors 26 ans – et moins international français que son collègue de Monaco Emmanuel Petit, Grimandi n'a pourtant pas à rougir de son palmarès. Avant de débarquer chez les « autres » Rouge et Blanc, le défenseur aura accroché une finale (en Coupe des vainqueurs de coupe face à Brême) et une place de dauphin de Division 1 en 1992, avant de remporter le titre de champion de France en 1997. Sans pour autant être un titulaire indiscutable lors de ses six saisons passées sur le Rocher, trimbalé sur toute la ligne de défense et parfois devant dans le rôle de 6. Un statut qui lui sied néanmoins très bien, lui qui s'est révélé à l'âge tardif de 21 ans au plus haut niveau. « J'ai pas été un joueur extrêmement talentueux, donc je pense que ce qui a fait ma force, c'est le travail à long terme et le sérieux » , racontera ce dernier lors d'un documentaire réalisé par l'Office municipal des sports de Gap en 2002.

Précisément ce que recherche Arsène Wenger pour construire le nouvel Arsenal. Le coach séculaire d'Arsenal connaît bien le vaillant bonhomme, puisque c'est lui qui a décidé de faire monter Grimandi de l'équipe B à l'équipe A de Monaco, un an seulement après son arrivée au club. Des retrouvailles qui vont sceller une relation quasi fusionnelle. Plus que pour n'importe quel autre joueur, Wenger a vraiment été « Tonton Arsène » pour Gilles Grimandi, comme le défenseur le confessera encore en 2002 : « Il est le personnage le plus important, le plus influent de ma carrière. Dans le milieu professionnel, bien sûr, après il y a la famille. » Et pour cause : sur les douze ans qui composent la carrière professionnelle du joueur polyvalent, huit seront passés en compagnie du technicien alsacien. Évidemment, Grimandi, qui n'a déjà pas besoin qu'on le force pour qu'il mette ses tripes sur le terrain, donnera tout sous les ordres de Wenger.

Des bouclettes et un coup de coude dans la tronche de Simeone


Mais dès son arrivée à Arsenal, le natif de Gap va en rencontrer un autre : celui qui sépare la France de l'Angleterre, peut-être plus physique qu'une simple traversée de la Manche, lors d'un match face à Leicester pour le compte de la quatrième journée de Premier League. Un Dennis Bergkamp de feu signe un hat trick et dirige les siens tranquillement vers une victoire jusqu'à ce que Grimandi dégage un ballon en corner sur une action anodine en toute fin de match. Quelques secondes plus tard, Steve Walsh envoie une tête dans la cage de Seaman et permet à Leicester d'accrocher le match nul. Heureusement pour lui, la confiance de Wenger couplée à sa polyvalence le feront démarrer fréquemment dans le onze type en remplacement de Tony Adams ou de Patrick Vieira, souvent blessés cette saison-là. « Si on établit une équipe type d'Arsenal, il n'y a pas de Grimandi dedans. Je suis un peu le onzième homme et demi » synthétisera dans les colonnes du Parisien en 2001 celui que ses coéquipiers vont très rapidement surnommer « Curly » (Bouclettes en VF).

Les supporters des Gunners, eux, lui ont trouvé un autre surnom : Grimster. Pour son engagement empirique à la Premier League. Lorsqu'il marque son premier but à Highbury, il le fait certes de la plus belle manière – une volée dos au but qui vient se loger en lucarne opposée – mais surtout, il le fait alors que son aine lui fait un mal de chien. Et quand ce n'est pas lui qui subit la douleur, il l'inflige aux autres. Pep Guardiola s'en rappelle encore, lui qui s'est pris un énorme tacle suivi d'un coup de coude lors d'un match de Ligue des champions en 1999, renvoyant Grimandi aux vestiaires. Même sanction pour Diego Simeone qui finira le visage en sang lors d'un houleux Lazio-Arsenal la saison suivante. Force est de reconnaître que pour aller loger son bras dans la pommette du Cholo, faut avoir un peu de courage.

En Austin Mini dans les rues de Londres


Un geste qui étonna Grimandi lui-même, après coup, comme il l'affirmera au Guardian : « Quand je l'ai frappé, deux ou trois secondes plus tard, je me suis dit : "Mais pourquoi t'as fait ça ?" J'ai réagi trop brusquement. Hors du terrain, je n'aime pas ça. Je ne suis pas agressif. Mais c'est mon tempérament sur le terrain. » En réalité, Grimandi est un grand discret à la ville. À Arsenal, pendant que ses coéquipiers roulent en bagnole de luxe, lui préfère la jouer local en faisant rentrer son mètre quatre-vingt dans une Austin Mini. Voire carrément prendre les transports en commun londoniens. « Ça n'est pas un souci pour moi de circuler en bus ou en métro à Londres. Parfois, dans le Sud de la France, c'est différent, mais ici, lorsque les gens te reconnaissent, ils sont toujours sympas. Donc si c'est plus simple de prendre le bus, je le fais » , enchaînera-t-il, toujours dans le Guardian.

Un tel amour pour le club londonien que Grimandi fait toujours partie de l'organigramme d'Arsenal, et ce, depuis plus de dix ans, comme recruteur en France. En tant que joueur, « Curly » aura disputé presque 170 matchs en un peu moins de six saisons avec les Gunners. Majoritairement titulaire mais pas toujours, mettant la tête là où d'autres ne mettraient pas le pied, et servant de rampe de lancement aux cinq titres remportés par les Gunners entre 1997 et 2002, notamment deux titres en Premier League lors de sa saison d'arrivée, puis de départ. Cinq ans d'amour avant de laisser la place aux Invincibles. Une nouvelle fois, le défenseur français sait s'effacer et sortir avec les hommages. Parce que même s'il n'hésitait pas à se salir, Gilles Grimandi savait le faire avec une certaine classe.

Par Matthieu Rostac
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 15:52 Usain Bolt pourrait jouer en Australie 14
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom Podcast Football Recall MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi
Podcast Football Recall Épisode 48: Mbappé, merci ; Lloris, oups ; Deschamps, président : émission exceptionnelle de Football Recall lundi 16 juillet La danse de la deuxième étoile !! (via Facebook SO FOOT)
À lire ensuite
Maniche fiscale